Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

La 12e ANP. Un sentiment d’urgence. Des intentions ambigües

Le 17 mars, dans l’après-midi, a pris fin le transfert de pouvoir à la 5e génération des dirigeants du Parti Communiste Chinois. Ce dernier avait déjà renouvelé le cœur de la machine politique du Régime lors du 18e Congrès en novembre 2012. Par l’exercice législatif qui vient d’avoir lieu, en grande partie formel, mais pas seulement, le Parti se donne une « image exportable », habillée des concepts occidentaux des institutions de gouvernement.

Il est cependant important de se souvenir que le centre nerveux du pouvoir en Chine se trouve toujours retranché au Bureau Politique du Parti et dans son expression ramassée que constituent le Comité Permanent et ses diverses commissions adjacentes.

Ne cédant qu’à la marge aux principes de démocratie et de transparence, la réunion de l’Assemblée Nationale Populaire, ouverte le 3 mars, a confirmé Xi Jinping, le Secrétaire Général du Parti désigné en novembre, au poste de Président de la République, et Li Keqiang à celui de Premier Ministre, tous deux placés sur cette trajectoire depuis le 17e Congrès en 2007, après une lutte de pouvoir, où le deuxième avait été évincé de la course vers le Secrétariat Général du Parti et la Présidence, au profit du premier.

C’est à ce nouveau couple, placé par le Parti à la tête du pays pour 10 ans, qu’est revenu le soin de clore la 12e Assemblée Nationale Populaire. Le Président, par un discours adressé à la Nation et le Premier Ministre par une conférence de presse, dont les questions avaient été soumises à l’avance et à laquelle le représentant du New York Times à Pékin, en disgrâce après l’article sur les corruptions de l’épouse de Wen Jiabao publié le 26 octobre 2012, n’a pas été invité (Lire notre article Wen Yeye, le grand-père du peuple entre corruption et guerre des clans).

Les députés ont également massivement approuvé la nouvelle hiérarchie gouvernementale, vice-ministres, conseillers d’état, ministres ainsi que la composition de l’appareil judiciaire du régime.

Mais ce processus très formel, qui tient à la fois de la parade et du plébiscite, habituellement marqué par le souci du Parti d’afficher une harmonie politique sans faille, ne fut pas totalement sans surprises, ni grincements de dents. Il a, en effet, une nouvelle fois, révélé les querelles de clans, de personnes et d’influence, perceptibles dans la désignation à contre courant d’un Vice-président, pourtant écarté du Comité Permanent en novembre, à quoi s’ajoute le maintien à son poste du gouverneur de la Banque Centrale, que le Comité Central du 18e Congrès avait cependant désavoué.

Les marchandages, qui expriment aussi des visions politiques opposées, troublant la surface lisse d’un hypothétique consensus, n’ont cependant pas empêché que la grand-messe législative de 2013 restera dans les archives comme le point de départ d’une nouvelle réforme administrative, dont l’ampleur théorique devra cependant être confirmée dans les faits. La 12e Assemblée Nationale Populaire fut en effet l’occasion de lancer la première grande restructuration de l’Etat chinois depuis 5 ans, notamment par le démantèlement – ce qui n’est pas rien - du monstrueux ministère du rail et le regroupement d’une longue liste d’entités bureaucratiques, jusque là éclatées dans le dédale administratif du pouvoir.

Enfin, la répétition dans tous les rapports de l’ampleur des défis auxquels la Chine est confrontée, confirme que la tête du Régime est à la fois consciente de l’urgence politique des réformes et de la difficulté politique de leur mise en œuvre.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le nationalisme des « caractéristiques chinoises » s’affirme comme l’idée force du Congrès

La purge des corrompus n’a pas de cesse

A Hong Kong, la justice met fin à l’indulgence

A Hong Kong, un tribunal invalide 4 parlementaires récemment élus

La force du symbole de Liu Xiaobo et la crainte des influences occidentales