Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Syrie. Portée et limites du virage stratégique chinois

A l’occasion de la visite à Pékin de Lakhdar Brahimi, envoyé spécial des Nations Unies et de la Ligue Arabe, la Chine a pris à rebours les analyses, y compris celles des commentateurs chinois qui spéculaient sur son intransigeance, rejetant indéfiniment, avec Moscou, les plans occidentaux réclamant le départ de Bashar al Assad.

Le 31 octobre Yang Jiechi, le ministre des Affaires étrangères a en effet proposé un plan en quatre points qui, au milieu d’autres propositions classiques appelant à un cessez-le-feu immédiat, à la coopération de toutes les parties impliquées et à l’aide urgence aux sinistrés de la guerre, mettait, pour la première fois en avant, l’idée d’une transition politique en Syrie. Pékin précisait que celle-ci serait à négocier par des représentants crédibles de toutes les parties, sans indiquer ce que l’idée de transition recouvrait, ni suggérer quel pourrait être le rôle ultérieur du dictateur alaouite.

Comme il est peu probable que l’initiative de Pékin ait été prise sans concertation avec Moscou, on peut raisonnablement considérer qu’elle pourrait favoriser une inflexion de l’attitude des Nations Unies dans la crise syrienne.

Pour autant, la formulation officielle publiée par l’agence Xinhua reste vague sur la manière de persuader les belligérants d’accepter un cessez-le-feu, dans un contexte où Pékin est toujours hostile aux pressions et plus encore aux opérations armées visant à renverser un gouvernement souverain. Elle ne dit pas non plus comment Bashar al Assad pourrait, sans aucune pression internationale à laquelle Pékin s’est jusque là montré hostile, endosser un plan qui spécule sur son éventuel retrait.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• Vos commentaires

Par ryoga Le 14/01/2013 à 12h29

Syrie. Portée et limites du virage stratégique chinois.

article intéressant mais un peu plus orienté pro-occidental que d’habitude...On parle bcp des intérêt de la Chine (normal vu le site ;)) et la Fédération de Russie mais on oublie assez souvent ceux l’OTAN qui sont peu humanitaires aussi....

• À lire dans la même rubrique

Les faces cachées de l’ouverture commerciale chinoise

Pressions américaines et résilience chinoise

Embardées verbales à l’ONU. Pékin inquiet et à bout d’arguments réagit avec placidité

Centrales nucléaires en mer de Chine. Pékin s’installe, les voisins s’inquiètent

Les BRICS à Xiamen. Contraste entre les discours et la réalité