Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Lourde défaite du Parti indépendantiste (DPP) aux Législatives taiwanaises

« C’est la plus grave défaite du DPP depuis sa création », reconnaissait le Président Chen Shui-Bian avant de démissionner de la présidence de son parti. L’élection législative du 12 janvier à Taiwan a en effet balayé le parti indépendantiste qui ne détient plus que 27 sièges de la nouvelle assemblée, réduite de 225 à 113 sièges après le redécoupage de la carte électorale et l’instauration d’une part de proportionnelle. Dans ce contexte le nombre de députés du DPP directement élus n’est que de 13. Les 14 autres sièges ayant été attribués au parti par le vote proportionnel qui a crédité le DPP de 38,2 % des voix. Le parti nationaliste (KMT) a obtenu 51,2% des voix et 81 sièges à la nouvelle assemblée. Les petits partis sur la droite de l’échiquier (le Nouveau Parti - NP - et le Parti du peuple People First Party, - PFP -) et à gauche (l’Alliance pour l’union de Taiwan - Taiwan Solidarity Union, TSU) sont en net retrait.

En plus des deux votes législatifs, les électeurs étaient également sollicités pour deux référendums, dont les résultats ont été invalidés faute d’une participation au moins égale à 50%. Il s’agissait pour le premier d’interroger les électeurs sur l’opportunité de conférer au Yuan Législatif une capacité d’investigation des cas de corruption au gouvernement, pour l’autre de demander au KMT de restituer les biens immobiliers et financiers qu’il détiendrait illégalement. La complexité du scrutin (les électeurs devaient mettre 4 bulletins dans l’urne : deux pour les législatives - suffrage direct et proportionnel - , deux pour les référendums) a probablement été un des facteurs du taux de participation inférieur à 60% .

Réduit à la portion congrue le DPP, qui était déjà minoritaire au Yuan Législatif, n’a plus aucune chance de faire passer les amendements à la constitution projetés par Chen Shui Bian et qui inquiétaient la Chine parce qu’ils plaçaient l’Ile sur une trajectoire d’indépendance ; il ne pourra pas non plus bloquer les propositions constitutionnelles du KMT. Dans ce contexte les élections présidentielles du 22 mars prochain se présentent bien pour le candidat du KMT, Ma Ying-Jeou, qui a les faveurs de Pékin et que les derniers sondages créditent d’une avance de 20 points sur son concurrent direct Frank Hsieh du DPP.

La défaite du DPP est attribuée aux mauvais résultats économiques de l’île (hausse des prix et stagnation des salaires), aux multiples scandales de corruption ayant affecté Chen Shui-Bian et sa famille, aux dissensions au sein du parti et aux initiatives pro-indépendance du président, jugées trop brutales y compris par ses alliés politiques et condamnées par Pékin et Washington.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Sommet des « Think tank » de l’Asie Pacifique à Taipei. Réflexion sur le soft power et la diplomatie taïwanaise de « substitution »

Puissance nationaliste chinoise et désarroi démocratique taïwanais

Relations dans le Détroit. Situation et perspectives. Le dilemme de Tsai Ing-wen

Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais

Sous l’œil de Pékin, Tsai Ing-wen surprise par la volte-face de Donald Trump