Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Ma Ying Jeou défend son bilan et veut s’assurer le soutien des Etats-Unis

A l’occasion du 30e anniversaire du Taiwan Relation Act - cette disposition de droit interne adoptée par le Congrès des Etats-Unis en 1979 autorisant des relations diplomatiques implicites, quoique « profil bas », avec Taiwan et obligeant Washington à ne pas rester inerte en cas d’agression militaire chinoise contre l’Ile - le président Ma Ying Jeou, à qui il est interdit de se rendre aux Etats-Unis pour ne pas heurter la sensibilité nationale chinoise, a donné depuis Taiwan une vidéo conférence diffusée lors d’un séminaire organisé au Centre de Relations Internationales et Stratégiques de Washington. La conférence avait lieu en présence de plusieurs experts américains de la question taïwanaise et était présidée par Richard Armitage, ancien secrétaire d’Etat adjoint aux Affaires étrangères du Président Clinton, également spécialiste des questions de défense.

L’exercice, qui prenait prétexte de l’anniversaire du TRA, avait en fait pour but de faire le point sur la politique de détente à l’égard de Pékin, initiée par Ma Ying Jeou, et dont les avancées commencent à inquiéter les proches de Taïwan aux Etats-Unis, également soucieux d’un glissement pro chinois des stratégies américaines. S’il s’agissait de rassurer ses partisans aux Etats-Unis, Ma n’a pas manqué sa cible grâce à un discours qui plaçait sans ambiguïté les questions économiques, les questions de défense et l’alliance stratégique avec les Etats-Unis au centre de ses préoccupations, prenant ostensiblement ses distances avec les perspectives de rapprochement politique avec la Chine. Au passage, il a réaffirmé ses ambitions et demandé l’appui de Washington pour un élargissement de la marge diplomatique de l’Ile, qui devrait pouvoir être membre à part entière de l’Organisation Mondiale de la Santé.

La conférence a d’abord mis l’accent sur la solidité du partenariat et l’efficacité du TRA - auquel 125 membres du Congrès viennent de voter leur attachement - rappelant qu’en 1982, le Président Reagan avait fermement insisté sur la nécessité de vendre des armes à l’Ile et qu’en 1996 l’administration Clinton avait dépêché deux porte avions dans la zone du Détroit pour faire pièce aux menaces militaires chinoises. Restant dans le domaine de la défense, Ma a clairement répondu à une des préoccupations majeures de Washington qui s’inquiète de la faiblesse des finances mis à la disposition des armées taïwanaises et s’agace régulièrement des retards dans les budgets d’équipement des forces. « A partir de 2009 » a-t-il promis, « la part du budget de la défense sera au minimum de 3% du PIB », signifiant par là que Taiwan prendrait sa part du fardeau, souhaitant cependant qu’à l’avenir Washington ne manque pas aux promesses du TRA de vendre à l’Ile les armes qui lui seront nécessaires pour rétablir l’équilibre des forces dans le Détroit.

Toujours sur le sujet des relations entre l’Ile et les Etats-Unis, Ma a - message subliminal adressé à Pékin - enfoncé le clou du caractère démocratique de Taiwan, ajoutant même que son gouvernement « continuerait à rechercher le parrainage de Washington pour améliorer les droits de l’homme », soulignant que le Yuan Législatif avait récemment ratifié les deux conventions des Nations Unies pour les droits socio-économiques et les droits civils et politiques. Mais, lorsqu’il a été interrogé sur la proposition du Président Hu Jintao d’adopter des mesures de confiance entre les deux systèmes de défense, Ma, qui s’avançait en terrain miné aux Etats-Unis comme à Taiwan, a répondu que la question était « difficile et sensible et qu’en ces temps de crise financière mondiale, son administration avait choisi de se focaliser sur les questions économiques ».

C’est effectivement en privilégiant les thèmes des relations économiques, en même temps que celui de l’apaisement entre les deux rives - dont chacune avait sa propre interprétation du consensus de 1992 - que Ma a dressé le bilan de son gouvernement : inauguration et multiplication des vols directs, ouverture de l’Ile aux touristes chinois, organisation de deux conférences inédites de haut niveau entre les deux rives - la troisième est en cours à Nankin - , réussissant en quelques mois à modifier la nature même des relations dans le Détroit qui, pendant 60 ans, étaient restées figées dans une atmosphère de méfiances réciproques.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Sommet des « Think tank » de l’Asie Pacifique à Taipei. Réflexion sur le soft power et la diplomatie taïwanaise de « substitution »

Puissance nationaliste chinoise et désarroi démocratique taïwanais

Relations dans le Détroit. Situation et perspectives. Le dilemme de Tsai Ing-wen

Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais

Sous l’œil de Pékin, Tsai Ing-wen surprise par la volte-face de Donald Trump