Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Le Parti est-il prêt pour une plus grande ouverture politique ?

Il y a un peu plus d’une semaine, deux personnalités du Parti ont, presque en même temps et sur un ton inhabituellement vif, appelé le Parti à plus d’ouverture politique. Un compte rendu détaillé en anglais de ces attaques contre l’inertie politique du Parti a été publié par le site Asia Times on line (Article de Wu Zhong, directeur de la publication de Asia Times Chine).

Le premier franc-tireur est le général Liu Yazhou, 57 ans, gendre de l’ancien président Li Xiannian, aujourd’hui commissaire politique de l’Université de la Défense Nationale, responsable de la formation des élites militaires. Connu pour son franc-parler, le général s’est exprimé dans les colonnes d’un hebdomadaire de Hong Kong appartenant à la chaîne de télévision Phoenix TV, proche de Pékin.

Sa critique a d’abord ciblé les dérives mercantiles de la société et la corruption, véritable talon d’Achille du système, qui, selon lui discrédite également la Chine à l’étranger, notamment en Afrique, où, dit-il, « le mode d’action des sociétés est de corrompre les élites, tandis que les Africains commencent à détester le entreprises et le gouvernement chinois ».

Après quoi, il a indiqué que, sans réformes démocratiques, la Chine ne pourrait pas continuer longtemps sa trajectoire de croissance : « un système politique qui empêche ses citoyens de respirer librement et d’exprimer leur créativité et qui ne parvient pas à porter au pouvoir ceux qui sont le mieux placés pour le représenter, est voué à l’échec ».

Le deuxième coup de semonce est venu de Hu Xingdou, professeur d’économie à l’Institut de Technologie de Pékin, lui aussi préoccupé par les risques de crise politique grave. Dans une lettre ouverte au Président de la République, publiée sur son blog, intitulée : « la route chinoise vers le désastre. Comment en sortir », il dénonce la mort de la justice sociale, et affirme que la seule voie possible consisterait à réformer le système politique « pour rendre aux citoyens leurs droits constitutionnels et leurs libertés ».


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le nationalisme des « caractéristiques chinoises » s’affirme comme l’idée force du Congrès

La purge des corrompus n’a pas de cesse

A Hong Kong, la justice met fin à l’indulgence

A Hong Kong, un tribunal invalide 4 parlementaires récemment élus

La force du symbole de Liu Xiaobo et la crainte des influences occidentales