Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

Contrôler la croissance, restructurer l’économie. La difficile quête de la qualité

Les brèves ci-après proposent une radiographie de l’économie chinoise à la veille de la Grand Messe annuelle de l’Assemblée Nationale Populaire. Elles révèlent que la succession de mesures adoptées pour contrôler l’inflation ont commencé à ralentir la production de la machine industrielle, tandis que les rapports avec la main d’œuvre dans le bassin d’emploi de la Rivière des Perles est en train de se modifier dans les entreprises à faible valeur ajoutée.

Dans un contexte où le gouvernement peine à restructurer le secteur industriel (acier, charbon, terres rares, énergies renouvelables) et celui de l’énergie, et où la réorientation de l’économie vers plus de consommation intérieure et d’investissements sociaux est handicapée par de nombreux obstacles structurels, le pouvoir a fixé l’objectif moyen de la croissance à 7% dans les 5 années qui viennent. Cette réduction des objectifs qui a peu de chance d’être respectée, témoigne cependant de la volonté du Régime de privilégier la croissance qualitative, et les investissements sociaux, une priorité déjà définie en 2002 et 2007.

Les achats d’actifs dans le secteur des énergies fossiles en Amérique du Nord et en Europe (1er pas de CNPC sur le Vieux Continent) confirment les priorités et les besoins de la Chine en énergie, dont la consommation augmente de 15% par an. Dans un avenir prévisible, cette dernière continuera à reposer sur les ressources fossiles qui seront l’un des secteurs prioritaires de la R&D au cours du 12e Plan. Les objectifs de porter la part des énergies renouvelables à 15% sont confirmés.

Les tensions avec les pays occidentaux et notamment les Etats-Unis sur la question de la captation des technologies sensibles ne se relâchent pas et se traduisent par le blocage des investissements du géant des télécom Huawei aux Etats-Unis et, en réponse, la création en Chine d’une commission de contrôle des investissements étrangers aux attributions larges, dont les critères dépassent la sécurité défense et s’élargissent à la sécurité économique. Ces raidissements handicaperont la Chine, toujours en partie dépendante des hautes technologies importées, clés d’un développement de meilleure qualité.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le Yuan, l’étalon Or et le pétrole. Décryptage d’un mythe

Réforme des groupes publics par l’injection de capitaux privés

Au-delà des indices, les grands soucis économiques du régime

Pékin, Washington, Pyongyang. Du tambour de guerre aux conflits commerciaux

WANDA group et COSCO, deux histoires contrastées, révélatrices des stratégies de Pékin