Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Raidissement conservateur. Nettoyage des écuries d’Augias. La justice toujours aux ordres

Au cours d’une de ces journées obscurcies par la nébulosité visqueuse d’un épais brouillard, le Président Xi Jinping vient de payer de sa personne sur le front de la pollution en visitant les hutongs de Nanluoguxiang près de la tour du tambour. S’il est vrai que l’article de Xinhua titrait sur le brouillard, son objet n’était cependant pas la pollution. Le président venait dans ce quartier bien connu des touristes, pour sonder les résidents et prendre le vent sur leurs idées de rénovation du patrimoine des vieux quartiers.

Mais nous étions le 25 février. Et, depuis quelques jours, les médias chinois glosaient sur les alertes à la pollution dans tout le nord de la Chine, les aéroports en panne, les usines arrêtées et un rapport censuré de l’Académie des Sciences Sociales de Shanghai qui classait Pékin dans la catégorie des villes les plus polluées au monde.

Les journaux avaient même fait état d’un citoyen de Shijiazhuang ayant attaqué en justice le bureau de l’environnement local à qui il demandait un dédommagement pour avoir failli à ses responsabilités de lutte contre la pollution, indirectement heurté sa santé et provoqué des pertes sèches dans son commerce. Une première en Chine. Sur les réseaux sociaux, on ironisait gentiment sur le président par ailleurs plébiscité par les résidents du hutong : « il ne porte pas de masque ? C’est mauvais pour santé ».

La pollution est assurément un des plus grands casse-têtes de la direction du régime, conséquence néfaste d’un schéma de développement désordonné et gaspilleur uniquement calibré par l’objectif de la croissance. Le défi environnemental est économiquement dévastateur et politiquement sensible car ses effets heurtent directement la vie des particuliers dont la capacité d’organisation et de résistance à l’autorité augmente rapidement avec les réseaux sociaux.

Mais la protection de l’environnement n’est pas la seule urgence retenue par le pouvoir qui répète son intention de réformer le pays. Certains disent pourtant que sa cohésion sur ce thème est peut-être en train de vaciller. Il y a un peu plus d’un mois a eu lieu à Pékin la première réunion au sommet de la toute nouvelle Commission de réformes dont Xi Jinping a pris la tête. La deuxième réunion ayant eu lieu le jour de la rédaction de cette note.

Les meilleures sources à Pékin indiquent qu’à l’occasion se sont manifestées quelques inquiétudes qui stigmatisèrent la brutalité des réformes au point que la mouvance conservatrice attachée à l’ancien schéma de développement dont tous les caciques du Parti tirent profit, aurait réussi à mettre le premier ministre et ses proches en porte à faux. Non pas que les réformes seraient mises sous le boisseau.

Mais il aurait été convenu de réduire la pression des reformes financières et de les assortir d’une attention accordée aux conséquences sociales du ralentissement de la croissance et aux risques de crash des institutions financières des circuits de crédit parallèles. En revanche, on aurait décidé de pousser la vapeur des combats contre la pollution et la corruption. Toutefois le Parti n’a toujours pas décidé de se donner les moyens d’une réussite complète puisqu’il refuse toujours d’émanciper la justice de sa tutelle politique.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le nationalisme des « caractéristiques chinoises » s’affirme comme l’idée force du Congrès

La purge des corrompus n’a pas de cesse

A Hong Kong, la justice met fin à l’indulgence

A Hong Kong, un tribunal invalide 4 parlementaires récemment élus

La force du symbole de Liu Xiaobo et la crainte des influences occidentales