Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

1894 – 2014. Une vue cavalière et édulcorée des années du cheval

L’année du cheval a commencé le 30 janvier à minuit par le long et assourdissant crépitement des pétards dans la nuit chinoise en dépit des annonces dissuasives des autorités sur tous les médias nationaux qui tentèrent d’en réduire l’usage. Rien n’y a fait. Un Chunjie sans pétards n’est pas imaginable en Chine.

Comme chaque année la fête a précipité les familles dans les gares et les aéroports ou sur les routes. 3, 5 milliards de voyages individuels d’une migration qui se terminera officiellement le 6 février, mais que beaucoup prolongeront jusqu’à la fête des lanternes, le 14, milieu du premier mois lunaire.

Les augures prédisent une année heurtée, marquée par des raidissements dans les affaires et des risques militaires. Il sera difficile de parvenir à des accords dans une tendance très "Yang" où les hommes s’accrocheront à leurs principes et refuseront les compromis. Quant à la situation géostratégique notamment avec le Japon, elle exigera beaucoup de sagesse des dirigeants politiques, dit le Quotidien du Peuple en ligne le 31 janvier. Pour l’occasion, le journal s’est essayé à une vaste revue historique intitulée « Réformes et risques », sur un cycle zodiacal de deux fois soixante ans.

On y retrouve, passés au filtre de la propagande, les soucis récurrents du régime. D’abord ceux, géostratégiques directement liés à la situation dans le Pacifique occidental, dont les épines sont la crise avec le Japon, l’entrisme militaire américain et la question de Taïwan.

Ensuite ceux socio-économiques liés à l’épuisement de l’ancien modèle de développement, avec, soulignée par la visite du premier ministre à une famille de migrants, la quadrature du cercle de l’intégration dans la société chinoise et dans le tissu urbain en pleine explosion des 260 millions de travailleurs sans statut social. A quoi il faut ajouter l’attention portée au moral de l’APL sur les frontières de la Chine que Xi Jinping a inspectées quelques jours avant le Chunjie.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

La culture « Sang 丧 », entre dérision, cynisme et rébellion

Confucius au service de la sécurité routière. 车祸 猛 于 虎

Regards sur l’islamophobie des internautes chinois

Effet pervers d’Internet, la mode virale des systèmes « Ponzi »

Les réfugiés de guerre ne sont pas les bienvenus