Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

18e Congrès. Enjeux politiques et intérêts d’affaires

Intérêts affairistes et joutes politiques.

Le court inventaire ci-après, loin d’être exhaustif, donne une idée des enjeux d’affaires, dont l’importance aggrave la férocité des luttes que se livrent les factions.

Le clan Zhou Yongkang, n°9 du Parti, président de la Commission législative et juridique, est le « parrain » du secteur pétrolier, ancien Président de CNPC et acteur de l’introduction à la bourse de New-York de Petrochina, son excroissance débarrassée des scories de la corruption ; Li tong, la fille de Li Changchun, n°5 du Bureau Politique, est à la tête d’un fonds d’investissement privé dépendant de la Banque de Chine de la RAS de Hong Kong ;

Wilson Feng, gendre de Wu Bangguo, n°2 du régime et président de l’ANP, a monté son propre fonds d’investissement après avoir travaillé deux années pour Merrill Lynch, devenu grâce à lui le partenaire d’affaires de la Banque Industrielle et Commerciale à Hong Kong ;

Liu Fei, fils de Liu Yunshan, membre du Bureau Politique et l’un des plus sérieux candidats pour le prochain comité permanent, est le président du fonds d’investissement boursier de la CITIC, appartenant à l’Etat ; le gendre du Secrétaire Général Hu Jintao, Mao Daolin fut un temps le PDG de Sina.com, le n°1 de l’internet chinois, aujourd’hui dirigé par Charles Chao, son ami ;

Son fils aîné, Hu Haifeng, était, jusqu’en 2008, le PDG de Nuctech, un fabriquant d’appareils de contrôle pour les aéroports. Il fut impliqué dans un trafic d’influence avec la Namibie, pour la vente à Windhoek par la Chine et la société Nuctech de scanners de sécurité.

L’affaire a été étouffée et Hu Haifeng nommé secrétaire du Parti de Qinghua Holding, le groupe rattaché à l’Université Qinghua qui contrôle Nuctech et 30 autres sociétés high-tech. Depuis 2010, il est à la tête de l’Institut de recherche du Delta du Yangzi, également piloté par l’Université Qinghua.

Les anciens de sont pas en reste : Li Xiaolin, fille de Li Peng, ancien premier ministre (1987-1998), un des acteurs essentiels de la répression de Tian Anmen, dont la famille contrôle l’hydraulique et le secteur de l’électricité, est à la tête de China Power International Development, (中国电力国际发展有限公) une des plus grosses sociétés de production d’électricité chinoise.

Le frère de Li Xiaolin, Li Xiaopeng est président du board de Huaneng Power - électricité publique - et, depuis 2008, vice-gouverneur du Shanxi.

Zhu Yunlai, fils de Zhu Rongji, successeur de Li Peng, est également connu sous le nom de Levin Zhu. Titulaire d’un doctorat de météorologie, d’un master de comptabilité publique obtenus aux Etats-Unis, et d’un MBA de l’institut des finances du Crédit suisse, il est le PDG de la China International Capital Corporation, Banque publique d’affaires et d’investissement.

Sa soeur aînée Zhu Yanlai est diplômée de l’Université du Peuple et titulaire d’un master de sociologie canadien. Après une carrière à la Banque Royale du Canada, elle a, en 2001, intégré la Banque de Chine Hong-Kong. Depuis 2010 elle y est responsable de la stratégie.

Même Wen Jiabao, qui pourfend la corruption et prône la transparence ainsi que les contre pouvoirs politiques, a un fils nommé Wen Yunsong qui créa New Horizon Capital, une société d’investissements au capital dépassant le milliard de dollards, dont les clients sont la Deutsche Bank, Morgan Chase, le Suisse UBS et GIC, le fonds souverain singapourien. En 2010, il avait été nommé n°2 de China Satcom qui détient le monopole du commerce des satellites en Chine. Depuis février 2012, il en est le n°1.

Enfin, comme pour rappeler que ces postes dans l’industrie ou la finance sont aussi des enjeux politiques, il arrive que l’un de ces « fils de Prince », évoluant dans les affaires sous la protection de leur mentor politique, toujours un très proche parent très haut placé, tombe brutalement sous les coups de la lutte sans pitié pour le pouvoir que se livrent les familles et les clans.

C’est ce qui arriva à Jiang Mianheng, fils de Jiang Zemin, scientifique impliqué dans la recherche spatiale, fondateur d’une société fabricant des semi-conducteurs, accusé de corruption en 2007, l’année suivant la chute de Chen Liangyu à Shanghai, qui marqua la consolidation du pouvoir du clan Hu Jintao.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Anxiétés politiques à Hong-Kong

Quand les hyperboles nationalistes paralysent l’esprit de conciliation et hypothèquent l’avenir

Pékin agacé par Trump l’inconoclaste. L’irrémédiable rapprochement sino-russe

Xi Jinping, D. Trump, Kim Jong-un, brutal retour aux réalités

Fêlures