Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

L’APL fortement secouée par la lutte anti corruption

En février 2014, Xi Jinping, Secrétaire Général du Parti, président de la Commission Militaire Centrale avait convié 400 cadres militaires de haut rang à un séminaire organisé à Gutian, dans la province du Fujian.

Le 8 décembre, Xu Qilang, ancien commandant de l’armée de l’air, aujourd’hui deuxième vice président de la Commission Militaire Centrale (CMC) après le général Fan Chanlong - les deux ayant un rang hiérarchique supérieur à celui du ministre Chang Wangquan -, a, lors d’un séminaire organisé à Pékin, appelé les cadres de APL à se livrer à une introspection autour du thème de la corruption dans l’armée.

La déclaration venait après la nouvelle de l’arrestation formelle de Zhou Yongkang. Elle rappelait aussi l’interpellation sans ménagement par la police de l’ancien commissaire politique de l’APL Xu Caihou emmené manu militari de l’hôpital 301 où il était traité pour un cancer et du général Gu Junshan, ancien n°2 du département logistique de la CMC, démis de ses fonctions en 2012, tous les deux convaincus de vastes malversations et corruptions.

Le 9 décembre, un article du China Daily qui relatait le séminaire concluait en citant le général Zhang Yang Directeur du Département Logistique de l’APL, également membre de la CMC : « la purification des rangs de l’armée est la condition de sa force ». L’exercice d’introspection venait après plusieurs incidents graves qui reflètent un très profond malaise dans l’appareil militaire chinois, secoué jusqu’aux plus hauts sommets de l’ancienne hiérarchie.

Ce n’est pas la première fois que l’APL subit les foudres des enquêteurs de la Commission de discipline. L’ancien secrétaire général Hu Jintao avait déjà lancé une offensive en 2006. Mais elle avait fait long feu. Cette fois l’affaire est plus sérieuse. Xi Jinping, fort de ses connexions articulées autour de la carrière de son père et de la connivence des « anciens du Shaanxi », secoue l’appareil militaire chinois avec une vigueur dont les contrecoups se font sentir jusque dans les positions retranchées des anciens du Parti à la retraite. Une série de suicides dans les rangs de la haute hiérarchie signale que la campagne touche juste et vise haut.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le nationalisme des « caractéristiques chinoises » s’affirme comme l’idée force du Congrès

La purge des corrompus n’a pas de cesse

A Hong Kong, la justice met fin à l’indulgence

A Hong Kong, un tribunal invalide 4 parlementaires récemment élus

La force du symbole de Liu Xiaobo et la crainte des influences occidentales