Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

WANDA group et COSCO, deux histoires contrastées, révélatrices des stratégies de Pékin

COSCO, un symbole du « rêve chinois ».

Après le rachat de Orient Overseas International Ltd. Cosco deviendra le 3e transporteur mondial à la tête d’une flotte de plus de 400 navires opérant sur11,6% du marché mondial.


*

Comparée au sentiment d’improvisation qui se dégage de l’affaire Wanda, l’image du groupe public COSCO qui vient récemment d’annoncer son intention d’acheter pour 6,3 Mds de $ son rival de Hong-Kong Orient Overseas International Ltd. (OOIL) est considérablement plus rassurante.

Le 1er transporteur chinois devenu le 4e armateur de la planète après l’acquisition de China Shipping Container Line (CSCL) opérant dans un secteur en pleine tourmente durement frappé par le ralentissement du commerce mondial n’est certes pas à l’abri de soucis.

Touché comme tous ses concurrents par les affres des surcapacités dans un marché global agité par de profondes restructurations (en 2016, le géant coréen Hanjin avait déposé le bilan, tandis que le Français CMA CGM avait racheté le Singapourien Neptune Orient Lines), COSCO avec des actifs évalués à 16 Mds d’€ dont 46% en propriété immobilières, chantiers, navires et équipements, auxquels s’ajoutent 3,2 Mds d’investissements, accuse depuis 2014 un forte augmentation de ses dettes de long terme (65 Mds de Yuan – 8,3 Mds d’€) en 2016 au lieu de 15 Mds de Yuan en 2014 soit une progression de 300%, laissant craindre des difficultés à plus ou moins longue échéance.

Mais la différence avec Wanda Group est que COSCO devenu le symbole international de la puissance chinoise, connu aux États-Unis comme un des premiers transporteurs de conteneurs et en Europe pour avoir tenu la tête hors de l’eau du port du Pirée, est un symbole national de puissance bénéficiant sans compter de l’aide publique et de prêts spéciaux de la Banque de Chine qui garantiront sa survie quoiqu’il arrive. Ayant en propre une part du marché mondial de 8,4%, l’apport des 3,2% de OOIL conférera à COSCO 11,6% du trafic global de fret ce qui le placera au 3e rang mondial devant le Français CGA CGM qui détient 11,2%.

A Hong Kong, COSCO projette l’ombre de la Chine.

Tung Chee-Hwa, 80 ans, doyen de la famille Tung, propriétaire de 69% des parts de Orient Overseas International Ltd félicite Carrie Lam récemment élue à la tête de Hong Kong. Lui-même gouverneur de Hong Kong de 1997 à 2005 avait été poussé à démissionner après l’échec de l’introduction de l’article 23 dans la constitution du territoire et les mauvaises réactions de l’administration du territoire lors de la crise du SRAS en 2003.


*

L’opération est également politique. Annoncée après la visite du Président Xi Jinping à Hong Kong à l’occasion du 20e anniversaire de la rétrocession, la reprise par COSCO du 1er transporteur de la R.A.S, dont il n’est pas anodin de signaler que la famille Tung Chee-hwa qui fut le premier gouverneur après la rétrocession [4], possède 69% des parts, augmente l’influence de Pékin et des milieux d’affaires chinois sur l’ancienne colonie britannique.

Peut-être encore plus vite que ne le craignaient les Hongkongais, l’épisode contribue à réduire le caractère spécifique du Territoire. Progressivement ce dernier devient une partie comme une autre du vaste delta de la « Rivière des perles », avec un accès plus facile au Continent. Une situation qui réjouit les milieux d’affaires, mais inquiète les tenants des libertés publiques et de l’autonomie du Territoire.

Notes :

[4Tung Chee-hwa, 80 ans cette année, avait été poussé par Pékin à la démission en 2005 après les controverses sur l’article 23 projetant de réduire les libertés publiques dans R.A.S au nom de la sécurité et la faiblesse des réactions du Territoire au cours de l’épidémie de SRAS en 2003.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le Yuan, l’étalon Or et le pétrole. Décryptage d’un mythe

Réforme des groupes publics par l’injection de capitaux privés

Au-delà des indices, les grands soucis économiques du régime

Pékin, Washington, Pyongyang. Du tambour de guerre aux conflits commerciaux

Xiongan la sœur jumelle de Pékin, nouveau grand défi de l’urbanisme chinois. Un enjeu socio-économique et politique pour Xi Jinping