Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Wang Jianlin cible un projet phare du « Grand Paris »

Après l’accord entre Immochan et Wanda Group, François Hollande a reçu à l’Elysée Wang Jianlin (à gauche) et Vianney Mulliez au 2e plan, Président du comité exécutif et du conseil d’administration du groupe Auchan.

*

C’est officiel, Wang Jianlin, PDG du très éclectique conglomérat chinois Wanda Group, dont le cœur des activités par ailleurs très diversifiées reste le développement immobilier, les grands magasins et le divertissement avec d’importants investissements dans les cinéma multiplex aux Etats-Unis, a annoncé le 27 février dernier sans préciser le volume de son apport, qu’il allait investir dans « Alliages et Territoires » filiale d’Immochan, la branche immobilière du groupe français Auchan pour participer à la construction d’« Europa City » (au passage, on se demande pourquoi cette obsession de l’anglicisation pour un projet en Île de France) un vaste complexe commercial et de loisirs sur 80 hectares de terres agricoles dans la région de Gonesse, inséré dans un parc paysager entre les aéroports du Bourget et de Roissy Charles de Gaulle.

Selon les Echos l’ensemble qui regroupera des zones arborées, des espaces culturels et de loisirs y compris sportifs, des hôtels ainsi que des salles d’exposition et de congrès, s’inscrit dans le projet public d’aménagement du « Grand Paris ». Avec une première pierre posée en 2019 et la fin des travaux prévue en 2024, l’investissement chinois - Auchan qui affiche son intention des rester aux commandes du projet affirme que Wang Jianlin ne sera pas majoritaire - pourrait contribuer à générer, dit les Échos, entre 15 et 16 000 emplois, dont plus de 4000 seront directement liés au chantier. C’est en tous cas ce qu’ont indiqué les responsables des deux groupes lors de la signature de l’accord de partenariat en présence du Préfet de la Région Ile-de-France.

Il est vrai que l’association avec un partenaire dont les expertises cadrent avec le cœur du projet (hôtellerie, centres commerciaux et loisirs) paraît vertueuse sous réserve de plus d’informations sur la dimension de l’investissement chinois restée étonnamment opaque. Une ambiguïté étrange à ce niveau d’investissements quand on connaît la force de frappe financière du groupe Wanda (voir la note de contexte) et si l’on en croit les déclarations du PDG qui désignent « Europa City » comme son plus important projet hors de Chine.

Localement, l’opposition a réagi par la voix de Karim Ouchikh conseiller municipal FN à Gonesse. Pour lui « Europa City ne sera pas un pôle culturel », mais « le point d’ancrage d’une industrie de divertissement dont le seul résultat sera de « servir les intérêts économiques et financier d’un grand groupe ».

Compte tenu des critiques, Auchan et sa filiale Immochan auraient tout intérêt à mieux communiquer sur la nature exacte du projet, la structure finale de l’investissement et, partant, sur le véritable maître d’œuvre de l’opération.

Voir la présentation de Europa City sur le site de Immochan

NOTE de CONTEXTE.


La puissance financière et la boulimie internationale de Wanda

L’un des 2 hommes les plus riches de Chine avec Jack Ma, Wang Jianlin exprime depuis 2012 une étonnante boulimie d’investissements internationaux. Sa force de frappe financière est considérable. La question est de savoir si comme l’indique le groupe Auchan, son investissement dans le projet de l’Île de France restera minoritaire.

*

Le 21 mai, 2012 Wanda Dalian Group, aux activités multiples, qui vont de l’exploitation en Chine de 86 multiplex et 730 salles de cinéma, à l’immobilier, en passant par les grands magasins et les Karaoké, avait mis 2,6 Mds de $ sur la table pour racheter l’American Multi-Cinema (AMC) et ses dettes (évaluées à 2 Mds de $), qui exploite 5000 salles de cinéma dans 347 multiplex aux Etats-Unis et au Canada. A l’époque l’accord avait donné naissance à la plus vaste chaîne de cinémas du monde.

En chine, le groupe a en 2013 investi 48,8 Mds de Yuans (près de 7 Mds d’€) dans un parc de près de 400 ha de studios de cinémas a Qingdao (lire notre article Main basse sur le cinéma chinois à Qingdao) ; le 7 février 2014, il a annoncé la construction à Hefei à 400 km à l’Ouest de Shanghai, capitale de l’Anhui, d’un parc à thème à 5 Mds de $, destiné à concurrencer le « Shanghai Disney Resort » construit par Disney à Pudong et dont l’ouverture est prévue en juin 2016.

Fondé en 1988 par Wang Jianlin, le groupe exprime surtout un appétit international boulimique qui mérite attention.

Outre le rachat de l’Américain AMC Theatres en 2012, il a aussi investi dans l’Atletico de Madrid dont il a acheté 20% des parts pour 45 millions d€ ; en février 2015, il a, pour 1,05 Mds d’€, racheté le suisse Infront Sports & Média, champion du marketing sportif ; 4 mois plus tard, il a fait l’acquisition de la chaîne de cinémas australienne Hoyts (450 multiplex) pour 356,7 millions de $ ;

En août de la même année, il s’est payé la franchise de courses de triathlon World Triathlon Corp. rachetée à Providence Equity Partners, fond d’investissement propriété du milliardaire américain Jonathan Nelson, pour 650 millions de $, lui rachetant également ses 250 millions de $ de dettes ;

En décembre 2015 il fait l’acquisition d’un appartement à Kensington Palace Gardens à Londres pour 80 millions de Livres (102 millions d’€) ; enfin, en janvier 2016, Wanda a annoncé une prise de participation majoritaire pour une somme comprise entre 3 et 4 Mds de $, dans Legendary Entertainment, groupe de médias basé en Californie co-producteur et co-financier de films avec Warner Bros.

*

S’étant d’abord enrichi grâce à la fièvre immobilière, Wang Jianlin, 62 ans, est un ancien de l’APL où il a servi 16 ans, période pendant laquelle il s’est hissé de cadre d’une unité garde-frontière au poste de commandant de régiment. Aujourd’hui PDG de Wanda, il est une des premières fortunes de Chine (14, 1 Mds de $ d’actifs) en concurrence avec Jack Ma ancien PDG d’Alibaba, et 26e fortune mondiale. En décembre 2014, il a introduit son groupe à la bourse de Hong Kong.

A cette occasion Wanda Commercial, 2e propriétaire mondial de centres commerciaux avait levé 3,7 Mds de $, contre 13% de ses parts, valorisant le groupe à hauteur de 28,5 Mds de $. Wanda Dalian avait conservé 44% des parts de Wanda Commercial, sa société phare, tandis que Wang Jianlin contrôle toujours 98% des parts de Wanda Group qui en 2015 affichait des résultats officiels étonnants dont il est cependant légitime de mettre en doute la sincérité.

Selon le site du groupe, avec un total d’actifs en 2015 évalués en 2015 à 634 Mds de Yuans (89 Mds d’€) en hausse de 20,9% depuis la fin 2014, les revenus du groupe étaient, en 2015, de 290,16 Mds de Yuans (40 Mds d’€) en hausse de 2,5% par rapport à 2014.

Les bénéfices ont été de 710 millions de RMB soit 99 millions d’€. La branche culturelle du groupe a, quant à elle, enregistré 55 millions de RMB de bénéfices (7,7 millions d’€), en hausse de 45,7%, à quoi s’ajoutent les revenus des chaînes de cinéma (8 Mds de Yuans, soient 1,12 Mds d’€), ceux du commerce en ligne (4 Mds de Yuan, soient 560 millions d’€) et ceux des investissements financiers (20, 89 Mds de Yuan, soient 2,0 Mds d’€).


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• Vos commentaires

Par Philippe Grangereau Le 7/03/2016 à 21h55

Wang Jianlin cible un projet phare du « Grand Paris ».

Le Financial Times du 2 mars 2016 signale que le groupe Wanda est très endetté :"Like many of the Chinese corporations that invested a record $20bn in Europe last year, Dalian Wanda has built up debts so hefty that they cast doubt over the sustainability of his multibillion-dollar overseas acquisition spree. In fact, in the same week that his acquisition of Legendary Entertainment was approved, both Standard & Poor’s and Fitch, the rating agencies, downgraded the long-term credit ratings of Dalian Wanda Commercial Properties, his core Hong Kong-listed business. S&P now rates the company two notches above junk, Fitch one notch above".

• À lire dans la même rubrique

Le nouveau réalisme des relations franco-chinoises sur fond de crispations européennes

Le « Monstre céleste constructeur d’îlots »

Vers une guerre totale en Corée du nord ? Les pièges mortels des incertitudes et des malentendus

19e Congrès : Qui est Chen Miner 陈 敏 尔 ?

19e Congrès. Les couteaux sont tirés. Xi Jinping élimine ses opposants, consolide son pouvoir et s’installe pour durer