Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

 Cliquez ici pour générer le PDF de cet article :

›› Album

« La Divine » de Wu Yonggang, un grand classique du cinéma muet chinois

En 2010, le Quatuor Prima Vista a créé son septième ciné-concert : c’était au Festival d’Anères, et le film choisi était « La Divine » de Wu Yonggang (1934), un grand classique du cinéma muet chinois. En octobre 2011, les quatre musiciens ont été invités à interpréter à nouveau cette création au cinéma Le Balzac, dans le cadre du Festival du cinéma chinois de Paris, remportant à nouveau un grand succès devant une salle comble.

L’Institut Confucius de Clermont-Auvergne, sous l’impulsion de sa Directrice française Violaine Leloup, a décidé d’inscrire ce ciné-concert au programme de sa saison culturelle 2011-2012 en organisant sept projections dans la région, en partenariat avec Cinéparc et Plein Champ : la première a eu lieu à Clermont-Ferrand, le 6 novembre, au cinéma Le Rio, et la seconde à Gannat, deux jours après. Cinq autres dates sont programmées en 2012 (toutes à 20h30) :

 le 10 mars au cinéma Le Gergovie de Cournon (04 73 77 05 99),
 le 20 avril à la Salle des fêtes de Sauxillanges (04 73 95 58 00),
 le 25 avril au cinéma L’Arverne de Murat (04 71 20 10 33),
 le 1er juin à la Salle polyvalente de Châteldon (04 73 95 58 00),
 et le 10 novembre à l’Auditorium Cziffra de La Chaise-Dieu (04 71 00 01 16).

L’héroïne de « La Divine » est une jeune femme qui se prostitue afin de pouvoir élever son enfant. Tombée entre les mains d’un homme qui l’exploite, elle tente en vain de lui échapper. L’enfant grandit et entre à l’école. Mais ayant appris son « origine », les parents des élèves font pression pour qu’il soit renvoyé. Malgré la sympathie du directeur pour la situation de la jeune femme, les « patrons » de l’école donnent raison aux parents. Elle décide alors d’emmener son enfant dans une autre ville où il continuera ses études. Mais c’est seulement alors qu’elle s’aperçoit que le souteneur a volé ses économies et les a perdues au jeu.

C’est le premier film de Wu Yonggang, et le plus célèbre. C’est aussi le plus grand rôle de Ruan Lingyu, un de ceux où elle est la plus expressive et touchante. Sa seule présence est bouleversante et la prise de vues, sobre et lente, met admirablement en valeur l’élégante beauté de cette star du muet qui fut l’idole des jeunes intellectuels avant de se suicider à l’âge de vingt-cinq ans, entrant ainsi dans la légende.

La partition musicale de ce ciné-concert a été composée par Baudime Jam : membre de l’Union des Compositeurs de Musique de Film (UCMF), il s’est forgé une réputation de spécialiste de la musique de films muets en composant les partitions de longs métrages (Le Mécano de la Générale, Le Pirate noir, Nosferatu, Les deux Orphelines) et de courts métrages (La Maison hantée, Voyage autour d’une étoile, Au royaume de l’air, etc.) que le Quatuor Prima Vista, seul quatuor à cordes à avoir inscrit des ciné-concerts à son répertoire, et un des rares ensembles à accompagner des films muets sur des partitions originales, a interprétées dans de nombreux festivals en France et à l’étranger.

L’occasion, donc, de découvrir un chef-d’œuvre du cinéma chinois, tout en faisant l’expérience d’une séance de cinéma au temps héroïque du muet, à des années lumières de la Dolby et du THX : un véritable spectacle vivant qui associe découverte du patrimoine cinématographique et création musicale.

Plus d’informations sur le site internet du Quatuor Prima Vista.

++++

Extraits de presse

« La Divine [est] sublimée et magnifiée par la composition de Baudime Jam qui a su tirer parti de la sobriété et de la lenteur du film en créant une ambiance sombre et profonde, d’où le lyrisme n’est cependant pas absent. L’accompagnement musical d’un film exige une grande rigueur : le Quatuor Prima Vista excelle dans ce genre si particulier. »
- Dominique Amatulli, La Montagne

« Un moment de grâce… Pour la première fois, ce ciné-concert, loin d’être une attraction, fut une révélation. Je tiens à remercier Baudime Jam, compositeur et interprète de l’accompagnement musical de La Divine, de nous avoir offert un tel plaisir. Il y avait fusion partition-image, symbiose émotion-mouvements musicaux, accord parfait, toujours sur le fil du rasoir, profondément pertinent et délicat. »
- Catherine Abecassis, Fondation Groupama Gan pour le Cinéma

« Baudime Jam est un musicien expert et passionné. Sa merveilleuse musique pour La Divine est fidèle à l’œuvre originale dont il a su restituer l’alliance de lyrisme et de réalisme. Une parfaite intégration de la musique au film. »
- Yang Jianhua, Institut Confucius

« Un pur moment de bonheur : difficile de mettre des mots sur la prestation du Quatuor Prima Vista qui a donné un ciné-concert époustouflant. Une performance artistique, un spectacle exceptionnel. »
- Caroline Musquet, Le Journal de Saône et Loire

« Des musiciens virtuoses, en totale empathie avec l’histoire et les personnages. Une vraie performance. »
- Emmanuel Daligand, Le Journal de Saône-et-Loire

« Les musiciens ont magnifié le lyrisme de l’image dans ses nuances mélodramatiques et épiques, redonnant littéralement vie au film. Prima Vista fait chanter le silence. »
- Julie Ho Hoa., La Montagne

« Le meilleur accompagnement de film muet qu’il m’ait été donné d’entendre. »
- Lisa Nesselson, Variety

 

 

Nouvelles des éditions du « Non Agir. » Par Alexis Brossollet

[26 septembre 2021]

« Qui ne gueule pas la vérité… ». Une interview édifiante de René Viénet

[1er septembre 2021] • 2     

Xénophobie et nationalisme. Effet collatéral de la crise entre la Chine et l’Occident, Chloé Zhao dans la tourmente des réseaux sociaux

[8 mai 2021] • La rédaction

Dans la Chine profonde, les murs parlent

[25 février 2021] • Thibaud Mougin

Le public chinois n’a pas vraiment aimé le dernier Mulan de Walt Disney

[18 septembre 2020] • Jean-Paul Yacine