Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

L’inconfortable danse de Formose avec les empires

Pour Ma Ying-jeou, 2013 s’est achevée sous des auspices favorables. La fin de l’année a en effet été marquée par la signature d’accords commerciaux dont l’importance stratégique ne peut être sous estimée au milieu du chassé-croisé des influences auxquelles l’Île est soumise de la part du Japon, des États-Unis et surtout de Pékin dont les arrières pensées visent la réunification. Le 6 novembre Taipei a signé avec le Japon 5 accords sur le commerce en ligne, l’exportation de produits pharmaceutiques, les chemins de fer, la reconnaissance des brevets et les opérations de secours en mer.

Mais l’accord le plus important fut conclu le lendemain, 7 novembre, avec Singapour sous la forme d’un Traité de libre échange. Comme le souligne David Cohen dans la livraison de « China brief » de novembre, les accords tiennent la promesse du KMT de diversifier les marchés d’exportation de l’Ile permettant de desserrer les pressions économiques et commerciales exercées par la force de l’économie chinoise. En observant aujourd’hui le jeu qui se déploie sous nos yeux, fait de pressions et d’influences concurrentes, on constate qu’il se complique de contraintes nouvelles.

S’il est vrai que, pour Pékin, l’objectif stratégique de réunification reste inchangé sa réalisation passe désormais par les chemins plus subtils de l’adhésion obtenue à force de patience, qu’une impétuosité ou un faux pas peuvent durablement compromettre. D’où une placidité chinoise nouvelle qui, pour l’instant, ne s’est démentie qu’à de rares occasions vite mises sous le boisseau. A Taïwan, pour compenser l’omniprésence chinoise on cherche activement des espaces de manœuvre hors du Détroit, en prenant cependant soin de ne pas heurter les extrêmes susceptibilités de souveraineté, forcément très sensibles à Pékin quand l’Ile exprime son intérêt pour des accords avec Tokyo ou pour le Transpacific Partnership (TPP) proposé par Obama.

Encore ce chemin écarté des sentiers chinois, mais attentivement surveillé par Pékin, est-il compliqué par les insistances américaines qui exhortent l’Ile à se conformer aux exigences commerciales d’ouverture totale de son marché aux produits américains. La pression imposée par Washington qui renvoie à des sujétions terre à terre très éloignées de la « grande image » stratégique, n’en est pas moins sensible et potentiellement paralysante puisqu’elle touche non seulement au commerce et aux questions douanières, mais également au sentiment d’indépendance qui, cette fois, se dresse face à Washington, le sponsor stratégique de l’Ile.

Il suffit pour s’en convaincre de songer aux effervescences qui agitent la classe politique taïwanaise et l’opinion de l’Ile à propos des importations de viande de bœuf et de porc additionnée de ractopamine, additif chimique anabolisant interdit par plus d’une centaine de pays dont l’UE, Taïwan et la Chine, permettant d’augmenter la masse musculaire des animaux d’élevage tout en diminuant leur taux de graisse.

Le contraste entre d’une part la raideur pressante des exigences commerciales américaines avides d’ouvrir le marché taïwanais de la viande sur fond de querelles sanitaires et, d’autre part, la souplesse protéiforme des initiatives chinoises pour promouvoir les relations dans le Détroit, épine dorsale d’une stratégie rampante de réunification, donne une idée de la détermination de Pékin et du défi auquel les Taïwanais sont confrontés pour préserver le statu-quo politique et leur spécificité démocratique.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Sommet des « Think tank » de l’Asie Pacifique à Taipei. Réflexion sur le soft power et la diplomatie taïwanaise de « substitution »

Puissance nationaliste chinoise et désarroi démocratique taïwanais

Relations dans le Détroit. Situation et perspectives. Le dilemme de Tsai Ing-wen

Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais

Sous l’œil de Pékin, Tsai Ing-wen surprise par la volte-face de Donald Trump