Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Technologies - Energie

L’énergie chinoise se met au gaz, mais la filière schiste piétine

La signature du contrat de gaz géant entre Gazprom et CNPC avec des ramifications vers Rosneft et une participation de 49% du n°1 chinois dans l’usine de liquéfaction en projet à Vladivostok, est l’occasion de faire le point sur l’évolution de la répartition des sources d’énergie en Chine (« mix énergétique ou bouquet énergétique »).

Prenant pour base les prévisions officielles de l’administration nationale pour l’énergie en 2014 (sigle anglais NEA en Chinois : 国家 能源 委员会), et les dernières informations concernant les objectifs et leur réalisation, on constate que la prévalence charbon reste forte avec cependant un tassement de la demande et une accélération des efforts de réduction de la part charbon puisque les objectifs initialement prévus pour 2015 (65%) ont été avancées en 2014, soit une diminution de 2% par rapport à 2012.

Parallèlement la Chine a rendu public un des programmes au monde le plus strict de réduction d’effluents toxiques d’oxyde de carbone pour les secteurs de l’industrie et de l’énergie. La question est de savoir si les actions sur le terrain seront conformes à l’affichage officiel. Peut-être. Alors qu’il y a quelques semaines les fonctionnaires de province se plaignaient de n’avoir aucun crédit pour les projets de dépollution des émissions industrielles, le gouvernement vient d’annoncer une ligne de crédits à cet effet.

Cet effort qui répond aux graves soucis écologiques du pays, s’accompagne de l’attention accrue accordée au gaz naturel qui se double d’un effort pour la densification des réseaux de gazoducs domestiques et d’une accélération des prospections de gaz de schiste sur fond de sévère compétition entre Petrochina et Sinopec. Parallèlement on assiste au maintien d’un fort soutien gouvernemental en faveur de l’éolien et du solaire, cependant handicapés par la faiblesse des réseaux de distribution.

Enfin, le début de 2014 a été marqué par une série de déclarations publiques indiquant l’attention du gouvernement accordée à la sécurité du nucléaire civil à quoi s’ajoute l’intention de porter vers le centre et l’ouest le futur point moyen des centrales nucléaires aujourd’hui concentrées à l’est. Les projets traduisent le double souci : celui d’une meilleure répartition géographique des centres de production et celui d’éloigner des centrales des zones peuplées de la côte orientale.

Graphique Estimation des ressources mondiales en gaz de schiste (source les Echos.fr.), publiées en 2012. A droite les objectifs de production en Chine (sources officielles du ministère des ressources foncières). Selon ces prévisions, en 2020 la production serait annuellement égale à une fois et-demie les achats de gaz russe par la Chine. Compte tenu des difficultés d’exploitation des nappes chinoises, il n’est plus certain que cet objectif sera atteint.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Lancement de 2 satellites du système Beidou

Alstom, dommage collatéral de la compétition Chine – Etats-Unis

Huawei aux Etats-Unis, un concentré de la guerre commerciale et technologique

L’impitoyable guerre des microprocesseurs. (Suite)

Du TGV à l’espace, l’innovation chinoise en marche