Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Coup de semonce libéral de Wen Jiabao

Les récents événements de la politique intérieure chinoise témoignent une fois de plus de l’effervescence idéologique et des rivalités en cours au sein de l’oligarchie et parmi les intellectuels.

Alors que le régime pourchasse la corruption à des niveaux très élevés du système politique, avec une fermeté et une constances rares, tout en explorant une voie « spécifiquement chinoise » qui lui permettrait de s’affranchir des marqueurs démocratiques dangereux pour sa survie, l’ancien Premier Ministre Wen Jiabao dont on connaît l’engagement pour plus d’ouverture politique, vient de faire sur la 1re chaîne de télévision nationale une intervention très inhabituelle pour un dirigeant à la retraite, mettant à mots couverts, mais très solennellement en garde contre le risque des dérives populistes.

Dans sa forme – un éloge appuyé à Xi Zhongxun, le père du Président – comme dans le fond – le sujet abordé faisait allusion à la catastrophe de la révolution culturelle -, l’initiative de Wen Jiabao se comprend comme un soutien sans ambiguïté apporté au Premier Ministre engagé dans une lutte contre les prébendes et les féodalités et une mise en garde voilée à Xi Jinping qui prête une oreille attentive aux idées de la « nouvelle gauche », alors que son propre père, un des cadres fondateurs du Parti, fut martyrisé par Mao puis par la révolution culturelle.

On s’en souvient, le mouvement d’idées de la « nouvelle gauche » avait apporté sa caution à l’expérience Bo Xilai à Chongqing, dont la teneur très anti-démocratique, notamment parce qu’elle concentrait en quelques mains l’ensemble des pouvoirs, était cependant vue par certains comme un exemple efficace d’un voie chinoise, protégée des dangereuses influences politiques occidentales. Mais si la « nouvelle gauche » rejette les principes démocratiques, considérés par les plus radicaux comme une manœuvre machiavélique de l’Occident pour affaiblir la Chine, elle n’exclut pas la remise en ordre morale du pays et la lutte contre la corruption qui fondent l’un des ressorts essentiels du mouvement.

Ce dernier condamne en effet non seulement les dangereuses imitations des systèmes politiques occidentaux, mais également les dérapages du « capitalisme bureaucratique » marqué par la corruption, l’abus de biens sociaux, le népotisme et les trafics d’influence, conséquences de l’inextricable enchevêtrement entre les affaires et la politique ayant donné naissance à une société très inégalitaire, traversée par de graves tensions et assez souvent marquée par d’inquiétants manquements éthiques de la part des cadres eux-mêmes.

L’ancien premier ministre Wen Jiabao connaît parfaitement ces situations d’autant que sa famille, peut-être lui-même, pourraient être ciblés par la campagne anti-corruption en cours. Certains disent d’ailleurs que son intervention aurait eu pour but de tracer les limites des investigations qui commencent à frapper sans discernement les familles des plus hauts dirigeants.

Mais Wen sait aussi - et c’est l’essentiel de son message politique - que sans indépendance de la justice ni un minimum d’autonomie critique des assemblées, articulés autour du principe de la séparation des pouvoirs, il ne sera pas possible de moderniser la Chine, tandis que la lutte contre la corruption et les dérapages éthiques, non encadrée par le droit, pourrait assez facilement tourner au règlement de comptes politiques.

Photo. Le 19 mai 1989, Wen Jiabao, à l’époque âgé de 47 ans, derrière Zhao Ziyang, tentant de négocier avec les étudiants Place Tian An Men. C’était 2 semaines exactement avant l’intervention de l’APL, le 4 juin 1989 et 2 jours avant le limogeage de Zhao Ziyang qui fut placé en résidence surveillée jusqu’à sa mort le 17 janvier 2005.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le grand chassé-croisé sino-américain en Asie. Un apaisement en demi-teinte

Un nouveau Bureau Politique sans aspérités, dévoué au volontarisme rénovateur de Xi Jinping

En route vers le Congrès

Chine – Etats-Unis, la variable indienne, la stratégie de l’esclandre et les risques de riposte chinoise

Le « China Quaterly » et la rigueur académiques aux caractéristiques chinoises