Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

L’obsession de stabilité sociale, principal obstacle au développement d’une société civile dynamique et responsable

La crise économique évoque en Chine les menaces d’instabilité sociale. La préoccupation n’est pas nouvelle et reste une des priorités du gouvernement, toujours inquiet des risques de révolte dans les campagnes ou à la périphérie des grands centres urbains malmenées par le ralentissement de l’économie, la chute des exportations et le chômage. L’exigence de stabilité figure d’ailleurs sans exception comme un mantra, dans tous les discours des dirigeants à tous les niveaux. Au point qu’elle apparaît souvent comme une fin en soi. C’est précisément ce que certains intellectuels chinois pointent du doigt, soulignant qu’à force de faire de l’absence de désordres une priorité absolue, le parti risque de créer une société sclérosée, incapable de se régénérer et menacée de « pourrissement ».

Voici donc deux manières d’observer la société chinoise : l’une qui utilise le prisme des risques de désordres et des stratégies permettant de les prévenir, représente la vision du gouvernement. L’autre, avancée par Sun Liping, docteur en sociologie de l’université Qinghua, ancien directeur de thèse de Xi Jinping, le vice-président, probable successeur de Hu Jintao, exhorte le pouvoir à moins de rigidité dans le traitement des désordres sociaux et propose sur son blog ses idées iconoclastes qui dénoncent les risques de l’obsession de la stabilité sociale, lorsqu’elle est considérée comme une fin en soi.

Le grand manitou du contrôle efficace de la société chinoise pour prévenir les risques de désordres et les « incidents de masse » est Zhou Yongkang, membre du Comité permanent du Bureau Politique, ministre très respecté de la sécurité publique jusqu’en 2007 et ancien PDG de CNPC, la plus puissante société pétrolière de Chine. La clé de voûte de sa stratégie, destinée à éviter les affrontements spectaculaires entre le peuple et la police, qui dégraderaient l’image de la Chine, se résume dans un de ces slogans souvent employés par les autorités pour expliquer une action et dont le style renvoie à la grande époque révolutionnaire et aux mouvements de masse : les « Si Ge Zao » - « les 4 célérités »- : « être informé rapidement, rendre compte rapidement, contrôler rapidement et résoudre rapidement ».

C’est là l’objectif du « groupe dirigeant pour le maintien de la stabilité », créé en 2006, placé sous la responsabilité de Zhou Yongkang et supervisé par le vice-président Xi Jinping lui-même. Leur bras armé est le « bureau de la stabilité » dirigé par le vice-ministre de la sécurité publique Liu Jing, dont l’une des missions cruciales est d’identifier le plus tôt possible les éléments qui pourraient menacer la stabilité sociale. A cet effet le pouvoir a recruté une armée d’agents de renseignement disséminés et démultipliés - chaque agent peut recruter jusqu’à 5 personnels de surveillance - dans toute la Chine. Il va de soi qu’un effort particulier est consenti pour les zones à risques.

Ce réseau tentaculaire qui tente de contrôler les activités à connotation politique de la société civile est efficace, mais il aboutit à créer une atmosphère de suspicion et de délation, si bien que la population vit avec la crainte constante d’être dénoncée. Evidemment ces mesures ont encore été alourdies en amont des JO et à la suite des événements au Tibet. Depuis de début de la crise économique les actions de formation au profit des cadres de province ont été multipliées : en novembre 2008, deux mille secrétaires de parti du niveau de district ont été convoqués à Pékin pour assister à un cours spécial. En février 2009 c’était le tour de 3000 chefs des « bureaux de stabilité » des districts de se réunir à Pékin en trois sessions.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

A Hong Kong, un tribunal invalide 4 parlementaires récemment élus

La force du symbole de Liu Xiaobo et la crainte des influences occidentales

L’arrestation du PDG des assurances Anbang, pointe émergée du labyrinthe financier et politique chinois

Le parti et ses milliardaires. Histoires troubles, corruption et querelles politiques

Hong Kong. Les grands défis de Carrie Lam