Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Xinjiang : promesses d’ouverture pour réparer la fracture ethnique

Le 29 mai, comme s’il voulait compenser l’effet très conflictuel du très provocateur procès public tenu la veille à Yili (Lire notre article La thèse de la radicalisation islamiste du Xinjiang), le président Xi Jinping, parlant aux cadres du Parti réunis pour un séminaire du Bureau Politique sur le Xinjiang, a promis de résorber le retard de développement de la province et de tout faire pour améliorer la relation entre les ethnies Han et Ouïghour. C’est une des toutes premières fois que le régime lie les troubles ethniques qui secouent le Xinjiang à la marginalisation des musulmans.

Pour le Secrétaire Général du Parti, le problème du long terme dans la province était bien la fracture ethnique et culturelle qu’il fallait réduire en augmentant les investissements. La priorité absolue était la création d’emplois sur place pour fixer les Ouïghours au Xinjiang. A cet effet, il a incité les cadres à aider les chômeurs à trouver un travail, ou à créer leur propre entreprise. Chaque famille ouïghour devrait se voir offrir au moins un emploi.

Signe de l’importance primordiale accordée à cet effort inédit d’ouverture, le 30 mai, le guide officiel des valeurs boursières a annoncé que la province serait autorisée à ouvrir son secteur d’hydrocarbures aux investissements privés, y compris pour les opérations d’exploration. Les privés pourraient participer aux appels d’offre pour l’exploration et l’exploitation de trois vastes gisements d’hydrocarbure. Dans le même temps des crédits seront débloqués pour favoriser l’éducation et l’apprentissage simultané du Ouïghour et du Mandarin.

Enfin, rarement abordée dans un discours public : la religion. Pour Xi Jinping il était possible de très sévèrement réprimer les terroristes tout en protégeant les fidèles musulmans qui respectent la loi. A cet effet, il a appelé à un « travail religieux méticuleux » dont le but serait « d’adapter la religion au socialisme » en s’assurant que les chefs religieux et les fidèles ne constituent pas un obstacle au progrès économique et social.

Toutefois, une partie du discours du Secrétaire Général laisse penser que l’illusion de « protéger le Xinjiang » en l’enfermant dans un système de sécurité étanche, restera, avec la répression très dure et le développement économique, l’épine dorsale la politique de Pékin. Tout en appelant à la coopération internationale contre le terrorisme, Xi Jinping a en effet promis d’installer autour de la province des « murs de cuivre et de fer » ainsi que des « filets tendus de la terre jusqu’au ciel pour capturer les terroristes ».


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le nationalisme des « caractéristiques chinoises » s’affirme comme l’idée force du Congrès

La purge des corrompus n’a pas de cesse

A Hong Kong, la justice met fin à l’indulgence

A Hong Kong, un tribunal invalide 4 parlementaires récemment élus

La force du symbole de Liu Xiaobo et la crainte des influences occidentales