Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Retraités du 18e Congrès

Dirigeant nommé par le 18e Congrès

Zhang Chunxian 张春贤

Pragmatique, efficace et bon communicant

Né en 1953, dans le Henan à Yuzhou, à 100 km au sud-est de Luoyang, Zhang Chunxian est l’une des personnalités les plus riches et plus attachantes du système politique chinois. Ingénieur en électro-mécanique formé dans le Heilongjiang à Qiqihar, puis à Harbin, Zhang s’est taillé une double réputation de cadre dans la bureaucratie centrale comme ministre des transports puis des communications, et de gestionnaire provincial avisé et efficace, d’abord comme vice-gouverneur du Yunnan, puis deux fois comme n°1, au Hunan puis au Xinjiang.

Dans la province Ouïgoure dont il a pris la responsabilité en 2010 après les émeutes d’Urumqi en septembre 2009, son style « main de fer dans un gant de velours » lui a permis de se tailler une réputation d’expert écouté au point qu’il s’est vu confier la responsabilité du petit groupe dirigeant sur le Xinjiang.


*

Vie et carrière

Sa carrière a commencé dans l’APL dans une unité de transmission à Wuhan, à l’âge de 17 ans. A 19 ans, il entre au Parti, fait un passage dans la petite bureaucratie de Chenguan au Henan, avant de commencer ses études d’ingénieur à l’école de machines outils du Dongbei. En 1991, à 38 ans, il est cadre directeur au ministère de la supervision à Pékin avant d’être muté comme vice-gouverneur du Yunnan. En 1997, après un passage de 2 ans à la tête d’une grande entreprise publique d’emballage, on le retrouve au ministère des transports, membre du groupe dirigeant pour les transports puis vice-ministre (1998), et ministre (2002), date à laquelle il devient membre permanent du Comité Central à 49 ans.

Après son passage au ministère, qui donna un coup de fouet aux transports maritimes chinois et au réseau d’autoroutes du pays, Il commence une carrière de dirigeant de province à succès au Hunan, où il propulse la province, encore très en retard, au 10e rang des provinces chinoises pour le PNB et en fait la première destination des investissements étrangers.

Au Xinjiang, où il fut le n°1 de 2010 à 2016, sa méthode et son style tranchent avec la brutalité répressive de son prédécesseur Wang Lequan. Ouvert et sympathique, Zhang qui s’est acquis une réputation d’efficacité et de pragmatisme, parle volontiers aux médias, et est un des seuls dirigeants de haut niveau à avoir promis de rendre publics ses avoirs personnels.

Racines familiales, réseau et convictions politiques.

Zhang est un allié de Jiang Zemin depuis le début des années 80, où, ingénieurs tous les deux, ils travaillaient dans le secteur des machines outils. Il a été marié deux fois d’abord à Tang Xian’e, un médecin, dont il eut une fille, avant de divorcer en 2002. De sa seconde femme Li Xiuping, journaliste connue de CCTV, également divorcée, il n’a pas d’enfant.

Zhang s’est plusieurs fois prononcé en faveur de la lutte anti-corruption et contre l’oligarchie et les prébendes. A ce titre, il est un allié sérieux de Xi Jinping dans sa quête de nettoyage.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Guo Jinlong 郭金龙

Sportif, élégant et expérimenté

Meng Jianzhu 孟建柱

Homme de terrain, solide et fiable

Fan Changlong 范 长 龙

Li Yuanchao 李源潮

« Bon élève » consensuel. Habile, discret et manœuvrier.

Li Jianguo 李建国

Un mouton noir ?