Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Livraison d’armes américaines à Taiwan. Psychodrames, retards, ratés et agacements

Le budget de l’Etat, approuvé la semaine dernière par le gouvernement de Taiwan, fait la part belle aux dépenses de défense qui deviennent le premier poste budgétaire avec 20,1% des dépenses, le 2e poste étant celui de l’éducation, à près de 19% du budget total. Le budget doit encore être approuvé par le Yuan Legislatif qui pourrait contester l’ampleur de l’augmentation des dépenses des armées (+ 16,4%), alors que le budget général n’augmente que de 7,6%.

Les militaires taiwanais tentent ainsi de rester en phase avec l’accroissement du budget de défense de la Chine, qui cette année a augmenté de 17,8% , mais ils ne sont pas toujours suivis par le gouvernement ou les députés, dont les rivalités sur les dépenses de défense vont parfois jusqu’à bloquer le budget général. Ainsi en 2007 ce dernier n’a été voté qu’en juin, en partie à cause de disputes sur un « package » d’équipements militaires proposé par les Etats-Unis en 2001, approuvé par le gouvernement en 2004 et objet de controverses au Yuan Legislatif depuis déjà trois années. Encore le parlement n’a t-il approuvé qu’une partie des dépenses pour l’achat de 12 avions P-3C Orion de lutte anti sous-marine et de 6 systèmes anti-missiles PAC 3.

Il arrive aussi que les longs délais d’approbation du financement des « packages » d’armement agacent les Etats-Unis, qui les refusent tant que le budget n’a pas été voté. En 2006, Washington a ainsi rejeté la demande d’achat de 66 F-16, dont le paiement n’était pas approuvé.

Parmi les principaux équipements en cours de discussion dans les instances politiques taiwanaises et entre Taipei et Washington, ou simplement convoités par les militaires taiwanais, on compte 60 missiles anti-navire Harpoon approuvés par Washington et financés par Taipei pour une valeur totale de 126 millions de dollars, destinés à équiper les F 16 taiwanais ; 6 à 8 destroyers Aegis, équipés d’une forte capacité anti-missiles, considérés par Pékin et Washington comme des équipements sensibles susceptibles de perturber l’équilibre des forces dans le Détroit, d’une valeur totale de plus de 5 milliards de dollars (information officieuse non confirmée par les Etats-Unis) ; huit sous-marins Diesel, pour lesquels une délégation d’officiels taiwanais est actuellement en visite aux Etats-Unis, en partie à ses frais, après le psychodrame provoqué par les accusations d’un député assurant que le ministère de la défense corrompait des parlementaires en leur offrant des voyages gratuits aux Etats-Unis.

Enfin à ces ratés et agacements provoqués par les rivalités et retards budgétaires taiwanaiset les difficultés de financement des achats d’’armes aux Etats-Unis, s’ajoutent les tentatives de pressions de Washington qui pourrait bien bloquer les livraisons d’armes pour dissuader Taiwan d’organiser au printemps 2008 un référendum sur l’entrée de Taiwan à l’ONU.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Sommet des « Think tank » de l’Asie Pacifique à Taipei. Réflexion sur le soft power et la diplomatie taïwanaise de « substitution »

Puissance nationaliste chinoise et désarroi démocratique taïwanais

Relations dans le Détroit. Situation et perspectives. Le dilemme de Tsai Ing-wen

Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais

Sous l’œil de Pékin, Tsai Ing-wen surprise par la volte-face de Donald Trump