Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

19e Congrès. Les couteaux sont tirés. Xi Jinping élimine ses opposants, consolide son pouvoir et s’installe pour durer

Le crépuscule de l’héritage de Deng.

A l’intérieur où la règle du consensus politique n’a pas plus cours et à l’extérieur où le parti tourne le dos aux conseils de modestie, les pratiques politiques s’éloignent de l’héritage de Deng.


*

A l’extérieur, alors que le vieux sage prônait la discrétion stratégique, les nouvelles élites de la 5e génération secouent le joug de la modestie et affirment sans complexes la puissance de la Chine face au monde.

Durcissant notablement la position de Pékin dans sa zone d’intérêt stratégique immédiate, contre l’Inde et le Japon et défiant Washington en Asie du Sud-est, sur la question coréenne et à propos de Taïwan, la 5e génération au pouvoir tire opportunément profit des querelles entre les États-Unis et la Russie pour se rapprocher de Vladimir Poutine qui, en Asie, se range derrière la Chine et approuve sans réserve le raidissement chinois contre les intrusions de Washington [2].

En politique intérieure, la rupture avec la pensée politique du successeur de Mao est tout aussi nette. Alors que, dans la foulée des errements dramatiques de la révolution culturelle et des embardées du culte de la personnalité, Deng prônait le consensus politique, Xi Jinping saisi par le sentiment de l’urgence d’avoir à assainir la gouvernance éthique du pays sous peine d’accident interne, a progressivement imposé à l’appareil, au nom de l’impératif politique absolu de la survie du régime, un style de pouvoir autoritaire direct et expéditif prenant une partie la machine politique du pays rebrousse poil.

Ce divorce avec la confortable routine du consensus associant même aux décisions les anciens à la retraite, fonde une partie des oppositions contre le n°1 du Parti. Elles se nourrissent aussi de la brutalité de la lutte anti-corruption dont les méthodes expéditives basées sur la délation attisent mécaniquement les rancoeurs.

Lire à ce sujet : Xi Jinping rénove le Parti, recentre son pouvoir et s’organise pour durer. et, pour revenir aux contrastes philosophiques entre l’Occident, et l’Orient qui ne considère pas que la « démocratie » et l’exigence de « la séparation des pouvoirs » soient des « valeurs universelles » : Réflexions sur les origines de la corruption et ses remèdes.

Le « glaive » de la Commission de discipline.

Inspection par la commission de discipline de l’usine automobile Dayun dans le Shanxi en novembre 2016. En janvier dernier, pour répondre aux critiques contre les méthodes brutales de la Commission, CCTV a diffusé aux heures de grande écoute un film en 3 épisodes intitulé « Combattre le fer par le fer » mettant en scène les succès des inspections.

Nombre de commentateurs qui s’interrogent aussi sur l’absence d’indépendance de la Commission y ont vu une autopromotion de Wang Qishan. Liu Rui analyste politique pose le problème de l’indépendance politique de la Commission : « Personne ne contrôle les contrôleurs et les contrôlés locaux ne manqueront pas de s’interroger sur l’objectivité du pouvoir central ».


*

Une autre volet du texte de Wang Qishan publié dans le Quotidien du Peuple éclaire les intentions du pouvoir comme jamais un dirigeant chinois ne l’avait fait récemment tout en plaidant pour sa paroisse dont les méthodes sont souvent critiquées. « 巡视 彰显 中国 民族 监督优势 (les inspections - de la Commission de discipline, c’est l’auteur qui précise - expriment les avantages de la vision chinoise de la démocratie »).

L’article est avant tout un long plaidoyer légitimant l’action de la Commission de discipline aux ordres du parti et de son chef. « 以习近平同志为核心的党中央把巡视作为全面从严治党的重大举措,使之成为党之利剑 - le Comité Central et le camarade Xi Jinping à sa tête considèrent que les inspections, devenues le glaive du parti, sont des actions essentielles pour imposer une gouvernance rigoureuse de l’appareil ».

Mais il accrédite l’hypothèse courant dans le cercle des commentateurs de la Chine, selon laquelle les émules du président et le président lui-même auraient la conviction que seul Xi Jinjing serait doté du courage et de la force de caractère pour mener à son terme la refondation éthique de l’appareil politique chinois dont l’assainissement et la régénération ne font que commencer. 我们面对的问题是长期形成的, 解决起来必然要经历一个长期过程 (les problèmes auxquels nous faisons face ont des racines anciennes et leurs solutions exigeront de l’expérience et du temps.)

Une idée qui suggère inévitablement celle – non exprimée - de la prolongation des mandats de Wang Qishan au-delà de 2017 (pour poursuivre et améliorer les inspections par la Commission de discipline) et au-delà de 2022, de Xi Jinping lui-même, seul capable de les légitimer.

Pour Wang, les succès spectaculaires du parti depuis 2012 auraient été impossibles sans Xi Jinping. Par la force de son magistère et sa capacité à imposer une stricte discipline, l’actuel n°1 a placé le parti sur une trajectoire de grandeur jamais vue auparavant. Circonstance rare dans un texte écrit à ce niveau hiérarchique, ni Jiang Zemin, ni Hu Jintao sont cités, laissant supposer que, pour l’auteur, Xi Jinping se place au-dessus de ses prédécesseurs et qu’il aurait la légitimité pour bousculer les habitudes.

Même si au sein de l’appareil nombreux sont ceux qui craignent ce chamboulement du processus de succession ayant éliminé Sun Zhengcai, pour l’heure, aucune voix contraire ne s’est élevée.

Notes :

[2La réciproque n’est pas toujours vraie. S’il est exact qu’au Moyen Orient les intérêts chinois ont rapproché Pékin de Téhéran et de la Syrie, en revanche, sur les différends entre Moscou et les Occidentaux en Europe orientale et en Crimée, Pékin est resté sur une prudente réserve.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le nouveau réalisme des relations franco-chinoises sur fond de crispations européennes

Le « Monstre céleste constructeur d’îlots »

Vers une guerre totale en Corée du nord ? Les pièges mortels des incertitudes et des malentendus

19e Congrès : Qui est Chen Miner 陈 敏 尔 ?

A Hambourg en feu, Xi Jinping, V. Poutine et D. Trump avancent leurs pions, tandis que Kim Jong-un défie le monde