Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

19e Congrès. Les hommes du président en route pour 2022. 1re Partie : Une stratégie à 3 volets

Xi Jinping et ses conseillers. De gauche à droite, rangée du haut, Shu Guozeng, Liu He, Li Zhanshu, Ding Xuexiang. Rangée du milieu, Cai Qi, Fu Zhenhua, Huang Kunming, Chen Xi. Rangée du bas, Meng Qingfeng, Wang Xiaohong, Chen Yixin. Source SCMP. Dessin de Lau Ka-kuen. Le lecteur retrouvera tous ces fidèles et quelques autres tout au long des deux parties de l’étude .


*

Le 27 mai, Xinhua publiait une série de décisions concernant des mouvements de personnels de la haute administration du pays. La plupart confirmaient des affectations déjà en cours depuis au moins un an. Mais parmi elles, les médias occidentaux ont noté la désignation surprise du maire de Pékin Cai Qi à la tête du parti de la capitale en remplacement de Guo Jinlong transféré au poste de n°2 de la Commission Centrale pour le progrès éthique et culturel, mais restant à la tête du Comité d’organisation des JO d’hiver de 2022.

Les affectations s’inscrivent dans le branlebas en amont du Congrès destiné à consolider les bases politiques du président Xi Jinping. Si tout se passe selon les errements antérieurs, à l’issue de ce qui sera la 19e édition du Congrès du Parti depuis 1921, parmi les hommes qui, à l’automne, entreront au Comité permanent du Bureau Politique (C.P.B.P.) se trouveront les successeurs de Xi Jinping et de Li Keqiang en 2022.

Déclenchée depuis 2013, la manœuvre qui s’accélère au milieu d’un des plus formidables ébranlements imposés au Parti et à l’armée par un secrétaire général, vient en appui des tractations pour hisser vers le sommet des hommes acquis à la vision du « rêve chinois » du Président.

Ce dernier dont le volet extérieur a récemment été exprimé à la mi-mai par le séminaire sur « les nouvelles routes de la soie », est, on le sait, articulé à la « modernisation » par un effort interne d’innovation et par la quête de technologies étrangères sinisées, l’ajustement du système économique et financier pour réduire les dettes et augmenter la consommation domestique, à quoi s’ajoute le renforcement des capacités de l’APL au prix de très sérieux bouleversements de ses structures [1].

En fond de tableau, le redressement éthique du Parti, objet d’une vaste campagne anticorruption à la dimension inédite appuyée par l’alourdissement des contrôles de l’information et d’internet destiné à tenir à distance les influences occidentales considérées comme dangereuses pour la pérennité du régime.

Aux commandes de cette entreprise de rénovation à la fois teintée de rêve et de crispation politique, il y a la personnalité du Président, plus autoritaire et plus directif que ses prédécesseurs. Animé par l’urgence de régénérer le Parti et de protéger la Chine de l’influence dangereuse des « valeurs occidentales », le n°1 chinois se distingue de ses prédécesseurs par un style de travail centralisateur qui s’est progressivement éloigné des préceptes du consensus politique énoncés par Deng Xiaoping à la fin des années 70, après les affres de la révolution culturelle.

Il va de soi que cette distance prise avec le dogme, s’ajoutant aux secousses infligées à la machine politique par les bourrasques tous azimuts de la lutte anticorruption créent un terreau favorable à la contestation du magistère de Xi Jinping. Pour le secrétaire général, tout le défi du Congrès consiste à subjuguer ces frondes potentielles pour propulser vers le sommet des hommes adhèrant à sa vision et à ses méthodes.

*

Après avoir rappelé les récents mouvements de personnels permettant de décrypter la méthode Xi Jinping, l’étude qui suit passe en revue, dans sa deuxième partie, la garde rapprochée de Xi Jinping en amont du Congrès à quoi s’ajoute un vaste réseau de fidèles dévoués méthodiquement mis en place dans les provinces.

Ce groupe d’adeptes dévoué assiste le Secrétaire Général dans sa manœuvre pour, dans l’opacité et au milieu des clans rivaux, rallier à sa cause une majorité de voix au Comité Central qui désignera les personnalités composant le cœur du pouvoir chinois ainsi que les différents secrétariats et commissions qui lui sont attachés [2].

*

La première revue d’effectifs ci-après ne prétend pas à l’exhaustivité. Elle est un exemple illustrant la manière du secrétaire Général, proche de celle déjà utilisée dans l’APL [3], visant à rallier les talents, consolider la base des anciens et promouvoir rapidement les fidèles.

Assortie de critères privilégiant à la fois la loyauté et l’expérience des postes réputés difficiles, elle a, depuis 2015, accéléré l’attribution de responsabilités à la tête des provinces à des PDG de grands groupes publics (2e partie). Logiquement les critères de cette course au pouvoir sont à la fois le mérite, l’endurance et les qualités de maîtrise.

Au passage, à la liste des sésames vers le sommet, Xi Jinping et ses proches ont rajouté la loyauté politique au point d’en faire parfois le premier des critères.

*

A la fin mai, plusieurs haut-fonctionnaires ont été officiellement confirmés dans les postes qu’ils occupaient pour certains depuis 2012. Les deux premiers sont les plus jeunes du bureau politique dont la trajectoire n’était pas proche de celle de Xi Jinping mais qu’il cherche à rallier à sa cause. Les deux suivants sont d’anciens fonctionnaires de base qui renforceront l’audience de Xi Jinping au sein du Comité Central. Le 5e est un fidèle qui doit sa promotion à la tête de la mairie de Pékin à ses anciennes relations avec le Président et à sa loyauté.

1.- Rallier les talents.

En bas à droite : Sun Zhengcai, n°1 à Chongqing et Hu Chunhua à Canton tous les deux agés de 54 ans et membres du Bureau Politique sont les deux plus jeunes de la haute direction chinoise. Bien que ne faisant pas partie des proches de Xi Jinping, leurs capacités à relever avec succès les défis les placent en bonne position pour entrer au Comité Permanent. A gauche Chen Min’er 57 ans, est un des candidats préférés de Xi Jinping. Mais il n’est pas encore membre du BP. Montage agence Nikkei.


*

Sun Zhengcai, 54 ans, membre du Bureau Politique depuis 2012 et du Comité Central depuis 2007 est confirmé à la tête de la municipalité de Chongqing. Avant son affectation à la tête de la plus puissante municipalité autonome en 2012, Sun avait été membre du Comité permanent de la municipalité de Pékin (2002 – 2006), ministre de l’agriculture pendant la crise du lait à la mélanine (2006 – 2009) qui fit 300 000 victimes et tua 6 bébés [4], après quoi, il fut affecté à la tête de la province de Jilin (2010 – 2012) où il obtint d’appréciables succès dans le développement de la province.

Membre de la 6e génération des dirigeants chinois, à la tête d’une entité administrative sensible vaste comme l’Autriche, peuplée de 33 millions d’habitants, au PIB comparable à celui de Cuba, ayant connu en 2012 le scandale politique de Bo Xilai, Sun Zhengcai dont les allégeances initiales n’allaient pas à Xi Jinping, mais plutôt à Jia Qingling et Wen Jiabao, fait, depuis 2013 à Chongqing, la promotion active du rôle de Chonggqing dans les « nouvelles routes de la soie ». Il ne fait pas de doute qu’il sera un des loyaux appuis du président dans la bataille du 19e Congrès.

Hu Chunhua, 54 ans, membre du Bureau Politique depuis 2012 et du Comité Central depuis 2007, est formellement confirmé à la tête de la province de Canton, responsabilité qu’il exerçait déjà depuis 5 ans comme chef du Parti. Avec Sun Zhengcai, il est l’autre étoile montante, admis au BP alors qu’il n’avait que 49 ans.

Au cours de sa carrière construite à l’écart de celle de Xi Jinping, dans le sillage des Tuanpai 团派 de la ligue de la jeunesse proche de Hu Jintao, il fut dès l’âge de 38 ans le n°1 au Tibet (2001 – 2007), puis à 45 ans le gouverneur du Hebei (2008 – 2009). Dans la foulée il a pris la tête de la Mongolie intérieure 2009 – 2012 où il eut à gérer la fronde des éleveurs, épisode au cours duquel il fit preuve d’une grande habileté politique.

Lire notre article Les causes croisées de l’agitation en Mongolie intérieure.

Dans le paysage politique Chinois, Hu Chunhua qui, sur sa demande, a passé 20 ans de sa carrière politique au Tibet avant de faire preuve de sang froid en Mongolie, manifestant une loyauté sans faille au Parti, est une personnalité qui mérite attention. Certains voient en lui le futur secrétaire général. Il appartient en tous cas à la cohorte des hauts fonctionnaires brillants dont Xi Jinping cherche à se ménager les appuis.

Notes :

[1Déflation de 300 000 personnels, en cours depuis janvier 2017, essentiellement dans l’armée de terre alors que les effectifs de la marine et l’armée de l’air augmentent ; réduction du nombre de régions militaires de 7 à 5 élevées au niveau de « théâtres d’opération » avec les moyens de commandements afférents ; création au sein de la CMC d’une structure de commandement interarmées ; réforme complète des structures de gestion des personnels après les scandales ayant conduit à l’exclusion du parti des généraux Cu Xaihou et Guo Boxiong, le premier décédé avant son jugement, le deuxième ancien n°2 de la C.M.C à la retraite, condamné à la prison à vie pour corruption liée à l’achat des promotions.

[2Liste des principales structures du Parti avec leurs effectifs actuels. C.P.B.P – 7 membres - ; Bureau Politique – 25 membres - ; Commission Militaire Centrale (C.M.C) – 11 membres - ; Comité Central – 205 membres + 171 suppléants (dont 20% sont des militaires) - ; Commission Centrale de contrôle et de discipline – 13 membres - ; Secrétariat du Comité Central – 7 membres -

[4Le 10 juillet 2007, alors que Sun Zhengcai était ministre de l’agriculture, la Cour Intermédiaire de justice de Pékin exécuta la sentence de mort prononcée contre Zheng Xiaoyu, 62 ans, ancien Directeur de la sécurité alimentaire peu de temps après que la Cour Suprême ait rejeté l’appel de ses avocats.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Vers une guerre totale en Corée du nord ? Les pièges mortels des incertitudes et des malentendus

19e Congrès : Qui est Chen Miner 陈 敏 尔 ?

19e Congrès. Les couteaux sont tirés. Xi Jinping élimine ses opposants, consolide son pouvoir et s’installe pour durer

A Hambourg en feu, Xi Jinping, V. Poutine et D. Trump avancent leurs pions, tandis que Kim Jong-un défie le monde

19e Congrès. Les hommes du président en route pour 2022. 2e Partie : La garde rapprochée et les fidèles des provinces