Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Le dialogue stratégique Chine – Etats-Unis dans la bourrasque de la politique intérieure chinoise

La cession annuelle du dialogue stratégique entre Pékin et Washington, organisée à Pékin début mai, a été sévèrement perturbée par la cavale de l’activiste aveugle Chen Guangcheng, réfugié à l’ambassade des Etats-Unis du 22 avril au 2 mai.

L’épisode rocambolesque, marqué par une exfiltration de nuit à la barbe des gardiens qui surveillaient sa résidence, pose une longue série de questions liées à l’aide occulte prodiguée par Washington pour son évasion ; à la prudence américaine, ayant contraint Chen à quitter l’ambassade, parfois accusée de cynisme ; au retour en force des tensions liées aux droits de l’homme dans la relation bilatérale ; aux conséquences pour le Parti d’un nouvel incident étalant au grand jour les abus des cadres locaux, forcément connus des plus hauts dirigeants.

Les 3 et 4 mai, la Chine et les Etats-Unis, dont la délégation était conduite par Hillary Clinton et Timothy Geithner, ont tenu leur dialogue annuel sur les questions économiques et stratégiques, destiné à apaiser les tensions commerciales et réduire les divergences de vues ou les risques de dérapage sur la question iranienne, les provocations nord-coréennes et le conflit soudanais, où la Chine écartelée entre le Nord et le Sud est impliquée par la présence massive de la China National Petroleum Company depuis 1996.

A quoi s’ajoutent les tensions en mer de Chine, dont le Bureau Politique et la Commission Militaire Centrale souhaitent tenir la marine américaine à l’écart, au milieu d’une succession de manœuvres militaires conjointes en 2011 et 2012, auxquelles participèrent l’US Navy et le Vietnam, puis les Philippines. A ces démonstrations de force répondit, en contrepoint, un vaste exercice naval avec tirs réels impliquant les marines chinoise et russe, organisé du 22 au 27 avril 2012 en Mer Jaune, face aux déploiements américains en Corée du Sud.

Tandis qu’au même moment, sur le théâtre des Spratly situé à 1200 nautiques au sud, trois garde-côtes chinois ont, pendant trois semaines, affirmé les revendications de souveraineté de Pékin face aux pêcheurs et garde côtes philippins dans les parages des récifs de Scarborough à 130 nautiques à l’ouest de l’ile de Luzon et à plus de 1000 km des côtes chinoises.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Les faces cachées de l’ouverture commerciale chinoise

Pressions américaines et résilience chinoise

Embardées verbales à l’ONU. Pékin inquiet et à bout d’arguments réagit avec placidité

Centrales nucléaires en mer de Chine. Pékin s’installe, les voisins s’inquiètent

Les BRICS à Xiamen. Contraste entre les discours et la réalité