Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Première sortie d’entraînement du porte-avions chinois. Un « feu rouge » clignotant

Le 25 décembre dernier, le Liaoning a commencé une phase d’entraînement qui le conduira jusqu’à Hainan. Déplaçant 67 000 tonnes à pleine charge, le PA chinois, propulsé par 8 chaudières à mazout et 4 groupes de turbines à vapeur, a une vitesse maximum de 32 nœuds et une autonomie de 45 jours. Il embarque 12 chasseurs J-15, plusieurs hélicoptères de lutte anti-sous-marine, 2 hélicoptères de secours en mer Z-9 dérivés des Dauphin français et 2 hélicoptères d’alerte aérienne.


*

Voilà une information dont les média, jouant sur des émotions proches de celles véhiculées par les jeux vidéo, aiment faire leurs choux gras. Pour autant après avoir élagué la part sensationnelle des dépêches plus ou moins alarmistes, force est de constater que ce qui se trame sous nos yeux en Asie-Pacifique ressemble aux prémisses d’un craquement. Pour tenir à distance un enchaînement néfaste, notamment dans le détroit de Taïwan, il faudra le calme, la placidité froide, la sérénité et le réalisme des grands diplomates.

Mais le pire n’est jamais sûr. En restituant, à peine quelques jours après l’avoir capturé, le drone américain opérant à 500 nautiques des côtes chinoises mais dans un espace que Pékin considère comme ses eaux territoriales, le régime a exprimé un souci d’apaisement [1]. L’équilibre des forces dans le Pacifique occidental ayant notablement changé, il serait dangereux que Washington n’en tienne pas compte et continue ses provocations sur la question de Taiwan.

Au-delà des préoccupations de morale politique, de principes humanitaires, de droit international ou de prévalence démocratique, la première condition de court terme pour tenir à distance une déflagration reste le réalisme politique. Quant au long terme, il est nimbé de fortes incertitudes qui tiennent autant aux dérives des systèmes démocratiques s’érigeant en modèle qu’à la capacité à durer en interne du régime chinois.

*

Alors que montent les tensions géostratégiques dans le jeu à trois entre Moscou, Washington et Pékin, avec, en Asie Pacifique, une incertitude de taille créée par les récents positionnements de Donald Trump sur la question taïwanaise (lire : Tempête autour d’un échange téléphonique), le dimanche 25 décembre, le ministère de la défense chinois annonçait que le Liaoning, premier porte avions chinois escorté par plusieurs navires de combat de premier rang, avait commencé un cycle d’entraînements par des exercices de décollages et d’appontages suivis de tirs réels en mer jaune et, plus en sud, en mer de Chine de l’Est.

Peu après, dans un article imprégné du nationalisme territorial et maritime, une des épines dorsales du discours stratégique chinois réfutant la pertinence militaire américaine dans le Pacifique occidental, le Global Times dessinait la trajectoire des exercices du Liaoning « dans le golfe de Bohai, en Mer jaune, en Mer de Chine de l’Est et en Mer de Chine du Sud ».

L’article était accompagné de vidéos diffusées sur les chaînes nationales montrant appontages, décollages et tirs de roquettes air-sol effectués dans le golfe de Bohai. A l’honneur, les chasseurs J-15 qui, depuis que le PA a été livré à la marine en 2012, s’entraînent aux acrobatiques techniques d’appontages sur la base de Huangdicun à proximité des côtes chinoises.

Le PA chinois, vedette d’une « téléréalité » stratégique.

Image de la propagande chinoise où se superposent le vieux rêve chinois de puissance, le porte-avions et la force militaire : 中国梦强军梦。 « Zhongguo Meng, Qiangjun Meng. Le rêve chinois s’articule au rêve de puissance militaire ».


*

Simultanément, les grands médias occidentaux, japonais et taïwanais reliaient cette « téléréalité stratégique » aux tensions en cours dans la région, entre Pékin et Tokyo autour de l’îlot Senkaku et entre la Chine et les États-Unis à propos de Taïwan et en Mer de Chine su sud. Le 25 décembre, le ministère de la défense taïwanais qui reprenait une dépêche japonaise signalait le passage du Liaoning dans le détroit de Miyako à proximité des Senkaku (Diaoyutai pour les Chinois).

Deux jours plus tard, une dépêche de Reuters émise depuis Taipei repérait le PA chinois et sa flottille dont le port d’attache sera probablement Qingdao, faisant route vers la base de Hainan, stratégiquement située à l’entrée nord de la Mer de Chine du sud et à 600 nautiques au sud-ouest de Taïwan.

Surplombant ce feuilleton naval diffusé par les médias, les déclarations officielles égrenaient des messages ambigus alternativement teintés de menaces, d’inquiétude et d’apaisement. Le 26 décembre, le ministère de la défense taïwanais glosait sur l’aggravation « jour après jour de la menace ennemie ». A Pékin, le porte parole du Bureau des Affaires taïwanaises réaffirmait l’intention chinoise de parvenir à réunifier pacifiquement l’Île et le Continent. Il ajoutait cependant que la détermination du Politburo à ne jamais permettre la scission de l’Île restait inébranlable.

Aux États-Unis, la transition entre Obama et Donald Trump donna lieu à d’inquiétants cafouillages contradictoires entre, d’une part, la position traditionnelle de Washington héritée de Kissinger et de l’accord de reconnaissance de 1979 respectant la « politique d’une seule Chine » et, d’autre part, la nouvelle affirmation iconoclaste de Trump à l’arrière plan très déstabilisant pour Pékin, laissant entendre que la reconnaissance par Washington de la souveraineté chinoise sur l’Île n’était pas gravée dans le marbre.

Pour faire bonne mesure, la future administration peuplée de conservateurs purs et durs laissa flotter l’idée d’une dangereuse « stratégie Folamour » liant, dans un marchandage hautement explosif, sa future appréciation de la question taïwanaise à la rivalité sino-américaine en Asie Pacifique et aux exubérantes prétentions de Pékin en Mer de Chine du sud. A cet effet, et en amont de l’investiture de Trump, certains des proches du futur président stipulèrent qu’un retour sans équivoque de la Maison Blanche à la politique d’une seule Chine serait désormais conditionné par le recul des affirmations chinoises de souveraineté sur toute la Mer de Chine du Sud.

A Taïwan, on se souvient que, durant la dernière crise dans le Détroit (lire à ce sujet Le dilemme taïwanais), la présence de porte avions américains dans les parages de l’Île eut un effet rassurant, augmentant la marge de manœuvre de Lee Deng-hui. Proche du Japon, ce dernier avait, depuis la mort en 1988 de son mentor Jiang Jing-guo, fils de Tchang Kai-chek, entrepris, au grand dam de Pékin, la démocratisation de l’Île.

C’est pourquoi, plus qu’ailleurs, le symbole de la naissance d’une force aéronavale chinoise revêt une signification particulière, alors que, dans le même temps, les nouvelles capacités antinavires de l’APL (missiles balistiques et missiles de croisière) sont en mesure de tenir l’aéronavale américaine à distance du Détroit ou de l’obliger à prendre des risques, si elle voulait peser dans une crise militaire ouverte.

Au passage, notons qu’une fois de plus, la situation bat en brèche l’illusion du statuquo qui fonde les politiques taïwanaise et américaine dans le Détroit.

L’improbable statuquo dans le Détroit de Taiwan.

Les Chinois considèrent que l’histoire de Taïwan est indissociable de celle de la Chine moderne née de la guerre civile entre Mao et Tchang Chai-chek. Pour eux la relation dans le Détroit est consubstantielle de la naissance du régime chinois. Cette vision historique est de plus en plus contestée par l’opinion publique taïwanaise.


*

Non-sens stratégique, le discours sur l’immuabilité des situations – au passage complètement à rebours de la philosophie enseignée par le Yijing, l’ancestral classique des mutations - est sans cesse démenti par la lente évolution des rapports de forces militaires, la montée dans l’Île d’un particularisme politique démarqué du Continent et, à l’inverse, par la volonté chinoise toujours réaffirmée d’une réunification que le politburo espère pacifique par le truchement des intérêts d’affaires et de l’attrait exercé par le marché chinois subjuguant peu à peu la quête identitaire des Taïwanais.

Mais, source rémanente des inquiétudes à Taipei et Washington, la présence massive face à l’Île d’un puissant dispositif militaire chinois appuyé par plus d’un millier de missiles balistiques rappelle à toute la région et au monde à quel point le glissement de Taïwan vers l’indépendance serait pour Pékin un indiscutable casus-belli. La nouvelle fluidité de la situation qui contraste avec l’illusion de l’immobilisme stratégique entretenue par les discours se lit d’ailleurs facilement quand on se donne la peine de mettre les époques en perspective.

Lors de la crise de 1995, le passage sans coup férir d’un porte avions de l’US Navy dans le Détroit avait affirmé l’incontestable prévalence militaire américaine. Deux décennies plus tard, les progrès des missiles chinois signalent le renforcement de la capacité de riposte de l’APL qui rend la même manœuvre plus aléatoire. En revanche, le poids de la Chine est aujourd’hui soudain balancé par la surprise stratégique du tête-à-queue de Trump. Comparée à la situation des années 2000, lors du précédent mandat indépendantiste de Chen Shui-bian, la situation est en effet inversée.

Alors qu’entre 2000 et 2008, Washington devait s’appliquer à modérer les affirmations identitaires de l’Île – en réalité assez prudentes en dépit des nervosités chinoises -, cette fois c’est l’inverse. Mesurant les risques des stratégies de Trump, l’élément modérateur se trouve être le nouvel exécutif à Taipei. S’il est vrai que la promesse de bascule stratégique américaine met du baume sur le cœur de la nouvelle administration gravement ostracisée par Pékin depuis que la présidente Tsai refuse de reconnaître la politique d’une seule Chine, il n’est pas certain que, dans l’Île, tout le monde soit en phase avec le machiavélisme stratégique de l’équipe républicaine transformant l’Île en un levier de manœuvre de la nouvelle politique chinoise de Washington.

S’il est vrai, comme l’indique Chris Horton dans le New-York Times, que nombre de Taïwanais se félicitent du contrepied de Trump, possible prélude à un resserrement formel des liens entre Taipei et Washington et à un élargissement de la marge de manœuvre internationale de Taipei, d’autres craignent la brutalité de la réaction chinoise et une dangereuse montée des tensions dans le Détroit, devenu à la fois l’otage du nationalisme exacerbé des Chinois du Continent et du non conformisme iconoclaste de la future Maison Blanche.

Pour l’heure cependant, Tsai Ing-wen tâte le terrain et s’engouffre dans la brèche ouverte par Trump. Décidée à tester les limites de la bascule américaine, elle passe outre les pressions chinoises enjoignant à Washington de lui interdire toute escale aux États-Unis. Le 30 décembre, sans donner de détail sur d’éventuels contacts avec l’administration américaine, la présidence à Taipei annonçait que, lors de son prochaine périple en Amérique Latine en janvier, Tsai ferait un crochet par Houston et San Francisco.

Enfin, pour compléter cette revue des glissements stratégiques et des rapports de forces militaires, il est nécessaire de faire le point des progrès réels de l’aéronavale chinoise, avec en arrière plan, les tensions qui montent autour de Taiwan.

Notes :

[1Le 20 décembre dernier, au large des Philippines la marine chinoise restituait à l’US Navy le drone sous-marin dont elle s’était emparé le 15 décembre à proximité de la ligne en 9 traits chinoise et à 50 nautiques au nord-ouest de Subic Bay à l’intérieur de la ZEE des Philippines.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le grand chassé-croisé sino-américain en Asie. Un apaisement en demi-teinte

Un nouveau Bureau Politique sans aspérités, dévoué au volontarisme rénovateur de Xi Jinping

En route vers le Congrès

Chine – Etats-Unis, la variable indienne, la stratégie de l’esclandre et les risques de riposte chinoise

Le « China Quaterly » et la rigueur académiques aux caractéristiques chinoises