Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Lettre ouverte pour une ratification. Dialogue avec la société civile

Toutes les grandes agences de presse et les médias occidentaux ont rapporté qu’une centaine d’intellectuels chinois, certains d’entre eux liés au pouvoir, ou écrivains indépendants, éditeurs, avocats, chercheurs, poètes, hommes d’affaires, médecins, font circuler depuis le 26 février sur les réseaux sociaux une lettre ouverte réclamant la ratification par la Chine du Pacte International relatifs aux droits civils et politiques, que la Chine a signé en 1998, mais reste un des derniers pays au monde à n’avoir pas ratifié.

L’initiative regroupe quelques figures connues du mouvement réformiste, comme He Weifang, Docteur en droit, professeur démissionnaire de l’université de Pékin et fervent avocat d’une justice indépendante, Mao Yushi, 83 ans, économiste, ancien chercheur associé à Harvard (1986), critique sévère du système politique, Ran Yunfei, activiste écrivain et blogueur, en résidence surveillée depuis août 2011 après avoir été détenu pour subversion, l’avocat Pu Zhiqiang, défenseur des dissidents et son collègue Xu Zhiyong, constitutionnaliste, docteur en droit de l’université de Pékin, élu indépendant à l’assemblée populaire de Haidian (au nord de Pékin), tous deux régulièrement harcelés par le pouvoir.

Sont également parmi les signataires, Wang Keqin, journaliste, critique des questions sociales et politiques et Wang Lixiong. Personnalité hors du commun, ce dernier est un défenseur de l’environnement, aventurier et sportif (en 1984, il a descendu en radeau le cours supérieur du Fleuve Jaune sur le plateau du Qinghai). Ecrivain et chercheur tibetologue, il est marié à la poétesse sino-tibétaine Tsering Woeser - auteur de « Mémoire interdite, témoignage de révolution culturelle au Tibet » – Gallimard 2010 -. Enfin, activiste des causes tibétaine et ouïghour, il a été régulièrement emprisonné, dont une fois en 1999 dans un quartier de haute sécurité de la prison de Miquan au Xinjiang, où il tenta de mettre fin à ses jours.

Le ton non polémique et constructif de ce texte est remarquable. En répondant à une préoccupation clairement exprimée par le nouveau Secrétaire Général sur la nécessité de renforcer la constitution, il amorce le dialogue entre la société civile et le pouvoir politique chinois. Alors que le Parti est lui-même conscient de la nécessité d’ajuster ses rapports à la loi et à la société civile, l’efficacité politique de cette démarche, dont le ton tranche radicalement avec l’agressivité sans détours de la Charte 08 (décembre 2008), reste toutefois à prouver.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• Vos commentaires

Par Anonyme Le 3/03/2013 à 00h09

Lettre ouverte pour une ratification. Dialogue avec la société civile.

Il est étonnant de voir,et je l’ai déjà souligné sur ce site, la ressemblance frappante entre la situation chinoise et vietnamienne . Au vietnam depuis le début de l’année ,circule sur internet une pétition demandant la révision de la constitution et le multipartisme . Vendredi 1 et mars on en était a près de 6000 signatures.

• À lire dans la même rubrique

Le nationalisme des « caractéristiques chinoises » s’affirme comme l’idée force du Congrès

La purge des corrompus n’a pas de cesse

A Hong Kong, la justice met fin à l’indulgence

A Hong Kong, un tribunal invalide 4 parlementaires récemment élus

La force du symbole de Liu Xiaobo et la crainte des influences occidentales