Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Corée du nord. La sidération thermonucléaire

Le petit fils de Kim Il-sung est à la tête d’un régime militarisé dont l’arme nucléaire constitue le gage de sa survie. Toujours aux prises avec des difficultés alimentaires il comprend mal la logique de profit qui sous tend les investissements étrangers.

Après le test nucléaire nord-coréen du 6 janvier, le scénario des réactions internationales qui se répète depuis 2006 n’a pas varié, sauf que, pour la dernière expérience en date, Pyongyang affirme avoir franchi le cap technologique de la fusion ce qui ajoute beaucoup à la sidération internationale, la puissance théorique d’un tel engin pouvant être 1000 fois supérieure à celle d’une bombe A classique. Mais pour l’heure, les premières réponses de la communauté internationale sont symétriques de celles qui suivirent le dernier test de 2013.

Alors que les experts s’interrogent sur la réalité thermonucléaire de l’engin, le conseil de sécurité réuni en urgence a unanimement condamné l’explosion, tandis qu’à Pékin, Wang Yi a, lors des vœux de nouvel an au Waijiaobu, répété la détermination chinoise à dénucléariser la péninsule et exhorté Pyongyang à tenir ses promesses. Peu avant, le porte parole Hua Chunying évoquait un risque de contamination radiologique du territoire chinois dont la frontière nord-est est située à 100 km de l’explosion.

Il est probable que, comme en 2006, 2009 et 2013, le Conseil condamnera la Corée du Nord et imposera des sanctions. Lire la Résolution 2094 (2013).

Depuis 2013, la résolution 2094 s’applique aux comptes et aux banques nord-coréens à l’étranger, aux voyages des dirigeants hors de la péninsule et à leurs importations de produits de luxe. A l’époque, la participation de la Chine aux sanctions avait suscité l’espoir qu’elles seraient efficaces. L’explosion du 6 janvier prouve le contraire.

Pourtant, déjà se dessine un raidissement dont l’expérience passée suggère qu’il n’aura aucun effet sur le régime nord-coréen. Il pourrait même aggraver la situation et préparer l’effondrement du régime de non prolifération.

*

Une dépêche de l’AFP indique que le 7 janvier John Kerry a téléphoné à son homologue chinois Wang Yi pour souligner l’échec des stratégies de souplesse cautionnées par la Chine, suggérant que le moment était venu d’augmenter la pression sur le régime nord-coréen. Au même moment, Philipp Hammond, le ministre des Affaires étrangères britannique en visite sur le porte-avions Ronald Reagan basé à Yokusuka appelait lui aussi à alourdir les sanctions. Surtout, il laissait entendre, accusant en filigrane la Chine, que l’inefficacité des contraintes imposées à Pyongyang prenait racine dans une mise en œuvre trop laxiste de la résolution 2094.

Pékin qui dit vouloir « dénucléariser » la péninsule et affiche une évidente frustration à l’égard de Kim Jong-un [1], affirme cependant que ses moyens de pression sur Pyongyang restent limités, ce que nombre d’observateurs contestent. Dans une situation où les arrière-pensées héritées de la guerre froide continuent de brouiller les positions des principaux acteurs, il est légitime d’attester que, techniquement, la poursuite du programme nucléaire nord-coréen est en partie due au laxisme des contrôles frontaliers, lui-même favorisé par l’enchevêtrement chinois des affaires et de la politique facilitant les transferts clandestins vers la Corée du nord de technologies sensibles.

Il est vrai qu’à la suite des déclarations répétées par le China Daily le 7 janvier sur la détermination chinoise à ne pas laisser la prolifération nucléaire déstabiliser la péninsule, et après le test du 6 janvier, les contrôles policiers avaient été renforcés à Tumen ville frontière avec la Corée du nord située à 200 km au nord du site des 4 explosions souterraines [2]. Pour autant, le lendemain de l’explosion les convois de camions continuaient à franchir la frontière dans les deux sens. En arrière plan nombre d’experts, y compris chinois, affirment que Pékin hésitera toujours à faire peser sur son ancien allié de la guerre froide une contrainte risquant de déstabiliser le régime.

*

En réalité, les partisans de la méthode forte manquent plusieurs très importantes parties de l’image. La première est chinoise.

Les ambiguïtés chinoises.

S’il est vrai que Pékin n’a pas plus intérêt que les Etats-Unis, le Japon ou la Corée du sud à la nucléarisation de la péninsule, boîte de Pandore stratégique dont il est facile d’imaginer les effets déstabilisants sur la région et sur le régime de non prolifération, le Politburo considère néanmoins que l’augmentation des pressions chinoises portent en elles un risque d’effondrement de la Corée du nord, ouvrant de vastes incertitudes géopolitiques dont il n’est pas très certain qu’elles seraient à l’avantage de la Chine.

Sans compter que les experts chinois estiment, non sans raison, que le resserrement des sanctions sur Pyongyang pourrait accélérer le programme nucléaire nord-coréen au lieu de le freiner. C’est la raison pour laquelle, selon les douanes chinoises, la Chine a exporté en Corée du Nord 176 000 tonnes de pétrole rafiné et 23 millions de tonnes de céréales. Pour Madame Xie Yanmei, analyste à l’International Crisis Group, citée par l’AFP, « une Corée du nord nucléaire serait une occurrence inconfortable et dérangeante. Mais un effondrement du régime, provoquant un chaos de grande ampleur à ses portes avec la perspective d’une réunification sous l’influence de Washington serait un cauchemar ».

Enfin, rarement évoqué par les analyses, planent, au-dessus des considérations stratégiques, les réminiscences de la guerre de Corée, un des fondements de l’épopée maoïste contre l’Amérique, au cours duquel près de 3 millions de soldats de l’APL ont été engagés par Mao sous le nom de « volontaires chinois » dont plus de 180 000 ont été tués. Augmenter les pressions contre Pyongyang mettrait en danger l’héritage maoïste du Parti auquel l’actuel Politburo est encore plus attaché que ses prédécesseurs.

Pyongyang accroché à son programme nucléaire, gage de survie.

Le deuxième élément de ce dilemme sous forme de cul-de-sac hérité de l’histoire des blocs de la guerre froide est nord-coréen. Enfermée dans le vieux paradigme isolationniste du « pays ermite », toujours mentalement structurée autour de l’histoire inachevée de la guerre suspendue à un armistice interminable vieux de 62 ans secoué par un longue série d’incidents meurtriers dont Pyongyang fut en partie responsable, critiquée à l’extérieur pour son régime politique dynastique, rigide, militarisé anti-démocratique et menaçant, l’oligarchie au pouvoir a fini par considérer que sa capacité nucléaire constitue le principal moyen, peut-être le seul, de sa légitimité interne et de sa survie.

Ses exigences internationales parlent d’elles-mêmes. Elles n’ont pas varié depuis l’armistice : un dialogue bilatéral avec Washington, pouvant aboutir à un traité de paix que Pyongyang assimile à un pacte de non agression capable de tenir à distance les menaces militaires américaines. Parallèlement, le régime nourrit l’espoir que les P5 et surtout les interlocuteurs de Pyongyang au dialogue à 6 (Pékin, Séoul, Washington, Moscou et Tokyo) arrêté en 2012, accompagneraient, comme l’a fait la communauté internationale avec l’Iran, la création d’une capacité nucléaire civile [3].

Sur la péninsule coréenne plus qu’ailleurs les sanctions et encore moins la posture guerrière n’ont donc aucune chance d’aboutir à un apaisement, bien au contraire. Voilà en effet un théâtre où le jeu des dissuasions croisées à tous les étages rend très improbable le déclenchement d’un conflit majeur, mais dont la menace sans cesse brandie en réponse aux rodomontades de Pyongyang nourrit l’appareil militaire nord-coréen. Le cercle vicieux perpétue le régime carcéral de la famille Kim et ses abus humanitaires, dont la liste avait été répertoriée dans un rapport publié par l’ONU en février 2014, assorti des menaces de déférer Kim Jong-un lui-même à la Cour pénale internationale pour crime contre l’humanité.

A ce jour, le seul résultat du rapport fut une sèche réfutation de la Chine qui qualifia le rapport de « critique irraisonnable » tandis que Pyongyang accusaient les rédacteurs d’avoir été manipulés par des « forces hostiles soutenues par les États-Unis, l’Union Européenne et le Japon. ». Il est probable que la séquence « droits de l’homme » de 2014 dont on ne peut pas douter qu’elle ait été initiée avec les meilleures intentions du monde de mettre fin aux souffrances du peuple coréen et d’en punir les responsables, a en réalité abouti à l’accélération du programme nucléaire. Lire notre article Corée du Nord : Désarroi de la puissance. Résurgence du complexe humanitaire

Notes :

[1Le n°1 à Pyongyang n’a jamais été reçu officiellement à Pékin depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, alors que 6 rencontres au sommet ont déjà eu lieu avec la présidente Park Geun-hye, l’homologue sud-coréenne du petit fils de Kim Il-sung.-

[2Selon les informations des services sud-coréens recoupées par des sources américaines et chinoises, les 4 explosions souterraines ont eu lieu dans la province d’Hamyong du nord, à 370 km au Nord-est de Pyongyang, sur le site de Punggye-ri dont le point moyen est à 90 km à l’Est de la frontière chinoise et à 490 km à l’est de Shenyang. Les trois premières seraient provoquées par des engins à fission. La 4e serait due à une bombe thermonucléaire miniaturisée.

Les expériences ont eu lieu aux dates suivantes : Le 9 octobre 2006, magnitude de la secousse 4,3, puissance estimée 0,2 à 1 KT ; le 25 mai 2009, magnitude de la secousse 4,7, puissance estimée 2 à 7 KT ; le 12 février 2013, magnitude de la secousse 5,1, puissance estimée 6 à 7 KT ; le 6 janvier 2016, magnitude de la secousse 4,9 (source chinoise), 5,1 (source américaine), la puissance estimée serait de 7 KT, mais la nature thermonucléaire de l’engin annoncée par Pyongyang n’a pas été confirmée.

[3Le dialogue à 6 qui durait depuis août 2003, après le retrait en 2002 de Pyongyang du traité de non prolifération, avait comme objectif des garanties de sécurité au régime de la famille Kim, l’aide à l’accès au nucléaire civil, la fin des sanctions et l’établissement de relations diplomatiques avec Washington, en échange du démantèlement vérifiable et irréversible de l’arsenal nucléaire nord-coréen.

Il a capoté le 6 avril 2012 après une longue suite d’incidents graves dont le premier fut la destruction par une torpille le 26 mars 2010 en mer Jaune du Cheonan-Ham, une corvette sud-coréenne de 1200 tonnes avec 104 marins à bord dont 46 furent tués dans l’explosion ou se noyèrent.

La commission d’enquête avait officiellement attribué le responsabilité du torpillage à la marine nord-coréenne au milieu de très sérieux doutes sur l’origine de la torpille. Le 23 novembre 2010, l’artillerie nord-coréenne bombardait l’île sud-coréenne de Yeonpyeong tuant 2 militaires sud-coréens et détruisant plusieurs habitations. Le 6 avril 2012, le lancement avorté d’un satellite par Pyongyang fut considéré par les 5 autres membres du dialogue comme une entorse aux accords de non prolifération balistique et une « provocation » qui incita les États-Unis à mettre fin au dialogue.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le grand chassé-croisé sino-américain en Asie. Un apaisement en demi-teinte

Un nouveau Bureau Politique sans aspérités, dévoué au volontarisme rénovateur de Xi Jinping

En route vers le Congrès

Chine – Etats-Unis, la variable indienne, la stratégie de l’esclandre et les risques de riposte chinoise

Le « China Quaterly » et la rigueur académiques aux caractéristiques chinoises