Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Le long chemin d’intégration des Chinois en France

« 反对 暴力 Fandui Baoli. Non à la violence ». Le 4 septembre 2016, plusieurs dizaines de milliers de Chinois avaient défilé de la République à la Bastille pour protester contre l’assassinat du couturier Zhang Chaolin à Aubervilliers.


*

L’affaire est assez rare pour qu’on la mentionne. Le 29 mars, à Pékin, lors d’une conférence de presse de routine, le Waijiaobu a répondu à la question d’un journaliste sur la mort à Aubervilliers de Liu Shaoyao un ressortissant chinois âgé de 56 ans, tué par la police le 26 mars dans la soirée.

Alors que la famille de la victime et son avocat évoquent un bavure policière, les membres de la brigade anti-criminalité alertée par un voisin disent avoir été agressés par la victime qui, munie d’une paire de ciseaux, aurait blessé un policier au moment où il pénétrait de force dans l’appartement.

Rares violences entre policiers et Chinois.

Après la mort de Liu Shaoyao, tué par la police le 26 mars, devant le commissariat du 19e arrondissement, le 27 mars au soir. Les rares violences entre la police et la communauté chinoise tranchaient avec la marche pacifique du 4 septembre.


*

Lundi 27 mars, lendemain du drame, une manifestation de plus d’une centaine de personnes - Chinois ou Français d’origine chinoise et asiatique - criant « police assassins » devant la mairie du 19e arrondissement a dégénéré.

35 personnes ont été arrêtées pour, selon la préfecture de police, « participation à un groupement en vue de commettre des violences, dont trois pour violences sur agent de la force publique et dégradation d’un véhicule de police par engin incendiaire et 6 pour jets de projectiles ». Au bilan, 3 policiers ont été légèrement blessés en même temps que plusieurs manifestants dont un gravement au genou, à quoi il faut ajouter un véhicule de police endommagé par un engin incendiaire qui s’ajoute aux dégâts causés sur plusieurs véhicules en stationnement.

Là aussi les versions divergent. Quand la police évoque de graves violences, certains manifestants interrogés parlent d’un « rassemblement pacifique », contre lequel les forces de l’ordre seraient intervenues sans préavis et de manière excessivement brutale et indiscriminée. Une chose est sûre, il est très rare que la communauté chinoise soit impliquée dans des manifestations violentes contre les forces de l’ordre. S’il leur arrive de protester, ils le font en général de manière très encadrée, non pour stigmatiser la police, mais pour réclamer plus de sécurité.

C’était le cas le 4 septembre 2016 à Paris entre République et Bastille quand, après l’assassinat le 7 août à Aubervilliers du couturier Zhang Chaolin, plus de 30 000 manifestants de la communauté chinoise d’Ile de France agitant des drapeaux bleu-blanc-rouge revendiquaient « Liberté, Egalité, Fraternité et Sécurité »

L’oeil de Pékin.

Le 29 mars dans sa réponse, Lu Kang le porte-parole, a fait état de réunions de crise à Pékin entre les représentants du Waijiaobu et l’Ambassade de France ; et à Paris entre le ministère de l’intérieur, la police et l’Ambassade de Chine. A ces occasions, la partie chinoise a exprimé le souhait que les Chinois d’outre-mer impliqués dans les incidents soient traités avec bienveillance et mesure et que toute la lumière soit fait sur les circonstances de la mort de Liu.

Prenant acte que, récemment les autorités françaises avaient pris des dispositions pour mieux assurer la sécurité et protéger les droits des ressortissants chinois en France « afin qu’ils s’y sentent les bienvenus », Lu Kang a aussi rappelé que les Chinois d’outre-mer doivent défendre leurs droits de « manière raisonnable et conformément à la loi ».

*

Les deux manifestations de Chinois qui eurent lieu à 6 mois d’intervalle, la première pacifique et encadrée, la deuxième spontanée et agressive, l’une et l’autre déclenchées à la suite de la mort violente d’un des leurs, le premier abattu par un malfrat, le deuxième par la police, sont peut-être deux faces d’une même question.

On y retrouve à la fois la réaction au racisme ordinaire subi par la communauté chinoise, l’expression de ses difficultés d’intégration attisées par la culture de l’entre soi communautaire et, enfin, une évolution de la jeunesse d’origine chinoise qui ose nommer les choses et ne les étouffe plus comme le faisait la génération précédente.

Après la manifestation du 4 septembre, Chuang Ya-Han, Docteur en sociologie auteur d’une thèse sur l’intégration des Chinois, avait déjà soulevé un pan de ce problème complexe : « La manifestation du 4 septembre a permis de nommer enfin ce que nous vivons. Il faut maintenant que les autorités le reconnaissent comme un problème public à traiter. »

Quant aux protestations musclées contre la police, les 27 et 28 mars derniers, elles sont peut-être un indice que la jeunesse chinoise pourrait subir l’influence mimétique de la violence ordinaire exprimée par les autres catégories de Français allogènes issues d’Afrique du nord.

Entre intégration et communautarisme.

La zone textile d’Aubervilliers qui accueille le Cifa (Centre International de Commerce de Gros France-Asie), encore appelée "Sentier chinois", compte 1600 commerçants d’origine chinoise qui se plaignent d’être régulièrement la cible de délinquants. Le commerce en gros entretient les contacts avec la Chine et favorise le communautarisme.


*

Dans la thèse citée plus haut, Chuang explore les chemins et les difficultés de l’intégration de la communauté chinoise en France, écartelée entre, d’une part les besoins de sécurité mieux assouvis par le biais communautaire, portant cependant le risque de stigmatisation et, d’autre part, les tentatives de démarche civique et professionnelle, éventuellement syndicale, libérée des attaches culturelles s’avérant d’autant plus difficile que les activités de ventes en gros des Chinois d’Aubervilliers les rattachent, par construction, à des réseaux commerciaux connectés à la Chine.

Sa conclusion réfute clairement « la théorie d’Intégration “classique“ à la française qui considère que les individus doivent et peuvent s’intégrer à la société nationale en abandonnant leur appartenance culturelle, ethnique, linguistique ou religieuse. » Au contraire, sa recherche « affirme plutôt l’influence de l’appartenance communautaire dans le passage de l’individu isolé à la figure de membre d’une communauté politique. »

De ce point de vue, il paraît probant dit-elle « d’abandonner la distinction binaire entre “communauté“ et “nation“ que sous-entend l’“intégration à la française“ et de prendre en considération les influences, mêmes contingentes, de l’appartenance communautaire dans une société plurielle et mondialisée. » (Extrait de la position de thèse de Chuang).


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Vers une guerre totale en Corée du nord ? Les pièges mortels des incertitudes et des malentendus

19e Congrès : Qui est Chen Miner 陈 敏 尔 ?

19e Congrès. Les couteaux sont tirés. Xi Jinping élimine ses opposants, consolide son pouvoir et s’installe pour durer

A Hambourg en feu, Xi Jinping, V. Poutine et D. Trump avancent leurs pions, tandis que Kim Jong-un défie le monde

19e Congrès. Les hommes du président en route pour 2022. 2e Partie : La garde rapprochée et les fidèles des provinces