Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

 Cliquez ici pour générer le PDF de cet article :

›› Editorial

L’Amérique en Asie. La tentation du Pentagone

Après avoir, à plusieurs reprises, pendant toute l’année 2010 rappelé que la marine américaine, ses patrouilles et les mouvements de ses bateaux n’étaient pas les bienvenus dans la zone du Pacifique ouest, la Chine observe sans réelle surprise, mais avec un agacement mêlé d’inquiétude, le repositionnement des Etats-Unis dans le Pacifique occidental, alors que la Maison Blanche vient officiellement d’annoncer le retrait définitif d’Irak, tandis que celui d’Afghanistan est programmé pour 2014.

La bascule, appuyée par la puissance économique et militaire des Etats-Unis, est fortement imprégnée d’une vision prosélyte de l’action de Washington, qui se voit comme le flambeau des valeurs de la démocratie et des droits de l’homme. L’initiative, qui manifeste aussi un fort tropisme militaire et de sécurité, bénéficie des circonstances favorables du malaise créé en Asie du Sud-est par les prétentions exorbitantes de Pékin en Mer de Chine du sud.

A ces réaffirmations américaines de perpétuer le leadership de Washington en Asie, Pékin qui, pour l’heure, est sur la défensive, répond en rassurant ses partenaires de l’ASEAN par des promesses de dialogues bilatéraux sur les zones contestées et en annonçant des engagements économiques plus lourds. Ces derniers seront encore accélérés par la mise en œuvre du traité de libre échange conclu avec tous les pays d’Asie du sud-est (janvier 2010 pour les 6 pays fondateurs de l’ASEAN et janvier 2015 pour le Myanmar, le Vietnam, le Laos et le Cambodge).

A moyen terme, la crispation de la situation autour des rivalités Chine – Etats-Unis porte le risque d’une compétition exacerbée entre Washington et Pékin pour la recherche d’alliés. Elle serait néfaste pour le développement harmonieux de la zone, surtout si, de surcroit, surgit le spectre d’une escalade militaire mimétique, teintée de nationalisme inquiet, propre à mettre en difficulté les budgets et la stabilité économique des acteurs.

Le raidissement américain.

L’offensive américaine, déclenchée comme pour réfuter l’idée d’un déclin des Etats-Unis, a débuté par un long article de la Secrétaire d’Etat H. Clinton dans le numéro de novembre de Foreign Affairs, intitulé « America’s Pacific Century » qui passe en revue les intentions et les modes d’action de Washington dans la zone. Il n’est pas anodin de noter que la photo qui illustre l’article montre l’escale d’un navire de guerre américain à Danang au Vietnam.

On en retiendra qu’il évoque un engagement de Washington du même type que celui en Europe après la guerre et identifie les nouveaux partenaires privilégiés des Etats-Unis, qui s’ajoutent aux anciens (Japon, Corée du Sud, Thaïlande, Philippines, Australie), désignant comme bénéficiaires de ce choix l’Inde, sur laquelle H. Clinton dit consentir « un pari stratégique », et l’Indonésie « troisième démocratie de la planète et la plus peuplée des nations musulmanes ». « L’objectif est de construire un réseau d’alliances et d’institutions en accord avec les intérêts de l’Amérique aussi efficace que celui du partenariat transatlantique ».

Dans ce panorama des amis de l’Amérique, la Chine est seulement désignée comme une relation obligée « qui pose les plus gros défis de politique étrangère jamais lancés à Washington et qui doit se réformer ». Il est vrai que la Secrétaire d’Etat ajoute aussitôt que « les enjeux chinois sont tels qu’il est impossible que cette relation échoue ».

Le document mentionne aussi sept fois - en moyenne une fois par page -, la question de la Mer de Chine et de la liberté de navigation en haute mer en même temps que la menace de la captation de données sensibles par le truchement de « cyber-intrusions ».

Globalement l’empreinte militariste de l’article est forte et transparaît presqu’à chaque paragraphe du texte, soit par le rappel des alliances traditionnelles, soit en évoquant leur modernisation, dans un contexte où la puissance militaire est vue comme l’un des vecteurs des valeurs universelles : « notre puissance militaire et la force de notre économie sont nos plus sûrs atouts pour la défense de la démocratie et des droits de l’homme ». Enfin, l’offensive est impressionnante par la multiplication des nouveaux angles d’attaque venant s’ajouter aux anciennes empreintes américaines au Japon, en Corée, en Thaïlande et aux Philippines.

Ces derniers vont du projet commercial « Trans Pacific Partnership (TPP) », excluant la Chine pour cause de non respect des règles de transparence économique et de démocratie, jusqu’à l’ouverture d’une base de marines en Australie et l’affectation de patrouilleurs à Singapour, en passant par l’aide économique aux pays du Bas Mékong (lancée en 2009), contrepoids à l’influence de la Chine, dont les ingénieurs multiplient, contre l’avis des écologistes et des pêcheurs en aval, les barrages dans le promontoire indochinois. Dernière offensive en date, le retour de Washington dans l’arrière cour indochinoise, est accompagné par l’ouverture politique en direction de la Birmanie, chasse gardée de Pékin.

Le tout complété, sur le flanc occidental de la Chine, par l’intention de maintenir une base en Asie Centrale, y compris après le retrait d’Afghanistan. Sans compter la vente de 24 F16 à l’Indonésie, après les 6 SU 30 achetés par Djakarta à la Russie. Il est clair que, dans ce contexte, la cible stratégique de la Chine en Asie de l’Est et du sud n’est plus ni le Japon ni l’Inde, mais bien les Etats-Unis, dont la présence dans la région est un obstacle de taille à l’extension de son influence.

Cette interférence est d’autant plus agaçante pour Pékin que la légitimité stratégique de Washington, qui s’enracine dans l’histoire de la guerre contre le Japon et la Corée du Nord, s’appuie aujourd’hui sur sa nouvelle image de protecteur des droits maritimes et territoriaux des petites nations de l’ASEAN menacées par les revendications extravagantes de Pékin. A quoi il faut ajouter les investissements américains en Asie du Sud-est, toujours très supérieurs à ceux de la Chine (8,5% du stock, en 3e position derrière l’UE et le Japon, contre seulement 2,4% pour la Chine).

++++

Les réactions chinoises, présentes et à venir.

La Chine a d’abord réagi verbalement à cette situation nouvelle que les stratèges chinois avaient anticipée. Xinhua a accusé Washington de « vouloir imposer son leadership en Asie, de se mêler des intérêts d’autrui, de créer des tensions, et de perpétuer une mentalité de guerre froide », à quoi Wen Jiabao ajoutait que « les puissances extérieures à la région ne devraient interférer sous aucun prétexte ».

Plus concrètement, Pékin doit rassurer les pays de l’ASEAN sur ses intentions – c’est ce qu’a commencé à faire Wen Jiabao qui répète que les différends territoriaux en Mer de Chine seront réglés selon le Code de conduite de 2002, dont les termes n’étaient cependant pas juridiquement contraignants. Pour affirmer son influence dans la zone, la Chine dispose également de l’arme commerciale que représentent les accords de libre échange conclus avec tous les pays de l’ASEAN.

Il s’agit là d’un contrepoids de taille au projet bien moins avancé du TPP, et que Pékin a promis de compléter par une augmentation de ses investissements dans la région. Enfin, il est probable que la Chine continuera d’user de pressions directes sur certains pays. Déjà, dans la presse chinoise, les Philippines sont désignées comme un bouc émissaire, première cible d’une stratégie classique de menaces et de division.

Il n’est pas certain que cette dérive de surenchères soit bénéfique à la Chine, dans la mesure où, précisément, elle ouvre de larges perspectives au rôle de contrepoids de sécurité que la Maison Blanche s’attribue et que la plupart des pays accueillent avec soulagement. Le récent assassinat d’un garde-côte sud-coréen par un capitaine de pêche chinois en Mer Jaune, qui vient après le comportement agressif d’un chalutier chinois contre un patrouilleur japonais en Mer de l’Est à l’automne 2010, ne sont pas de nature à apaiser les craintes que l’empreinte chinoise soulève dans toute la région, qui observe aussi avec appréhension les essais du premier porte-avions de l’APL.

++++

Les limites de l’approche binaire. Le risque des surenchères.

Mais la nécessité de prendre du recul face à cette rivalité de puissance, exige de s’interroger sur la pertinence pour Washington d’un tel positionnement où la Maison Blanche se laisse entraîner dans une stratégie qui cible la Chine, devenue, quoi qu’elle en dise, le point focal de sa politique asiatique, ce qui réduit sa marge de manœuvre. Avec, comme corollaire, l’obligation de plus en plus lourde d’assurer la sécurité de la zone, alors que pèsent sur le Pentagone, la perspective d’importantes réductions budgétaires.

Déjà le Congrès donne des signes d’un possible virage antichinois prenant le contrepied des anciennes stratégies de coopération avec Pékin. La nouvelle orientation identifierait la Chine, non plus comme un partenaire à la fois difficile et obligé, mais comme un possible adversaire dont les priorités sont contraires aux intérêts de Washington. Elle viserait – mais l’intention est plus facile à formuler qu’à mettre en œuvre -, purement et simplement, à isoler la Chine de ses sources d’approvisionnement et de ses principaux partenaires commerciaux, menaçant par là même la croissance, principale source de légitimité du pouvoir.

Aux Etats-Unis et en Australie il existe des voix divergentes qui critiquent directement le nouveau positionnement de la diplomatie américaine. Kenneth Lieberthal, familier de la Chine, ancien conseiller pour l’Asie au Conseil National de Sécurité, sous l’administration Clinton, expliquait récemment que la rhétorique américaine était inutilement provocatrice.

Début décembre, le Pacific Center de Hawaï publiait un article d’un chercheur australien qui insistait sur les risques d’une rivalité Chine – Etats-Unis comme seul critère de la stabilité et du progrès de la zone Pacifique. Cette vision ignorait l’importance des situations internes des pays quels qu’ils soient, le rôle à venir du Japon, de l’Inde, et des puissances moyennes de l’Asie du Sud-est, comme l’Indonésie et le Vietnam ; elle faisait peu de cas du destin de la péninsule coréenne ou du rôle des institutions de l’ASEAN, encore dans les limbes.

Ayant passé en revue la diversité de l’Asie, qui prend le contrepied d’une approche limitée à deux faces, la note, teintée d’une forte dose d’idéalisme, concluait : « L’Asie est trop diverse et dotée d’un trop grand potentiel pour limiter la vision qu’on s’en fait à une logique si crue. La bipolarité est inconnue en Asie. Aujourd’hui elle a moins que jamais sa place. Les pays de la région devraient s’efforcer d’échapper à cette logique binaire contraignante. La Chine et les Etats-Unis qui ont leurs propres défis internes sont entrés dans un cycle de surenchères. Le moment est venu pour les autres d’encourager une approche multilatérale de l’architecture de sécurité en Asie ».

Dans ce paysage où s’exacerbent les tensions, subsistent cependant quelques jalons rassurants qui balisent la relation Chine – Etats-Unis. Celle-ci est, il est vrai, de plus en plus heurtée, à mesure que la Chine déploie sa nouvelle puissance. Mais elle est également marquée par une forte interdépendance économique et commerciale, balisée par des interactions au plus haut niveau, comme le dialogue économique et stratégique ou les échanges entre les systèmes de défense, dont la dernière session a eu lieu de 7 décembre à Pékin.

Ces canaux de contact sont d’autant plus nécessaires que Pékin paraît incapable d’échapper aux dérives nationalistes qui accompagnent ses rêves d’empire en Mer de Chine, succédanés d’une légitimité interne vacillante, tandis que les réactions de Washington à l’appui du développement économique, du libre échange, du droit international, de la bonne gouvernance et des droits de l’homme, sont également sous-tendues par la volonté très nationaliste et très émotionnelle de nier le déclin de l’Amérique.

Note

Début janvier, la Chine a réagi à la confirmation par le président américain, reprise par le ministre de la défense et le président du comité des chefs d’Etat-major, que l’Asie resterait une priorité de la défense des Etats-Unis, en dépit des réductions de crédit et du renoncement à la doctrine imposant aux armées d’être en mesure de conduire deux conflits majeurs simultanément : « les Etats-Unis augmenteront leur présence institutionnelle, ainsi que leur capacité de projection et de dissuasion dans la région Asie Pacifique », a précisé le ministre de la défense Leon Panetta, le 5 janvier.

Le lendemain un éditorial de l’agence Xinhua expliquait que le rôle des Etats-Unis dans la zone pourrait être à la fois positif et porteur de stabilité et, en même temps, profitable à la Chine, à condition qu’il soit débarrassé de la mentalité de guerre froide. Il ajoutait que si le renforcement militaire américain se résumait « à une démonstration de force, il n’aiderait pas à résoudre les conflits ».

Le même jour un article du Quotidien du Peuple (QDP) appelait la direction chinoise à réagir « avec sérénité » à « la stratégie de containment » américaine qui associait dans ses priorités la Chine et l’Iran. « Tout en tirant partie du dynamisme de sa croissance, Pékin devrait adopter une politique iranienne démarquée de celle de Washington et poursuivre ses efforts pour améliorer ses capacités d’interdiction militaire en mer de chine ».

Le 7 janvier, un autre article du QDP citait Yi Xianlang, un responsable des questions de frontières maritimes qui niait que les querelles en mer de chine seraient une menace pour la navigation en haute mer - « Pékin n’a jamais menacé la liberté de navigation. Les Etats-Unis utilisent ce prétexte pour freiner la montée en puissance de la Chine » -

Il rappelait la position traditionnelle de Pékin sur la question. Mais tout en appelant à l’apaisement il ne cèdait pas un pouce de terrain sur la revendication de souveraineté sur l’ensemble de la Mer de Chine : « négocier avec les parties concernées, sans intervention extérieure, ignorer les divergences de souveraineté sur les plateaux continentaux soulevées à l’ONU par Hanoi, Manille et Kuala Lumpur et organiser le développement partagé des ressources. »

 

 

Mer de Chine méridionale. Le fait accompli se pare de juridisme

[15 septembre 2021] • François Danjou

En Afghanistan, Pékin face à la surenchère terroriste

[29 août 2021] • François Danjou

La diplomatie du chantage. Quand le rapport de forces subjugue le droit

[16 août 2021] • François Danjou

« Adoucir l’image internationale de la Chine ». Les intellectuels à la manœuvre

[5 août 2021] • François Danjou

Le défi de la sécurité des Chinois au Pakistan

[24 juillet 2021] • François Danjou