Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Velléités de référendum à Taiwan : « Chaud devant »

Washington augmente ses pressions contre Taiwan pour tenter de faire avorter le projet de référendum sur l’entrée de l’Ile à l’ONU en mars 2008. Tout en réaffirmant la détermination des Etats-Unis de défendre Taiwan contre une agression chinoise, l’amiral Keating commandant en chef des forces américaines dans le Pacifique, a indiqué que l’initiative de Taipei et les discours qui l’entouraient compliquaient la situation dans le Détroit. Les mêmes remarques ont été adressées à Frank Hsieh, candidat du parti indépendantiste (DPP) aux prochaines présidentielles en 2008, actuellement en voyage aux Etats-Unis. Washington, qui note un durcissement des Taiwanais sur plusieurs questions très sensibles pour le Parti Communiste Chinois - entrée à l’ONU et changement de nom de l’Île - s’inquiète de possibles tensions entre Taipei et Pékin.

Toutes ces mises en garde viennent après un rappel à l’ordre de Condoleezza Rice le 13 avril dernier qui sommait Taipei de ne pas « perturber le statu-quo dans le Détroit par une initiative inconsidérée lors de l’année des JO ».Washington est d’autant plus inquiet que, cette fois, le DPP, au pouvoir dans l’Ile depuis 2000, a, sur ce projet très controversé, reçu l’appui du KMT.

Ma Ying Jeou, le candidat du parti fondé par Tchang Kai-Chek sait bien qu’une majorité de Taiwanais appuierait toutes les actions pour tenter de réintégrer les Nations Unies. Pour ne pas être en reste, il propose lui aussi un retour à l’ONU « sous un nom adapté et en privilégiant la souplesse ». La formulation ambigüe trahit l’embarras du KMT qui veut rester dans la course des surenchères de politique intérieure sans pour autant gêner le développement des relations avec la Chine. Les chances pour que l’ONU accède à la requête taiwanaise sont nulles. La Chine opposera son véto ; l’UE qui veut éviter les tensions a déjà marqué son désaccord ; les Etats-Unis s’abstiendront ; même le Japon n’a pas appuyé la démarche.

Il reste que si le référendum avait lieu et que les résultats - comme c’est probable - étaient nettement en faveur du retour de l’Ile à l’ONU, le sentiment identitaire des Taiwanais en serait renforcé, tandis que Pékin pourrait considérer qu’il s’agit là d’une étape significative vers la rupture unilatérale du statu-quo, passible d’une réaction militaire en vertu de l’article 8 de la loi chinoise anti-sécession, promulguée en 2005.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Sommet des « Think tank » de l’Asie Pacifique à Taipei. Réflexion sur le soft power et la diplomatie taïwanaise de « substitution »

Puissance nationaliste chinoise et désarroi démocratique taïwanais

Relations dans le Détroit. Situation et perspectives. Le dilemme de Tsai Ing-wen

Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais

Sous l’œil de Pékin, Tsai Ing-wen surprise par la volte-face de Donald Trump