Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

L’ASEAN s’aligne progressivement sur la Chine. Volte face et contrepied américains

Les 10 chefs d’État et de gouvernement de l’ASEAN réunis à Manille le week-end du 30 avril. De gauche à droite Najib Razak (Malaisie), Aung San Suu Kyi,(Myanmar), Bounnhang Vorachith (Laos), Rodrigo Duterte (Philippines), Lee Hsien Loong, (Singapour), Hassanal Bolkiah, Sultan de Brunei, Hun Sen (Cambodge), Joko Widodo (Indonésie), Nguyen Xuan Phuc (Vietnam).


*

Quel que soit l’angle de vue, l’histoire reconnaîtra l’année 2017 comme un tournant de la rivalité sino-américaine en Asie. A l’heure où l’administration de Donald Trump repliée vers les tensions internes de l’Amérique se désengage de ses projets commerciaux de libre échange dont l’un des buts était de véhiculer la prévalence économique et commerciale globale des États-Unis, Pékin avance méthodiquement ses pions en Asie du sud-est.

Quand Washington limite son action aux seules questions de sécurité dont, pour l’heure, la plus urgente est le dilemme nord-coréen, Pékin récolte aujourd’hui les fruits de sa constance qui, depuis vingt ans tisse un vaste réseau commercial prêt à prendre le relais du Trans Pacific Partnership abandonné en rase campagne par Washington.

Capitalisant sur la proximité géographique et sa prévalence culturelle au sein du « Monde Chinois », tirant profit de la quête de capitaux et de technologies des pays de l’ASEAN, à quoi s’ajoute leur recherche de débouchés commerciaux offerts par le vaste marché chinois, la Chine est en train de gagner la bataille de l’influence dans ce qui fut longtemps l’arrière cour tributaire de l’Empire du Milieu [1].

Du coup, dans une région où, il y a peu, son étoile avait pâli, Pékin éprouve aujourd’hui un profond soulagement stratégique.

La période fait en effet suite, entre autres, à de violentes réactions antichinoises au Vietnam il y a seulement trois ans et à des vents adverses au Myanmar, à quoi s’ajouta le jugement rendu le 12 juillet 2016 par la Cour arbitrale de La Haye au profit de Manille, niant la pertinence juridique des revendications chinoises de souveraineté sur toute la mer de Chine du sud, la légalité des élargissements territoriaux des îlots des Spratly ; réfutant aussi les réclamations de Pékin sur le récif des Scarborough. Lire notre article Explosion de violences anti-chinoises au Vietnam.

Le désengagement de l’Amérique, expression d’une inconstance stratégique directement initiée par le basculement majoritaire du peuple américain vers des soucis internes, a contribué à calmer les vents contraires ; il rebat les cartes des rapports de forces qui ne sont pas que militaires et laisse le champ libre à la persévérance chinoise articulée autour du commerce et, chaque fois que possible, à la connivence culturelle.

Sans compter que la politique étrangère chinoise est, évidemment et par construction, moins soumise aux variables électorales ou aux humeurs changeantes de l’exécutif.

Un des marqueurs mondiaux de cette stabilité inébranlable dans l’action internationale, en dépit des échecs, est l’Asie du Sud-est où la dernière réunion au sommet des 10 pays de l’ASEAN à Manille a clairement exprimé les prémisses, sinon d’un alignement des pays aux thèses de Pékin, au moins d’une volonté assez générale d’un accommodement avec le géant chinois.

S’il est vrai que les limites des compromis avec Pékin restent encore floues et variables selon les pays, il n’en reste pas moins que le changement d’atmosphère prend Washington à contrepied.

A Manille, l’ASEAN prend acte de la puissance chinoise.

Durant le sommet de l’ASEAN le destroyer Changchun, la frégate lance missiles Jin Zhou et le ravitailleur Chao Hu aux ordre du contre-amiral Shen Hao, commandant en second la flotte de l’Est ont fait escale à Davao, fief de Rodrigo Duterte.


*

Le 30 avril, à l’issue d’un sommet à Manille des pays de l’ASEAN inaugurant la présidence 2017 de l’Association par les Philippines, Rodrigo Duterte, arrivé au pouvoir en 2016 portant un discours très antiaméricain et infiniment plus conciliant à l’égard de Pékin que celui de son prédécesseur Benigno Aquino III aligné sans nuance sur Washington, a donné le ton et le style de son mandat par un long communiqué de 25 pages ayant soigneusement évacué les principales controverses entourant les stratégies chinoises en mer de Chine du sud.

Fruit de compromis en coulisses entre les pro-Pékin inconditionnels comme Vientiane ou Phnom-Penh, ceux prêts aux compromis comme la plupart, ou les plus méfiants tels Singapour et Hanoi, le texte n’a, comme celui de 2016 à Vientiane, pas mentionné le jugement de La Haye.

Mais cette année Manille est allé plus loin. La déclaration a en effet abandonné les références aux revendications territoriales, à la militarisation des îlots, aux « tensions » ou à « l’escalade » des activités chinoises sur les îlots évoqués en 2016, également présentes cette année dans une première version et, selon des témoins, modifiée sous la pression de l’ambassade chinoise à Manille.

Résolument conciliante, la position des « Dix » a, en revanche, mentionné l’amélioration de l’esprit de coopération entre la Chine et l’ASEAN. Reflétant fidèlement la ligne politique de Rodrigo Duterte selon laquelle il est inutile de s’opposer directement à la Chine puisque personne n’a les moyens de la faire plier, le président philippin répète aussi que la controverse juridique l’opposant à Pékin ne concerne pas les autres membres de l’association.

Pour bien marquer son soutien, la Chine a, pendant le sommet, envoyé trois bâtiments de guerre en escale à Davao, fief de Duterte et principal terrain de son féroce combat contre les trafiquants de drogue.

Rodrigo Duterte bénéficie de la souplesse chinoise.

En 2012 l’atoll des Scarborough situé à l’intérieur de la ZEE des Philippines avait été occupé de force par la Chine qui réclame l’ensemble de la mer de Chine du sud. En octobre 2016, suite au voyage de R. Duterte à Pékin, les gardes côtes chinois ont évacué la zone, permettant aux pêcheurs philippins de revenir.


*

Joignant le geste à la parole selon laquelle les différends en mer de Chine doivent se régler directement entre la Chine et chaque État séparément, en dehors de toute connivence collective de l’association, Pékin a consenti un geste.

Tout en ne renonçant officiellement à aucune de ses revendications sur l’îlot Scarborough, pourtant situé à 130 nautiques des côtes de Luçon, à l’intérieur de la ZEE des Philippines, la Chine a, en octobre dernier, après 4 années de blocage par les gardes côtes chinois appuyés par des forces paramilitaires, évacué la zone, permettant ainsi aux pêcheurs philippins de revenir dans les parages du récif.

Ce dernier était un des points parmi d’autres de la demande d’arbitrage en 2013 de Manille contre Pékin qui avait pris possession du rocher par la force en 2012. S’il n’était pas le plus important, il était le plus emblématique pour l’opinion publique philippine qui fait du haut-fond un symbole de la souveraineté maritime des Philippines.

Décidée après la visite de Duterte à Pékin à l’automne 2016, le compromis chinois dont il faudra encore élucider s’il est une reconnaissance formelle des droits de Manille ou une simple « concession », l’initiative de Pékin qui, au moins en apparence, semble se conformer à l’arbitrage de La Haye, est une sérieuse porte ouverte à l’apaisement.

L’autre geste de bonne volonté concédé par Pékin cependant hypothétique et dont la portée sera moindre, aura été de promettre de participer activement à la rédaction d’un code de conduite, dont les meilleurs experts anticipent cependant qu’il restera dans les limbes tant que la question de fond de la souveraineté sur toute la mer de Chine n’aura pas été réglée.

Notes :

[1« Jusqu’à une date récente la Chine ne se considérait pas comme un pays entouré par d’autres pays. La Chine « était » le monde. Sans doute d’autres civilisations se sont considérées comme le centre du monde. Mais aucune ne paraît avoir affirmé cette conviction avec autant de persistance, sinon de justification que cet immense empire à la bureaucratie évoluée, indépendant des étrangers sur tous les plans, culturel, politique et économique ». René Servoise. (La conception de l’ordre mondial dans la Chine impériale).


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Centrales nucléaires en mer de Chine. Pékin s’installe, les voisins s’inquiètent

Les BRICS à Xiamen. Contraste entre les discours et la réalité

Corée du Nord. Le jeu croisé des menaces et du dialogue. Pékin spectateur de premier rang, Washington à la manœuvre

La marine chinoise devient un outil diplomatique et stratégique de portée globale

Condamnés à cohabiter en Asie Pacifique, Pékin et Washington reprennent le dialogue