Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Ventes d’armes à Taïwan. Tensions sino-américaines

Le vendredi 29 janvier de Département d’Etat américain a notifié au Congrès, qui doit encore l’approuver, une nouvelle vente d’équipements militaires à Taiwan, pour une valeur totale de 6,4 milliards de dollars. La décision de Washington, qui figure parmi les plus importants contrats d’armement jamais concédés à Taïwan, intervient à peine plus d’un an après deux autres contrats signés en 2008 par l’administration Bush en fin de mandat, pour une somme totale de 5,1 milliards de $.

Le lot comprend 60 hélicoptères multi rôles Black Hawk 60 M BH, dotés d’une avionique sophistiquée, également commandés par l’armée américaine en 2007 et livrables en 2009 et 2010. 114 batteries de missiles anti-missiles PAC 3, aux performances améliorées, mis en service en 2003, en dépit d’une série de tests pas tous très probants, au cours de l’année 2002. Employé pour la première fois contre l’Irak, cet équipement antibalistique est doté d’un système anti brouillage et d’un radar de recherche, d’identification et de tir d’une portée de 100 km.

A cette liste s’ajoutent 2 bâtiments chasseurs de mines de la classe OSPREY, désarmés par la marine américaine en 2006 et 2007, reconstruits et équipés d’un sonar moderne à haute définition et d’un robot sous-marin télécommandé pour la neutralisation des mines en surface et en profondeur. 12 missiles Harpoon antinavires équipés d’un radar autodirecteur et 25 systèmes intégrés de transmission et de commandement.

A Taiwan, le bureau des affaires chinoises appelle depuis une semaine la Chine à démanteler le millier de missiles à moyenne portée braqués sur l’Ile, tandis que Ma Ying Jeou affirme que le renforcement de la défense de l’Ile augmentera la confiance des Taïwanais dans le processus d’apaisement et de rapprochement avec la Grande Terre. Le Département d’Etat américain tient un discours similaire et rappelle que le Taiwan Relations Act de 1979 (adopté par le Congrès l’année même de l’établissement des relations diplomatiques entre Pékin et Washington) oblige les Etats-Unis à livrer des armes défensives à l’Ile, capables de dissuader une agression chinoise.

La Chine ne l’entend pas de cette oreille. Le 30 janvier, l’ambassadeur des Etats-Unis Jon Huntsman a été convoqué au Waijiaobu pour s’entendre dire que « la vente d’armes à Taiwan était une grossière ingérence dans les affaires intérieures chinoises ; qu’elle menaçait la sécurité de la Chine, compromettait gravement les efforts de réunification pacifique de Pékin et mettait sérieusement en danger les relations sino-américaines ».


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Sommet des « Think tank » de l’Asie Pacifique à Taipei. Réflexion sur le soft power et la diplomatie taïwanaise de « substitution »

Puissance nationaliste chinoise et désarroi démocratique taïwanais

Relations dans le Détroit. Situation et perspectives. Le dilemme de Tsai Ing-wen

Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais

Sous l’œil de Pékin, Tsai Ing-wen surprise par la volte-face de Donald Trump