Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Lectures et opinions

再回兴义忆耀邦 (Zai Hui Xingyi Yi Yaobang)

Traduction libre de l’article rédigé par Wen Jiabao et paru dans le Quotidien du Peuple, le 15 avril dernier, jour anniversaire de la mort de Hu Yaobang.

Il y a quelques jours j’ai effectué une mission dans la province du Guizhou pour me rendre compte moi-même de la sècheresse. En foulant cette terre, songeant à ces montagnes et à ces rivières, je n’ai pu m’empêcher de penser à Yaobang qui était lui-même venu ici. Je me rappelle en particulier qu’un soir il m’avait même demandé d’aller directement interroger les paysans. Quand j’y pense, je revois le sourire amical et sincère de Yaobang, tandis que la vague des souvenirs que j’avais gardés en moi depuis de si longues années envahit mon cœur. J’ai mis un long moment à les maîtriser.

Au début de 1986, pendant les 15 jours de la fête du printemps, le camarade Yaobang prit la tête d’une équipe de 30 cadres représentant 27 administrations différentes, pour conduire une mission d’enquête dans les provinces du Guizhou, du Yunnan, du Guangxi et dans quelques autres régions pauvres. Il s’agissait pour lui d’inciter les Cadres de Pékin à nouer plus de contacts avec le peuple et avec les gouvernements locaux, et à pousser ces derniers à améliorer leurs connaissances des situations locales, ainsi que leurs méthodes d’investigation.

A cette époque je venais d’être nommé au poste de secrétaire général adjoint du Comité Central du parti, et Yaobang me confia personnellement l’organisation du voyage. Le matin du 4 février, le groupe s’envola vers Anshun dans le Guizhou. Mais, à cause du brouillard, notre avion fut détourné vers Guiyang. Yaobang décida alors de continuer par la route, et nous rejoignîmes Anshun en 4 heures. Après le dîner, Yaobang divisa le groupe en trois équipes, l’une pour Wenshan au Yunnan, la deuxième pour Hechi au Guangxi, la troisième pour Bijie au Guizhou.

Le lendemain, le Camarade Yaobang, moi-même et quelques collègues du Secrétariat Général, quittâmes Anshun à bord d’un minibus. La route de montagne, aux limites des provinces du Guizhou, du Yunnan et du Guangxi était sinueuse, et nous roulions dans un paysage de hauts sommets et de vallées. Bien que déjà âgé de plus de 70 ans, le Camarade Yaobang travaillait chaque jour d’arrache pied, marchait souvent de long en large, analysant à haute voix la situation ; souvent il allait jusqu’à travailler pendant l’heure des repas et ne se reposait que très peu.

Au cours des jours qui suivirent notre départ d’Anshun le Camarade Yaobang écouta les rapports concernant les districts de Zhenning, Guanling, Puan, Panxian, situés au Guizhou et ceux de Fuyan, Shizhong, Luoping au Yunnan. Il tirait également profit des conversations qu’il entamait avec les personnes rencontrées durant ses déplacements, pour mieux comprendre leur vie quotidienne. Au village de Changdi, dans le district de Luoping, il a même esquissé quelques pas de danse avec des Han, des Miao, et des Buyi sur l’air de la « Grande union des minorités ethniques » - Minzu Da Tuanjie -. Arrivé le 7 février au soir à Xingyi, capitale de la Préfecture, fourbu et couvert de poussière, il prit ses quartiers à l’auberge vétuste et dénuée de confort de la préfecture.

Nous étions au début du printemps, et à Xingyi le temps était encore humide et le froid déprimant. Il gelait dans les chambres sans chauffage. Nous avons déniché trois poêles qui furent installés dans la chambre de Yaobang, ce qui fit monter la température à environ 12 degrés. Après quelques jours d’enquête, il était clair que Yaobang était épuisé. Nous lui conseillèrent de se reposer dans sa chambre le soir, mais il insista pour organiser une réunion des équipes d’investigation.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

« Un complot contre la Chine ? Comment Pékin voit le nouveau consensus de Washington ». Par Wang Jisi

Washington lâche la bride à Nord Stream 2. La Chine en ligne de mire

Qu’en est-il du « piège » chinois de la dette ?

Du côté de « l’Indopacifique », la mauvaise santé économique de l’Inde

François Heisbourg : Le mystère non résolu de l’origine de la pandémie à Wuhan