Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Technologies - Energie

Gaz de schiste. Une priorité stratégique pour la Chine et les Etats-Unis

Le dernier exemple du pragmatisme chinois, qui, confrontée à une urgente nécessité, s’adapte à toutes les contraintes, est clairement identifiable dans les projets chinois pour le développement du gaz de schiste. L’équation est simple et renvoie aux angoisses ancestrales des dirigeants : trouver les moyens et les ressources pour alimenter la croissance, clé de la légitimité du Parti. L’énergie, dont le pays est devenu le plus gros consommateur en 2010, est au centre de ce dilemme. Or, selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), les projections indiquent qu’en 2030 la Chine devra importer 79% de sa consommation de pétrole.

Pour sortir du piège énergétique qui risque de placer la Chine en situation de forte dépendance extérieure, réduisant de manière radicale sa marge de manœuvre stratégique, la solution du gaz de schiste, aujourd’hui dans tous les esprits, alimente une série d’initiatives. Celles-ci sont d’autant plus fébriles qu’elles sont à la fois sous-tendues par l’urgence énergétique, les espoirs de bonnes affaires et l’inexpérience des sociétés d’hydrocarbures chinoises dans ce secteur encore très mal balisé en Chine.

Pour Pékin, le rattrapage technologique passe par deux voies complémentaires. La première vise à entrer dans le capital de sociétés d’hydrocarbures occidentales expertes dans les « hydrocarbures non conventionnels » ; la deuxième consiste à briser le monopole des sociétés chinoises pour, en Chine, ouvrir la porte aux sociétés étrangères techniquement capables de commencer rapidement l’exploitation du gaz de schiste. Cette avancée dans l’inconnu est étroitement accompagnée par une coopération active avec les États-Unis.

En Chine les contradictions écologiques et notamment les extraordinaires quantités d’eau nécessaires à l’exploitation gaz de schiste poseront autant de problèmes et d’interrogations qu’ailleurs. Mais, séduit par le potentiel du secteur à rebattre les cartes énergétiques, le pouvoir ne renoncera pas à la bouffée d’oxygène offerte par cette nouvelle ressource qui a le double avantage de freiner la pollution et de diminuer la facture des importations.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• Vos commentaires

Par Caligula Le 30/03/2013 à 22h47

Gaz de schiste. Une priorité stratégique pour la Chine et les Etats-Unis.

"le pouvoir ne renoncera pas à la bouffée d’oxygène offerte par cette nouvelle ressource qui a le double avantage de freiner la pollution et de diminuer la facture des importations."

Freiner la pollution...celle dûe à la combustion du charbon, oui ; mais il ne faudrait pas oublier celle induit, par la fracturation hydraulique utilisée pour exploiter le gaz de schiste.
Certes, les études menées sur ce type d’exploitation, ne donnent pas toutes les mêmes résultats. Mais force est de constater que nous n’avons pas suffisament de recul pour avoir une vue d’ensemble des effets à long termes.
Cela dit, et comme vous le faites remarquer dans votre article, le principal souci est la consommation (énorme) d’eau, d’autant plus que celle-ci n’est pas réutilisable, car non récupérable et quand bien même son retraitement pour la purifier coûterait un bras. D’ailleurs, aux USA certains groupes écologistes (mais pas que) commencent à donner de la voix, même si pour le moment ils sont considérés comme des "illuminés".
Mais dans l’ensemble, on assiste à une augmentation du nombre de projet d’exploitation de ces gaz. En Europe, l’Allemagne, récemment, mais aussi l’Italie se penchent sur la question. Et pour compléter le tableau, j’ai lu sur un site (2000 Watts) que l’Arabie Saoudite prévoyait d’avoir recours à cette énergie pour éviter de trop "pomper" dans ses réserves, qu’elle garde pour l’export.
Ce qui serait intéressant à savoir : Que pense les dirigeants chinois du fait d’être obligé de passer par des entreprises étrangères, principalement américaine, pour pouvoir lancer l’exploitation ? Je conçois que ce ne sera pas la première fois que cela arrive, mais là, on touche à un secteur sensible.

• À lire dans la même rubrique

Lancement de 2 satellites du système Beidou

Alstom, dommage collatéral de la compétition Chine – Etats-Unis

Huawei aux Etats-Unis, un concentré de la guerre commerciale et technologique

L’impitoyable guerre des microprocesseurs. (Suite)

Du TGV à l’espace, l’innovation chinoise en marche