Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Li Keqiang en Eurasie. Les quelques fausses notes de la « grande musique »

Photo : Li Keqiang à Berlin. C’était son 2e voyage en Allemagne depuis 2012 et le 3e sommet sino-allemand en 2014.

Le premier ministre était en Europe et en Russie du 10 au 17 octobre, pour un voyage à double effet à la fois stratégique et commercial.

Coïncidant avec le 6e sommet de Hambourg créé en 2004, qui rassemble tous les deux ans dans le grand port autonome de l’Allemagne du nord plusieurs centaines d’experts chinois et européens des affaires, de la politique et du monde académique, le voyage de Li Keqiang s’est terminé les 16 et 17 octobre à Milan où avait lieu le 10e sommet Europe – Asie (ASEM), né en 1996, vaste exercice diplomatique qui réunissait 51 délégations (28 pays de l’UE et la Suisse, 10 pays de l’ASEAN + Chine, Japon, Corée du Sud, Inde, Pakistan, Bangladesh, Kazakhstan, Russie, Mongolie, Australie, auxquels s’ajoutèrent les délégations de l’ASEAN et de Bruxelles).

Entre les deux, Li Keqiang a fait un crochet par Moscou, officiellement pour réaffirmer la force du partenariat stratégique Chine – Russie et signer de nouveaux accords commerciaux. En arrière plan cependant, en Chine l’atmosphère était subtilement ternie par des rumeurs faisant état de difficultés dans la mise en œuvre du contrat gazier du siècle annoncé à grands renforts de publicité à Shanghai le 22 mai dernier.

Aux arrières pensées chinoises venant troubler la sérénité du partenariat stratégique sino-russe, s’ajoutèrent quelques discrètes fausses notes dans la musique des bonnes intentions de la relation avec l’Allemagne et l’Europe. Même la relation entre Berlin et Pékin, qui fait l’objet de l’attention soutenue des dirigeants chinois et allemands, n’a pas été exempte de suspicions alors que le sommet de Hambourg coïncidait avec les échauffourées autour du suffrage universel à Hong Kong. A Milan enfin, au sommet Asie Europe, l’Asie a été éclipsée par Putin et la question ukrainienne.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le grand chassé-croisé sino-américain en Asie. Un apaisement en demi-teinte

Un nouveau Bureau Politique sans aspérités, dévoué au volontarisme rénovateur de Xi Jinping

En route vers le Congrès

Chine – Etats-Unis, la variable indienne, la stratégie de l’esclandre et les risques de riposte chinoise

Le « China Quaterly » et la rigueur académiques aux caractéristiques chinoises