Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Dialogue de Shangrila. La Chine défie l’Amérique

L’Amiral Sun Jianguo à droite salue le général Nguyen Chi Vinh, vice-ministre de la défense vietnamien. Les relations entre les deux sont tendues. Causes de la brouille : les querelles de souveraineté en mer de Chine du sud notamment à propos des Paracel et de la « ligne en 9 traits » chinoise, la demande d’arbitrage de Hanoi à la Cour de La Haye et la levée de l’embargo américain sur les ventes d’armes au Vietnam.

*

Lorsqu’en juin 2002, Lee Kwan Yu le président de Singapour décédé au printemps 2015 avait inauguré le dialogue de Shangrila organisé conjointement avec l’IISS de Londres, nous étions 9 mois après le choc de l’attentat du 11 septembre contre les tours jumelles de New-York, symbole de la toute puissance des États-Unis dont la vision du monde avait calibré la réflexion stratégique depuis la fin du deuxième conflit mondial.

Mais, après avoir souligné les défis du terrorisme et de sa nouvelle dimension planétaire vue par beaucoup comme une brutale contestation de l’ordre américain, le sage de Singapour avait ajouté que, dans les années à venir, l’Asie serait mise sous tension par la rivalité entre les États-Unis et la Chine dans le Pacifique occidental.

A y regarder de plus près, cet antagonisme exprime aussi le rejet d’une organisation de la planète articulée autour d’une hégémonie américaine que Pékin supporte de moins en moins dans ses approches stratégiques directes en Asie de l’Est et en mer de Chine du sud. La colère et l’inconfort de Pékin sont augmentés par la proximité militaire des États-Unis avec la Corée du Sud et avec Manille, mais surtout avec le Japon, rival ancestral de la Chine, tandis que, depuis 10 ans, se dessine un lent rapprochement entre la Maison Blanche et Hanoi.

La rivalité sino-américaine vedette du dialogue.

Suite à l’extension artificielle par la Chine de 7 îlots dans les Paracel et les Spratly, des frégates lance missiles de l’US Navy ont conduit 2 missions dans des eaux réclamées par la Chine, mais non reconnues par la Convention de Montego Bay. Le 27 octobre 2015, l’USS Lassen est entré dans les 12 nautiques autour du récif de Subi (Spratly). Les 30 janvier 2016 l’USS Curtis Wilbur a fait de même autour de l’îlot Triton dans les Paracel. Une troisième mission a été annulée.

*

Le rejet de l’influence américaine aux portes de la Chine était le fond de tableau de la dernière session du dialogue de Shangrila à Singapour du 3 au 5 juin. Noyée dans des discours où l’acrimonie a assez souvent percé l’emballage diplomatique, la résistance à Washington exprimée par Pékin lors de cette session avait un arrière plan presque unique, focalisé autour des tensions qui montent en mer de Chine du sud.

Ainsi se cristallise l’antagonisme existentiel entre le vieil empire continental sinisé dont l’influence planétaire augmente et la 1re puissance maritime mondiale à la pensée stratégique toujours articulée autour de la prévalence de son arsenal militaire appuyée par l’idée d’un droit international dont elle affirme être le garant.

En mer de Chine du sud, les deux piliers de cet « ordre » aujourd’hui contesté s’expriment d’abord à travers les patrouilles de navires de guerre américains dans les eaux nouvellement revendiquées par Pékin autour des îlots et récifs élargis par bétonnage, ensuite par le droit de la mer détaillé par la convention de Montego Bay qui nie la légitimité d’eaux territoriales générées par des constructions artificielles.

Surtout, au-dessus des débats, planaient les demandes d’arbitrage adressées à la Cour de La Haye par les Philippines et le Vietnam indignés par les prétentions chinoises à leurs approches et sur l’ensemble de la mer de Chine du sud.

Pékin réfute l’arbitrage par le droit international.

Le 5 décembre 2014, le Vietnam, rompant avec la connivence culturelle sinisée avec la Chine, avait en effet suivi les Philippines pour porter officiellement ses différends maritimes devant un tribunal international établi sous les auspices des Nations Unies.

La requête de Hanoi demande aux juges d’examiner les droits du Vietnam sur les archipels des Paracel et des Spratly ainsi que sur les zones économiques exclusives et les plateaux continentaux rattachés. Elle les invite également à considérer le rejet par le Vietnam de la « Ligne en 9 traits » par laquelle Pékin clame sa souveraineté sur plus de 90% de la mer de Chine. Par cette démarche juridique officielle, le Vietnam devenait, 23 mois après les Philippines, le 2e pays de l’ASEAN parmi les 4 ayant un litige territorial avec la Chine, à demander l’arbitrage de la Cour Internationale.

Le recours vietnamien recoupe en partie celui de Manille posé en janvier 2013 qui affirmait : 1) que la « ligne en 9 traits » par laquelle Pékin s’accaparait virtuellement toute la mer de Chine du sud contrevenait à la Convention des NU sur le Droit de la mer ; 2) qu’en construisant des structures fixes sur certains bancs de sable et rochers submersibles qui ne sont pas des îles, la Chine s’appropriait illégalement des parties du plateau continental des Philippines ou des fonds marins internationaux ; 3) qu’en occupant certains récifs coralliens à fleur d’eau, la Chine interférait avec les droits des Philippines dans sa zone maritime.

Comme elle en a le loisir, la Chine a fait jouer la clause de réserve à la convention du Droit de la mer de Montego Bay qu’elle a ratifiée. Conformément aux articles 297 et 298, la clause autorise Pékin à ne pas accepter l’arbitrage de la cour dans les domaines où elle a, par avance, décliné toute participation au traité, notamment quand le litige porte sur les questions de souveraineté.

Ce qu’elle a officiellement fait le 25 août 2006 par une Note Verbale adressée au Secrétaire Général des Nations Unies. Au passage, cette réalité que peu de commentateurs évoquent, explique les réticences du Congrès des États-Unis à ratifier une convention autorisant ceux qui la signent à s’en exonérer dès qu’elle les met en porte à faux.

Dissonances culturelles. La Cour de la Haye ne fait pas consensus.

Yang Jiechi à gauche ancien MAE, en charge des Affaires stratégiques et Wang Yi ministre des affaires étrangères ont déjà recruté 40 pays soutiens de la Chine contre l’arbitrage de la Cour de La Haye.

*

Alors que Pékin rejette à la fois l’influence américaine et une organisation du monde héritée de l’après-guerre dominée par l’Occident et ses principes juridiques d’indépendance des tribunaux qu’elle refuse au nom d’un idéal d’organisation de la puissance publique plus proche du « despotisme éclairé » singapourien que de la démocratie, le renvoi devant une cour de justice internationale indépendante est, pour le Politburo chinois, une occurrence stratégiquement et culturellement inacceptable contre laquelle il tente de rallier le plus de voix possibles.

La riposte de Pékin aux offensives juridiques de Manille et de Hanoi s’organise autour d’une vaste campagne du Waijiaobu orchestrée par Yang Jiechi ancien MAE et responsable des Affaires stratégiques et Wang Yi l’actuel ministre des Affaires étrangères. Les deux battent le rappel de pays acceptant de soutenir la position de la Chine selon laquelle les conflits devraient être résolus non par l’ASEAN ou par une cour de justice internationale, mais par des négociations directes entre les parties.

Ce qui revient, par un contournement des organisations internationales ou régionales, à éloigner encore plus les perspectives d’une gouvernance mondiale et à contraindre Hanoi et Manille à négocier du « faible au fort ».

Pour l’heure, cette manœuvre de contournement n’a eu qu’un succès mitigé, mais elle a tout de même rassemblé une quarantaine de pays allant de la Russie et des pays de Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à l’Afghanistan et au Burundi, en passant par le Niger, le Cambodge et le Laos. Certains, en difficulté économique, acceptent l’aide de la Chine en échange de leur appui dans le conflit juridique avec Hanoi et Manille, tandis que d’autres comme la Russie s’inscrivent avec la Chine dans une contestation globale de l’ordre américain.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le grand chassé-croisé sino-américain en Asie. Un apaisement en demi-teinte

Un nouveau Bureau Politique sans aspérités, dévoué au volontarisme rénovateur de Xi Jinping

En route vers le Congrès

Chine – Etats-Unis, la variable indienne, la stratégie de l’esclandre et les risques de riposte chinoise

Le « China Quaterly » et la rigueur académiques aux caractéristiques chinoises