Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

Orientations de politique générale et lutte contre l’inflation

Alors que l’agence officielle Xinhua a publiait il y a quelques jours les réflexions de Li Keqiang, docteur en droit et en économie, proche de Hu Jintao et probable futur premier ministre, sur les orientations du 12e plan, le Conseil des Affaires d’Etat et la Banque de Chine engageaient une série de mesures pour contrôler l’inflation, à son plus haut niveau depuis deux ans.

Dessinant un tableau réaliste de la situation de l’économie, le successeur probable de Wen Jiabao a clairement marqué qu’à l’avenir, la croissance ne pourrait plus s’appuyer sur les exportations vers les Etats-Unis et les pays développés. Ces derniers, affaiblis par le chômage, traversaient de grandes difficultés ; leurs équilibres financiers étaient fragilisés et leur croissance resterait atone pour longtemps. Il ajoutait qu’en Chine des goulots d’étranglement et des blocages freinaient la lutte contre la pollution ainsi que les réformes pour plus d’efficacité énergétique.

Simultanément, constatait encore Li Keqiang, les Chinois devenaient plus exigeants et souhaitaient bénéficier d’une meilleure qualité de vie. Mais, dans les domaines de l’emploi, du logement, de la santé, de la sécurité sociale et de la lutte contre la pollution, précisément tous liés à la qualité de la vie, subsistaient de nombreuses inégalités et injustices.

De ce constat découlaient une série de priorités, déjà connues, mais que le futur n°1 du Conseil des Affaires d’Etat a tenu à faire siennes. Celles-ci vont de l’augmentation de la consommation intérieure pour compenser la baisse probable des exportations, à un meilleur accès de tous aux services essentiels (logement, santé, éducation, aide à l’emploi), en passant par 1) le contrôle de la masse monétaire en circulation, avec son corollaire « l’amélioration de l’efficacité des investissements » (traduire limiter les investissements spéculatifs sans rapport ou en contradiction avec les priorités du gouvernement), 2) l’accompagnement de l’urbanisation en cours, en favorisant la réinstallation des migrants - ce qui supposera le réexamen du passeport intérieur -, 3) l’accélération de la modernisation du secteur industriel, non seulement par l’introduction de nouvelles technologies, mais également par le renforcement des sociétés chinoises high-tech, y compris par des alliances stratégiques dans les secteurs de la recherche et développement, comme dans celui de la production.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le Yuan, l’étalon Or et le pétrole. Décryptage d’un mythe

Réforme des groupes publics par l’injection de capitaux privés

Au-delà des indices, les grands soucis économiques du régime

Pékin, Washington, Pyongyang. Du tambour de guerre aux conflits commerciaux

WANDA group et COSCO, deux histoires contrastées, révélatrices des stratégies de Pékin