Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Liberté de culte. Renaissance du verbe révolutionnaire. Lacunes de l’état de droit

Chine - Vatican : Les relations entre Pékin et le Vatican qui renvoient à la situation de politique intérieure et à celle des Catholiques en Chine, viennent d’être marquées par plusieurs échanges acerbes. Ces derniers semblent indiquer qu’après une période où il avait été possible d’imaginer un compromis, sous la forme d’un concordat, les positions respectives de Rome et Pékin se crispent à nouveau.

Le 5 juillet dernier déjà, le Vatican avait adressé aux évêques et prêtres catholiques de Chine une lettre - considérée par le Parti comme une ingérence inacceptable - dans laquelle il soulignait l’importance de la « communion avec le Saint-Père » et leur rôle comme facteur d’unité de l’Eglise.

A la fin novembre, le Vatican dénonçait en des termes particulièrement durs l’ordination, le 21 novembre par l’église officielle chinoise de Monseigneur Guo Jincao, évêque de Chengde, - vue par le Saint-Siège comme « un acte hostile et inacceptable » -, également dénoncée par le Cardinal Joseph Zen de Hong Kong, qui qualifiait les initiatives du Parti « d’illégales et honteuses », suggérant même qu’elles constituaient « une déclaration de guerre contre le Vatican ».

Dans son message de Noël, Benoit XVI insistait à nouveau sur les harcèlements dont sont victimes les prêtres fidèles à Rome, critiquant à la fois les restrictions de la liberté de culte et les pressions exercées par le Parti pour forcer des prêtres fidèles à Rome à assister aux ordinations de l’Eglise officielle chinoise et cautionner le renouvellement de la hiérarchie de l’Eglise contrôlée par le Parti.

Les réactions officielles chinoises à ces critiques sont venues par la voix de Jiang Yu, porte parole officielle du Conseil des Affaires d’Etat, qui - sans plus de précisions - exhortait le Saint-Siège à « prendre des mesures concrètes pour créer les conditions d’un développement des relations entre la Chine et le Vatican ».

Elles ont également été exprimées par Liu Bainian, vice-président de la conférence épiscopale chinoise : « les Catholiques chinois ont le droit d’élire leurs évêques. Le Vatican ne comprend pas la situation de la Chine ».


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le nationalisme des « caractéristiques chinoises » s’affirme comme l’idée force du Congrès

La purge des corrompus n’a pas de cesse

A Hong Kong, la justice met fin à l’indulgence

A Hong Kong, un tribunal invalide 4 parlementaires récemment élus

La force du symbole de Liu Xiaobo et la crainte des influences occidentales