Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Parade du 3 septembre : entre message de paix, affirmation de puissance et reconstruction du mythe national

Le 3 septembre, une unité de la 2e artillerie équipée de missiles balistiques mobiles de courte portée DF 15 défile sous le portait de Mao et devant la tribune officielle à la porte sud de la Cité Interdite.

Ce n’est pas la première fois que la Chine organise une grande parade militaire sur Chang An, ni même que l’APL effectue des manœuvres navales avec la marine russe.

Mais, dans la conjoncture mondiale actuelle très tendue, marquée par les transes de l’Islam radical, l’afflux en Europe de réfugiés de guerre chassés par Daesch, la crise ukrainienne qui dresse l’Europe et les États-Unis contre Moscou, les tensions entre la Chine, les États-Unis, le Japon, l’Inde et plusieurs pays de l’ASEAN, à quoi s’ajoute l’ajustement de la politique américaine en Iran qui inquiète à la fois Riyad et Tel-Aviv, les défilés militaires à Moscou et Pékin, postures martiales autant que commémorations de la victoire contre le Japon et l’Allemagne, ne peuvent plus être considérés comme des événements de routine et encore moins comme des symboles de paix comme l’annoncent Pékin et Moscou.

Si on y ajoute le fait que les parades militaires chinoises et russes du 9 mai et du 3 septembre ont été boycottées par tous les chefs d’États occidentaux, ce qui ne dit rien qui vaille sur l’état de solidarité du monde face aux grands défis que sont la prolifération nucléaire, le réveil des transes religieuses fomentant le chaos, à quoi s’ajoutent les dérèglements climatiques eux-mêmes annonciateurs de vastes mouvements de populations qui ne feront qu’ajouter aux bouleversements en cours, il faut bien concéder qu’après l’illusion d’une « gentille globalisation commerciale » le monde paraît déraper vers une nouvel état de guerre froide qui affaiblit sa capacité à relever collectivement les défis qui le guettent.

Un parfum de guerre froide inadapté aux défis du temps.

Certes les blocs ne sont pas étanches et les échanges, même en baisse, battent son plein, en grande partie, animés par la Chine qui commerce non seulement avec tous ses voisins, mais également avec la Russie, l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Il reste que la Russie est, comme aux meilleurs temps de la guerre froide, sous embargo occidental et que les crispations martiales qui ne font que s’aggraver, sont ponctuées des « bruits de ferraille » propagés par Moscou, Pékin, Tokyo, le Pentagone et quelques autres en Asie, où Washington inquiet de sa perte d’influence promène en permanence ses trois ou quatre groupes de porte-avions, irritant de première grandeur pour Pékin.

Pendant ce temps, le Bureau Politique chinois observe avec angoisse les métastases de l’Islam radical qui, à partir du Moyen Orient, de l’Afrique, de l’Asie Centrale, du Pakistan et de l’Afghanistan propagent le cancer terroriste qui, depuis quelques temps, tourmente la direction politique chinoise au Xinjiang.

Dans ce contexte compliqué et volatile, considérons ceci : alors que le monde est confronté à une série de très grands défis, la vieille Europe qui devrait être une source d’inspiration est paralysée par une grave catalepsie stratégique, tandis que les autres grandes Nations « co-gestionnaires » de la planète sont engagées dans des rivalités nationalistes dont beaucoup ont un arrière plan de revendications territoriales, en Ukraine, en mer de Chine du Sud, en Mer de Chine de l’Est et sur les hauteurs de l’Himalaya.

C’est dans ce tableau bouleversé et tourmenté du monde que le Parti Communiste chinois a, depuis 2012 abandonné la stratégie internationale de discrétion prônée par Deng Xiaoping (en Chinois 韬光养晦 tao guang yang hui, littéralement « cachons nos brillances et nourrissons l’opacité), que les commentateurs, attisant encore l’inquiétude née de l’ambiguïté des intentions chinoises, ont régulièrement traduit par « gagnons du temps, pour augmenter nos forces ».


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Les faces cachées de l’ouverture commerciale chinoise

Pressions américaines et résilience chinoise

Embardées verbales à l’ONU. Pékin inquiet et à bout d’arguments réagit avec placidité

Centrales nucléaires en mer de Chine. Pékin s’installe, les voisins s’inquiètent

Les BRICS à Xiamen. Contraste entre les discours et la réalité