Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

 Cliquez ici pour générer le PDF de cet article :

›› Editorial

Attention, la monnaie et les prix bougent en Chine

L’Europe paierait-elle une part exagérée de la recherche d’un meilleur équilibre monétaire mondial ? Le yuan s’apprécie peu à peu par rapport au dollar US, mais il se dévalue par rapport à l’euro, favorisant l’excédent structurel et une pression commerciale insoutenable dans certains secteurs.

Or justement, depuis l’apparition cet été de l’inflation intérieure en Chine, le yuan a tendance à accélérer sa hausse, lente mais régulière jusque là depuis la réforme de juillet 2005 : en 2007, la monnaie chinoise a déjà gagné 5,1% contre le dollar et, dans le même temps, elle a baissé d’autant (-4,7%) contre l’euro. Ce qui fait le bonheur (relatif) des uns fait le malheur des autres, tel est l’effet d’un taux de change yuan-dollar-panier de monnaies encore beaucoup trop rigide.

Lors de leur dernière réunion à Bruxelles, les ministres européens des Finances ont expressément demandé à Pékin de mieux prendre en compte la sous-évaluation du renminbi par rapport à l’euro. L’Union européenne est en effet le premier importateur de produits chinois avant les Etats-Unis, et le déficit de sa balance commerciale avec la Chine ne cesse de croître.

Une importante délégation européenne doit se rendre à Pékin fin novembre pour insister auprès des autorités chinoises. Elle sera présidée par le luxembourgeois Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroup avec Joaquin Almunia représentant la Commission européenne et Jean-Claude Trichet président de la BCE.

En Chine, l’inflation (CPI) supérieure mois après mois à 6% par rapport aux mêmes périodes de 2006 est apparue en août. Elle est due, pour l’essentiel, au prix des produits alimentaires (+17,6%) et de l’énergie, avec des causes locales et des causes mondiales.

Cette situation est inquiétante sur le plan social et politique. Mais, malgré les annonces et les mesures prises par le gouvernement central, les chiffres de novembre seront probablement encore mauvais. L’augmentation de 10% à partir du 1er novembre de l’essence et du diesel va se faire sentir. Certaines hausses de salaires, encouragées par le Centre comme mesures d’urgence, vont se répercuter. Au total tous les prix exprimés en renminbi restent soumis à des pressions haussières.

Attention, la monnaie et les prix bougent en Chine et il y a des liens entre les deux. Les partenaires extérieurs de la Chine ne peuvent pas s’en désintéresser.

 

 

ANP 2019. Une scénographie sélective

[21 mars 2019] • François Danjou

Taïwan : appelant à la rescousse la conscience des démocraties, Tsai tente d’échapper au face-à-face avec Pékin

[2 mars 2019] • François Danjou

A l’orée de l’année du cochon, bilan discordant de l’année du chien

[6 février 2019] • François Danjou

Une « paix inconfortable. » Les non-dits du duopole sino-américain. Pékin face aux contrefeux

[26 janvier 2019] • François Danjou

La peur du chaos et la tentation de l’autocrate

[4 janvier 2019] • François Danjou