QuestionChine.net

Actualité

Savoirs

›› Editorial

Mer de Chine. La tentation de la force

[28 juillet 2012] • Jean-Paul Yacine

Positions irréconciliables et affichages dangereux.

Paracels et Spratlys
Les archipels des Paracels et Spratlys convoités par4 pays de l’ASEAN et la Chine

Quand Pékin met en avant son contrôle immémorial sur tout l’espace de la Mer de Chine, vaste comme la Méditerranée, Manille, Hanoi, Brunei, Kuala Lumpur évoquent le droit de la mer et la convention de Montego Bay établie en 1982, après 14 ans de négociations entre 150 pays, et ratifiée par la Chine en 1996.

Pour de multiples raisons liées à l’histoire, à la quête de ressources de son économie affamée, mais également au « désir d’Empire et de puissance » qui nourrit le nationalisme de l’Armée Populaire de Libération et d’une partie de l’opinion publique, le pouvoir à Pékin, assez souvent contre l’avis de chercheurs chinois eux-mêmes, ne donne aucun signe d’apaisement à ses voisins, qu’il traite parfois comme des pays vassaux.

Lors de la dernière réunion des ministres des Affaires étrangères de l’ASEAN, l’association, gênée par la proximité avec la Chine du Cambodge, pays hôte, a eu le plus grand mal à publier une déclaration commune en 6 points, promettant de se conformer aux lois de la mer, et d’éviter les confrontations militaires. Mais le problème de fond, lié aux questions de souveraineté, n’a pas été traité. Compte tenu de la difficulté des échanges et des tensions au sein même de l’ASEAN, chacun s’est satisfait de la promesse minimum de protéger le statu quo et d’écarter tout recours à la force.

Mais le 20 juillet, Pékin annonçait la création d’un état major divisionnaire et l’installation d’une garnison sur Woody Island, Yong Xing Dao en Chinois 永兴岛, et Đảo Phú Lâm en Vietnamien, partie à l’archipel des Paracels, que la Chine occupe en totalité depuis 1974. Les troupes qui seront subordonnées au commandement militaire de l’Ile chinoise de Hainan, située à 170 nautiques au Nord-ouest, prendront leurs quartiers sur une zone qui dispose déjà d’une piste d’aviation de 2700 m de long, capable d’accueillir des avions de chasse et équipée de radars et de capacités de stockage de carburant (photo de la première page).

Tandis que Manille et Hanoi protestaient contre la militarisation des Paracels, tout en réaffirmant leurs désirs de régler les différends de manière pacifique, une note de l’International Crisis Group signalait que la situation en Mer de Chine évoluait dans une direction dangereuse. Elle se gardait cependant de rejeter l’entière responsabilité des tensions sur Pékin.

Suggérant à Washington de rester à l’écart des querelles territoriales, elle critiquait aussi le recours de Manille à une unité militaire lors de l’incident autour des récifs de Scarborough, en avril dernier. Selon l’ICG l’engagement sur zone d’un navire de guerre Philippin avait donné à la Chine une occasion d’attiser le nationalisme de son opinion publique, alors que les médias officiels chinois évoquaient la nécessité de « d’infliger une leçon aux Philippines », tandis que les deux pays adoptaient des mesures de représailles économiques.

Compte tenu de l’équilibre général des forces et de la contrainte incontournable de la dissuasion atomique qui pèse sur Pékin et Washington, aucun de ces incidents et développements qui, le plus souvent tiennent de l’affichage, n’est de nature à provoquer une conflagration de grande ampleur dans la zone.

Il reste que leur conjonction et leur accumulation, créent un contexte où la tendance est de plus en plus à se référer à l’usage de la force, ou, à tout le moins, à son affichage ostentatoire, alors que la voie diplomatique pour la résolution de la question centrale des souverainetés paraît, pour l’heure, irrémédiablement bloquée.


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

• À lire dans la même rubrique

Limites et risques politiques de la guerre contre les féodalités

[21 juillet 2014] • François Danjou

Feu sur les « excroissances méningées du Parti » et reprise en main idéologique

[19 juin 2014] • François Danjou

Chine / Etats-Unis : une nouvelle guerre froide ? Ou la résurgence des « Valeurs asiatiques » ?

[25 mai 2014] • François Danjou

Bataille contre la corruption. « Stupeur et tremblements »

[3 mai 2014] • François Danjou

Taïwan : Craquements politiques dans l’accord cadre. Les stratégies chinoises en question

[1er avril 2014] • François Danjou

Sitemap