Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Crise du recrutement dans l’Armée populaire de Libération ?

Les troubles locaux récemment provoqués par des militaires démobilisés sont évidemment liés à la réduction en cours des effectifs de l’Armée populaire de libération (APL), ainsi qu’à l’évolution accélérée du marché de l’emploi et au non-respect des garanties qui étaient promises aux anciens soldats. Jusqu’aux années quatre-vingt-dix en effet, ces derniers avaient droit à un traitement privilégié, incluant des subventions, une aide alimentaire, un soutien pour leur logement et des vêtements d’hiver.

Dans le contexte socio-économique d’aujourd’hui, ce droit est parfois devenu un obstacle à un nouvel emploi. Beaucoup de démobilisés semblent d’ailleurs avoir perdu ces avantages sociaux lorsqu’ils ont été affectés à des entreprises d’Etat, elles-mêmes en difficulté, ou à des ministères, tels que celui des Chemins de Fer, à forte tradition militaire. Une émeute au moins aurait eu lieu parmi d’anciens soldats protestant contre les mauvaises conditions matérielles dans un centre de ré-entraînement du ministère des Chemins de Fer. Les autorités ont naturellement imposé une censure en soulignant que ces désordres étaient le fait d’un petit nombre et avaient duré peu de temps. Mais d’autres centres de ré-entraînement semblent aussi avoir été contestés par les intéressés.

Le Quotidien de l’APL (08/11) a rapporté qu’une directive commune des quatre départements généraux (Etat-major général et DG politique, logistique et de l’équipement) qui sont au sommet de la hiérarchie militaire, demande aux “autorités locales” de faire tout leur possible pour venir en aide, cet hiver, aux militaires démobilisés. Cette question menacerait la stabilité sociale, ainsi que le développement et l’image de l’APL. Mais l’appel aux autorités locales rencontrerait un certain scepticisme. Les autorités militaires locales, qui ont reçu la même directive, sont plus concernées parce qu’elles, du moins, relèvent de la hiérarchie militaire.

Le service militaire n’attire probablement plus autant que dans le passé. Il tente désormais plus souvent des jeunes moins formés et moins compétitifs. L’Etat-major général a réagi publiquement contre les “pratiques illégales de recrutement”, en clair des tentatives de corruption des officier recruteurs, qui seraient le fait de candidats n’atteignant pas le niveau requis pour être admis dans l’APL.

Selon une source citée par le SCMP de Hong Kong, plus d’un million de démobilisés devenus chomeurs après affectation à des entreprises d’Etat auraient porté plainte contre le ministère du Personnel pour rupture de contrat leur garantissant des avantages à la sortie de l’APL. Mais il semble bien que cette question sensible a été gelée pendant toute l’année précédant le XVIIe Congrès du parti, comme cela est courant dans la vie politique chinoise. D’où un effet de rebond aujourd’hui.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

La culture « Sang 丧 », entre dérision, cynisme et rébellion

Confucius au service de la sécurité routière. 车祸 猛 于 虎

Regards sur l’islamophobie des internautes chinois

Effet pervers d’Internet, la mode virale des systèmes « Ponzi »

Les réfugiés de guerre ne sont pas les bienvenus