Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Catastrophes

Le 14 avril dernier, alors qu’une partie du pays souffrait encore de la plus grave sècheresse depuis un siècle, un nouveau séisme d’une magnitude voisine de 7 frappait la province désolée et glacée du Qinghai, en majorité peuplée de Tibétains. Cette tragédie, qui a conduit le Président Hu Jintao à écourter un voyage au Brésil et à annuler ses visites au Chili et au Vénézuela, survenait alors que le Parti venait à peine de faire face au dernier d’une longue série d’accidents survenus dans les mines de charbon.

Les catastrophes naturelles ou industrielles, où qu’elles surviennent, déchirent les familles, sèment la désolation et induisent presque toujours, chez les proches des victimes, un sentiment d’injustice et une rancœur tournée contre l’autorité. La Chine n’échappe pas à cette règle. L’hostilité des populations contre les cadres locaux y est souvent décuplée par un lourd passé de dissimulations et de mensonges.

Mais il arrive que, le temps et les circonstances aidant, la vindicte populaire soit désarmée et ne se manifeste plus qu’en sourdine, par des rumeurs. Celles-ci, incontrôlables, continuent pourtant de circuler longtemps après les drames. En dépit des efforts de plus en plus soutenus consentis par le pouvoir pour retrouver sa légitimité, elles en disent long sur le déficit de confiance dont souffre encore le système parmi les populations laissées pour compte ou rebelles à l’assimilation.

Le 4 avril dernier, 115 mineurs sur 153 ont été sauvés de justesse de la noyade, après qu’une inondation les ait, à la fin mars, bloqués au fond d’un boyau de leur mine du Shanxi, à 700 km au sud-ouest de Pékin. Tous les observateurs s’accordent à dire que les efforts déployés par les sauveteurs, encouragés par une visite du Premier Ministre et une mobilisation sans faille des autorités, ont été exemplaires. La gratitude des familles des victimes et des rescapés s’est exprimée à la télévision officielle retransmise aux heures de grande écoute sur toutes les chaînes, et dans toute la Chine. L’accident, qui a tout de même fait 31 victimes, s’est donc mieux terminé que d’autres, au bilan bien plus désastreux.

Et pourtant, d’aberrantes et improbables rumeurs se propagent sur le net, laissant entendre que le miracle n’était que propagande, et le sauvetage une mise en scène. Une paranoïa malveillante qui traduit le scepticisme et les soupçons, fond de tableau de la relation entre cette catégorie de la population en situation précaire et le Parti. Peut-être, la manière dont les familles ont d’abord été tenues à l’écart du drame, privées d’information et empêchées de s’approcher du site, y est-elle pour quelque chose. La propagande aussi, qui affirmait sans pudeur, dans le Quotidien du Peuple, que le sauvetage était une « manifestation évidente de la supériorité du système chinois et montrait l’esprit héroïque de la Nation chinoise », a également contribué à alimenter les commentaires cyniques et les ironies.

Car les mineurs et tous ceux qui suivent leur lutte pour plus de sécurité savent bien l’état réel des mines chinoises, de loin les plus dangereuses du monde, avec un taux de décès six fois supérieur à celui de la Russie, qui n’est pourtant pas un modèle de sécurité, et au moins 100 fois plus lourd que celui de n’importe quel pays développé. Après chaque accident, le Centre impute invariablement les désastres aux cadres locaux et aux propriétaires des mines. Pour enfoncer le clou de la responsabilité des cellules locales du Parti, souvent de mèche avec les exploitants, Luo Lin directeur à Pékin du bureau de la sécurité du travail et responsable de l’enquête, a précisé que « l’accident aurait pu et aurait du être évité ».


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le nationalisme des « caractéristiques chinoises » s’affirme comme l’idée force du Congrès

La purge des corrompus n’a pas de cesse

A Hong Kong, la justice met fin à l’indulgence

A Hong Kong, un tribunal invalide 4 parlementaires récemment élus

La force du symbole de Liu Xiaobo et la crainte des influences occidentales