Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

La percée de BYD en France

Le 24 mars, Isbrand Ho, BYD Europe au centre, lors de la signature du précontrat d’implantation de BYD à Beauvais. A sa droite Caroline Cayeux, sénateur maire de Beauvais, à sa gauche Xavier Bertrand président des Hauts de France.


*

Le 24 mars, un article du magazine Caixin faisait état du projet d’investissement de 10 millions d’€ à Beauvais par le constructeur chinois BYD pour la création sur 3,5 hectares d’une usine d’assemblage de bus électriques employant 100 personnes dont la capacité de production atteindrait 200 unités par an à partir de 2018.

S’il est vrai que certains investissements chinois prêtent à la critique (lire notre article Investissements chinois en France, mythes, réalités et inquiétudes.), le développement de BYD en France repose sur des prémisses solides autour de la conjonction de deux projets vertueux.

Celui d’un constructeur chinois à l’arrière plan technologique et professionnel sérieux qui, malgré ses déboires commerciaux récents, progresse sur le marché global des bus électriques (lire Le rêve chinois de Warren Buffet.), en Chine, aux États-Unis, au Brésil, en Grande Bretagne et en Hongrie ;

Celui des autorités françaises qui, à la suite de COP 21, augmentent leurs efforts en faveur des transports publics non polluants, dans le cadre du pacte de transition énergétique prévoyant de remplacer 20% des bus Diesel d’ici 2025. Lire aussi Le rêve du tout électrique de BYD.

Beauvais, point d’accès au marché de l’Ouest européen.

Le 25 juin 2016, Isbrand Ho signait avec Elisabeth Borne, PDG de la RATP un contrat d’essai de 6 mois des bus BYD sur 2 lignes du réseau parisien de transports publics.


*

Après l’accord signé en juin 2016 avec la RATP pour un essai de 6 mois des bus BYD sur 2 lignes parisiennes, le projet de Beauvais est le 2e volet d’une implantation en France qui, espère le PDG Wang Chuanfu, lui ouvrira les portes du marché de l’Europe Occidentale. Les plans d’élargissement de l’usine prévoient aussi l’assemblage d’autres types de véhicules et la création d’une unité logistique de pièces détachées et de service après-vente.

Créé à Shenzhen en 1995 autour d’une usine de batteries rechargeables, le groupe BYD compte 220 000 employés et 20 sites de production répartis dans le monde.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

19e Congrès : Qui est Chen Miner 陈 敏 尔 ?

19e Congrès. Les couteaux sont tirés. Xi Jinping élimine ses opposants, consolide son pouvoir et s’installe pour durer

A Hambourg en feu, Xi Jinping, V. Poutine et D. Trump avancent leurs pions, tandis que Kim Jong-un défie le monde

19e Congrès. Les hommes du président en route pour 2022. 2e Partie : La garde rapprochée et les fidèles des provinces

19e Congrès. Les hommes du président en route pour 2022. 1re Partie : Une stratégie à 3 volets