Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

A Hong Kong, un tribunal invalide 4 parlementaires récemment élus

NOTE de CONTEXTE.
Invalidations. Le dessous des cartes.

Le 12 octobre 2016 Andrew Leung Kwan-yuen, le nouveau président du Legco a été placé sous la pression de la mouvance pro-Pékin pour l’obliger à interdire une nouvelle prestation de serment aux deux activistes qui, lors de leur première tentative, avaient gravement outragé la Chine. Plus tard, il a été désavoué par l’ancien gouverneur Leung Chun-ying qui a porté plainte contre 4 députés dont il avait pourtant accepté la prestation de serment en dépit de déclarations et d’attitudes rebelles ou critiques de Pékin, peu conformes au cérémonial d’investiture.


*

Après le 7 novembre 2016, date à laquelle l’Assemblée Nationale Populaire à Pékin avait invalidé deux députés indépendantistes (ou « localistes ») nouvellement élus, accusés de n’avoir pas respecté le rituel de la prestation de serment à Pékin, la nouvelle invalidation de 4 députés le 14 juillet par un tribunal de première instance de Hong Kong porte à 6 le total des élus exclus du parlement du Territoire.

Il est cependant important de préciser que les 4 derniers exclus, eux aussi accusés d’avoir manqué au rituel de la prestation de serment, n’avaient pas tous manifesté aussi clairement la volonté de rupture avec Pékin. Il est vrai que deux d’entre eux ont évoqué l’idée d’une auto-détermination du Territoire en 2047, ce qui, pour Pékin, revêt cependant un potentiel tout aussi explosif.

Cette ambiguïté, laissant l’idée séparatiste en suspens et s’en remettant au choix d’une consultation populaire non inscrite dans la constitution de la R.A.S et qu’à l’évidence Pékin ne prendra pas le risque d’autoriser, ouvre une marge de manœuvre à la mouvance démocrate. Avec la décision d’invalidation prise par l’ANP en novembre 2016, elle fonde les accusations d’une ingérence de Pékin, formulées par le démocrates et les organisations de défense des droits.

Les jugements de juillet à Hong Kong font suite à une plainte déposée après le 12 octobre 2016 par l’ancien gouverneur Leung Chun-ying et son ministre de la justice Rimsky Yuen Kwok-keung, contre Leung Kwok-hung, alias “Long Hair”, Nathan Law Kwun-chung, Lau Siu-lai et Edward Yiu Chung-yim pour la manière dont ils avaient prêté serment.

Signalant une faille dans les relations du Conseil avec l’exécutif, le président du Legco Andrew Leung Kwan-yuen avait fini par accepter leur prestation de serment, alors que le gouverneur, probablement sous la pression de Pékin, considérait que, contrevenant à l’exigence de « solennité et de sincérité », les serments véhiculaient des messages politiques « mis en scène de manière théâtrale ».

Alors que les exclus accusent l’exécutif de « harcèlement politique » et que la mouvance démocrate considère que la sentence d’invalidation est « une déclaration de guerre », ce qui laisse peu de place au débat, il faut revenir à ce qui est formellement reproché aux parlementaires invalidés, en gardant cependant en tête que la mèche séparatiste allumée assez récemment recèle pour Pékin un potentiel explosif dont il est impossible de minimiser la sensibilité.

Leung Chung-hang alias « Sixtus Baggio » (30 ans)

Chef de file du mouvement « Yougspiration » d’inspiration « localiste », élu dans les Nouveaux Territoires Est, destitué le 15 novembre 2016 par le Legco, suite à une décision de l’ANP du 7 novembre.

Regine Yau Wai-ching (26 ans)

Membre du mouvement « Yougspiration » d’inspiration « localiste » élue à Kwoloon Ouest, destituée le 15 novembre 2016 par le Legco, suite à une décision de l’ANP du 7 novembre. En mentionnant la « République Populaire de Chine », elle en avait altéré la prononciation en « People’s refucking of Jee-na ».

Durant leur prestation de serment, les deux avaient agité une banderole qui mentionnait « Hong Kong n’est pas la Chine » (« Sixtus Baggio » s’était même enveloppé dans la banderole). Pour désigner la Chine, les deux avaient utilisé la prononciation japonaise « Jee-na », devenue péjorative depuis la guerre sino-japonaise. Le 7 novembre, le Comité Permanent de l’ANP à Pékin se réclamant de l’article 104 de la Constitution du Territoire qui permet au parlement chinois d’interpréter la constitution de Hong Kong en dernier ressort, pour invalider leur élection, au motif qu’ils devaient prêter serment à Hong Kong en tant que partie de la Chine.

Nathan Law Kwun-chung, (24 ans)

Etudiant, un des dirigeants du mouvement « Occupy Central » de 2014, secrétaire général de la fédération des étudiants de Hong Kong élu dans la circonscription géographique de l’Île de Hong Kong. Invalidé le 14 juillet par un jugement du tribunal de 1re instance de Hong Kong après une plainte déposée par le précédent gouverneur alors que le président du Legco avait accepté son serment.

Partisan d’un référendum populaire en 2047 lors du retour définitif du Territoire à la Chine, le 12 octobre 2016, il a assorti sa prestation de serment d’une déclaration liminaire défiant les autorités « vous pouvez m’enchaîner, me torturer et même détruire mon corps physique, jamais vous ne parviendrez à emprisonner mon esprit ». En prêtant serment, il a modifié son intonation donner au mot « République » dans « République Populaire », le sens d’une question.

Lau Siu-lai (41 ans)

Docteur en histoire de la sociologie, professeur à l’université polytechnique de Hong Kong, activiste politique et soutien des vendeurs de rues lors de la répression en février 2016 à Mong Kok lors du nouvel an lunaire, elle prône la désobéissance civile pour protéger les plus pauvres de l’hégémonie des promoteurs immobiliers et des grandes surfaces. Elue dans la circonscription géographique de Kwoloon Ouest et invalidée par le jugement du 14 juillet 2017.

Lors de sa prestation de serment elle a d’abord lu une version modifiée du serment, puis à sa deuxième lecture demandée par le président du Legco, elle a, en signe de protestation, adopté un rythme de lecture très lent séparant chaque syllabe d’un intervalle de 6 secondes. Mais alors que le président du Legco avait accepté sa prestation, l’ancien gouverneur a porté plainte contre elle pour « insincérité », ce qu’elle a ensuite elle-même confirmé sur son compte Facebook.

Edward Yiu Chung-yim (53 ans)

Docteur en sciences statistiques, professeur dans diverses universités de Hong Kong, activiste politique élu au titre de la circonscription électorale des architectes urbanistes, invalidé par le jugement du 14 juillet pour avoir, lors de sa prestation de serment, ajouté une déclaration sur l’indépendance de la justice, l’adoption du suffrage universel et le développement durable.

Leung Kwok-hung, alias « Long Hair » (61 ans)

D’origine modeste, élevé par une mère célibataire employée de maison, Leung est un activiste politique militant pour la démocratie et le multipartisme à partir de convictions trotskystes de sa jeunesse prolétaire. En 1975, il avait fondé la Ligue marxiste révolutionnaire et fit plusieurs séjours en prison dont une fois pour avoir brûlé le drapeau chinois. Déjà élu 3 fois au Legco en 2004, 2008, démissionnaire en 2010 pour promouvoir le suffrage universel, puis réélu 2012.

Fondateur de la Ligue des Sociaux Démocrates (LSD) dont il a été le président de 2012 à 2016, son activisme turbulent pour la désobéissance civile, ses tenues comme ses attitudes excentriques et ses longs cheveux l’avaient déjà signalé à la sécurité d’État chinoise qui en, 2008, lui refusa le visa d’entrée alors qu’il comptait se rendre sur les lieux du tremblement de terre de Wenquan au Sichuan.

Elu en 2016 dans la circonscription géographique des « nouveaux territoires Est », il a été invalidé le 14 juillet dernier pour s’être présenté à la cérémonie du serment avec un tricot noir portant un slogan prônant la désobéissance civile, brandissant un parapluie jaune symbole des manifestations « Occupy Central » où des inscriptions réclamaient la fin du parti unique en Chine et l’annulation de la décision du 31 août 2014 du Comité Permanent de l’Assemblée Nationale Chinoise stipulant que tout candidat à l’élection au poste de gouverneur de Hong Kong devrait « aimer la Chine et Hong Kong ».


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Suicide d’un général. La justice entre droit et morale

Le nationalisme des « caractéristiques chinoises » s’affirme comme l’idée force du Congrès

La purge des corrompus n’a pas de cesse

A Hong Kong, la justice met fin à l’indulgence

La force du symbole de Liu Xiaobo et la crainte des influences occidentales