Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Débats pour l’élection présidentielle. Passe d’armes sur l’identité de l’Ile

A l’approche des présidentielles, les deux candidats Ma Ying-Jeou (KMT) et Franck Hsieh (Xie Chang Ting du DPP) se sont affrontés le 24 février dans un débat télévisé au style très américain, soigneusement minuté et organisé autour de 20 questions posées par des Taiwanais choisis via Internet et présents dans la salle. Les sujets, révélateurs des soucis des électeurs, tournaient essentiellement autour de trois grands thèmes : les relations avec la Chine, l’identité taiwanaise et la situation intérieure. Ce dernier point a donné lieu à de vifs échanges sur les affaires de corruption dans lesquelles l’un et l’autre ont été impliqués.

Sur les relations avec la Chine les deux candidats sont d’accord pour relancer très vite les liens directs, notamment les vols réguliers. Ma a même proposé la mise en place de liaisons aériennes journalières, tout en demandant que Pékin cesse de marginaliser Taiwan sur la scène internationale, proposant que les deux rives du Détroit signent un « cessez le feu diplomatique ».

La question de l’identité de l’Ile a donné lieu à quelques surenchères. Jouant sur un terrain qu’il connaît bien et où il est plus à l’aise que son rival, Hsieh a mis en doute la sincérité de Ma, né à Hong Kong et qui a longtemps séjourné aux Etats-Unis, où il a étudié et travaillé : « Monsieur Ma change sans cesse de discours : un jour il se dit Taiwanais ; il y a 5 ans il se disait Taiwanais et Chinois. Rien ne dit qu’il n’a pas un jour été citoyen américain ou Hong-Kongais ». Pour se défendre le candidat du KMT a été contraint à quelques dithyrambes : « je suis un Taiwanais, qui mange taiwanais, boit de l’eau de Taiwan et se nourrit de riz taiwanais ; j’agirai comme un véritable Taiwanais et serait enterré dans l’Ile ; j’ai abandonné ma carte de résident aux Etats-Unis il y a vingt ans, rien ne remettra en cause mon amour pour Taiwan ».

La corruption enfin a donné lieu à des échanges pleins d’acrimonie et de rancoeurs, où les deux rivaux se sont jetés à la figure les affaires qui ont défrayé la chronique de l’Ile à Kaohsiung pour Xie et à la mairie de Taipei pour Ma.

Avec la situation intérieure de l’Ile, dont l’économie s’est essoufflée pendant le règne du DDP, la question de l’identité a été au centre des débats. On notera que, sur ce terrain, Ma qui mesure l’évolution des mentalités, y compris chez ses propres électeurs, se sent obligé de bousculer les lignes traditionnelles du KMT en faisant de plus en plus référence à ses racines taiwanaises plutôt qu’à l’appartenance de l’Ile à la culture chinoise. Faisant cela, il s’éloigne du message central et traditionnel du KMT. L’avenir dira si cette stratégie est la bonne.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• Vos commentaires

Par Anonyme Le 28/02/2008 à 13h57

> Débats pour l’élection présidentielle. Passe d’armes sur l’identité de l’Ile.

A ma connaissance, le candidat PDP se nomme en chinois Xie Changting...

Par Anonyme Le 28/02/2008 à 14h04

> Débats pour l’élection présidentielle. Passe d’armes sur l’identité de l’Ile.

L’argumentaire de Ma Yingjiu sur l’eau de Taiwan et le riz taiwanais proviennent de la stratégie dialectique mise en place par Li Denghui, lors de l’invention du concept de "nouveau Taiwanais", alors qu’il était président, conçu spécialement pour faire, de Ma Yingjiu le dauphin, en réconciliant les Waishengren et les Benshengren.
Il est intéressant de noter, ce retour de filiation non déclarée de Ma Yingjiu, alors que Li Denghui semble avoir disparu de la mémoire du KMT.

• À lire dans la même rubrique

Sommet des « Think tank » de l’Asie Pacifique à Taipei. Réflexion sur le soft power et la diplomatie taïwanaise de « substitution »

Puissance nationaliste chinoise et désarroi démocratique taïwanais

Relations dans le Détroit. Situation et perspectives. Le dilemme de Tsai Ing-wen

Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais

Sous l’œil de Pékin, Tsai Ing-wen surprise par la volte-face de Donald Trump