Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

 Cliquez ici pour générer le PDF de cet article :

›› Editorial

En Asie Pacifique les tensions sino-américaines sont montées d’un cran

Au sommet de l’APEC pour la 1re fois depuis 30 ans les participants ne sont pas parvenus à rédiger un communiqué commun. Jusqu’à présent forum d’apaisement le sommet est devenu le lieu des aigreurs entre Washington et Pékin. Les divergences se sont exprimées au travers des discours de Xi Jinping et Mike Pence.


*

Le dernier n° du magazine Challenge datant du 22 novembre titrait : « Chine, l’empire attaque. » En couverture, les 7 membres du Comité permanent du bureau politique prêtant serment en octobre dernier après leur désignation par le 19e Congrès. Poing droit levé, derrière Xi Jinping, la tête du système politique chinois chantant l’hymne national diffusait une impression de détermination inflexible.

A l’intérieur du journal, le dossier traitant des Nouvelles routes de la soie, de l’ampleur des projets chinois en Afrique, des avancées technologiques dans le nucléaire et des voitures électriques, à quoi s’ajoute la montée en puissance de la marine chinoise, se termine par un article intitulé « Comment ils nous espionnent ? », le tout créant le sentiment d’une invasion menaçante que QC s’applique depuis de longs mois à mettre en perspective. (Voir les articles traitant de ses sujets dans les archives du site.)

Non pas que la puissance montante de la Chine s’affirmant au nom des références particulières des « caractéristiques chinoises » soit un sujet anodin. Elle est un souci et pourrait devenir une menace de plus en plus directe contre l’équilibre déjà fragilisé des systèmes démocratiques. Il reste que les stratégies chinoises sont transparentes et facilement identifiables.

Pour peu qu’on abandonne les approches biaisées et naïves et que, comme la Chine exprimant sans complexe les siennes, les démocraties qui doivent se rénover, acceptent d’affirmer la puissance des valeurs démocratiques, incomparables instruments de légitimation des pouvoirs politiques, il devrait être possible de coopérer sans heurts et chacun selon ses convictions, avec la formidable énergie chinoise.

Pour être complet le travail de « Challenge » aurait gagné à sortir de l’hexagone et même d’Europe pour examiner la situation en Asie Pacifique où montent les vrais tensions. Dans ce cas, le titre du dossier, d’autant plus pertinent en France qu’il aurait renvoyé à la question de Nouméa, territoire du Pacifique ciblé par les « Nouvelles routes de la Soie » chinoises aurait, pu être « L’Empire attaque, Washington se crispe et l’Asie s’inquiète ».

Car c’est bien à 11 000 km à l’est, du côté de Singapour, Pékin, Tokyo, Hanoï et Manille que, pour l’instant, se joue la bataille des influences prenant en otage l’Asie du Sud-est, inconfortablement tiraillée entre Washington et Pékin.

Inquiétude à Singapour.
Impavide, Xi Jinping visite Manille

Li Keqiang tente de rassurer Lee Hsien Loong inquiet en promettant que dans les 3 ans un “code de conduite” sera signé en mer de Chine du sud.


*

Il y a un peu plus d’une semaine, lors du 21e sommet à 13 dit ASEAN + 3 (Chine, Japon, Corée du sud), Lee Hsien Loong, le premier ministre de Singapour qui accueillait la réunion, prévenait que ses collègues de l’ASEAN pris entre les feux des rivalités sino-américaines s’inquiétaient d’avoir à choisir entre Washington et Pékin.

En même temps, Mike Pence, le vice-président américain invité au sommet, ciblant sans le dire la puissance invasive de la Chine omniprésente dans la zone sur les talons des États-Unis et du Japon, prévenait que Washington se sentait toujours légitime dans la région. Il ajoutait qu’il condamnait l’impérialisme de Pékin qui ne respectait ni ses voisins ni le droit international.

Pour faire bonne mesure, au même moment, Washington projetait 2 groupes de porte-avions en mer des Philippines quelques jours seulement avant la visite de deux jours à Manille du président Xi Jinping, les 19 et 20 novembre. Premier passage en 13 ans d’un président chinois dans l’archipel, le plus ancien allié de Washington en Asie du Sud-est, l’événement fut directement placé au cœur des controverses sur la nature et les risques antidémocratiques des stratégies chinoises.

Celles-ci sont toujours articulées aux promesses de 24 Mds de $ par Xi Jinping à Duterte lors de son passage à Pékin, il y a deux ans, mais dont la réalisation tardant à venir soulève des critiques à Manille. Il reste que les projets envisagés en coopération avec la Chine, pour la plupart liés à l’aménagement du territoire, ont un sens. Parmi eux, le désenclavement – à 780 millions de $ - des îles du sud-est de l’archipel, patrie de Duterte, dont un premier projet, jugé non viable, avait été annulé en 2017.

Acceptés par Manille en dépit des mises en garde de Washington qui argumente sur le « piège chinois de la dette », les projets au nombre de 29 vertement critiqués par l’opposition pour leur absence de transparence, comportent aussi un accord cadre sensible pour l’exploration conjointe des ressources d’hydrocarbures dans la ZEE philippine. Lire : Mer de Chine du sud. La carte sauvage des hydrocarbures. Le dilemme de Duterte.

L’autre pays de l’ASEAN, encore plus clairement sous influence chinoise, récemment entré la vigilance stratégique de Washington est le Cambodge. La raison de cette soudaine attention américaine est le bruit selon lequel Pékin aurait entrepris d’y construire une base militaire.

A l’œuvre depuis plusieurs années dans la région de Koh-Kong, l’emprise chinoise pour l’instant officiellement un projet touristique, comporte déjà un centre de stockage de données et constitue un relais de câbles sous-marins reliant Hong Kong au Cambodge, à la Thaïlande et à la Malaisie. Lire : Dans le sillage scabreux des routes de la soie.

A Singapour, Li Keqiang, n°2 du régime chercha à rassurer l’ASEAN en promettant de contribuer à finaliser le « code de conduite » en mer de Chine, serpent de mer en gestation depuis plus de dix années auquel Pékin a, malgré ses bonnes paroles, toujours fait obstacle.

Exprimant un contraste avec le raidissement commercial de la Maison Blanche, le 1er ministre chinois a aussi milité pour la signature de l’accord de libre-échange régional (en Anglais Regional Comprehensive Economic Partnership – RCEP -) entre les 10 pays de l’ASEAN et les six autres pays du Pacifique ayant déjà signé des accords bilatéraux avec les membres de l’ASEAN (Australie, Chine, Inde, Japon, Corée du sud, Nouvelle-Zélande).

Manille et Phnom-Penh dans l’orbite de Pékin.

Rodrigo Duterte qui balance entre l’attrait des finances chinoises et son opinion publique inquiète des intrusions de Pékin, salue les drapeaux chinois et philippins.


*

Le meilleur exemple des tiraillements d’allégeance en cours, obligeant les pays de l’ASEAN au grand écart entre Washington et Pékin sont les flottements stratégiques du président philippin Rodrigo Duterte. Lire : Mer de Chine et ASEAN, enjeux de la rivalité entre la Chine et les États-Unis.

Sous la pression de son opinion publique agacée par les intrusions chinoises, sa bienveillance initiale à l’égard de la Chine flotte. Le 28 mai dernier, lors d’une cérémonie au ministère des Affaires étrangères, le Ministre des Affaires étrangères Peter Cayetano, répondant aux reproches d’une trop grande connivence de Manille avec la Chine, a affirmé que le président Duterte irait en guerre si Pékin franchissait la ligne rouge de s’approprier unilatéralement les réserves d’hydrocarbures de la mer de Chine du sud.

Il a cependant tempéré son discours anti-chinois en accusant, sans la nommer, la marine américaine de conduire des patrouilles avec ses navires de guerre, installant, elle aussi, une forme de militarisation de la Mer de Chine du sud. Durant le sommet de Singapour, 4 jours avant la visite dans son pays de Xi Jinping, il a lancé à la cantonade « La Chine est là. C’est une réalité. Une augmentation des activités de l’US Navy induira un accroissement homothétique de la présence militaire chinoise. Peu m’importe que les deux se fassent la guerre, sauf que les Philippines qui sont dans les parages immédiats des îlots, seront les premières à en souffrir ».

A la conclusion du sommet, Lee Hsien Loong exprimait une préoccupation rejoignant celle du magazine Challenge : « L’impact de la Chine sur le reste du monde est considérable. Pékin devra de plus en plus en tenir compte dans ses stratégies par lesquelles elle se présente toujours comme un “pays en développement“ ». Soucieux de ménager Pékin sans offenser Washington, il ajoutait cependant que la région allait devoir aussi s’adapter à la « nouvelle approche américaine de la région exigeant une “réciprocité de bonne foi“ la part de la Chine ».

Mais les plus fortes tensions ont surgi au sommet de l’APEC, le 18 novembre à Port Moresby, en Papouasie Nouvelle Guinée. Alors que l’exercice avait jusqu’à présent servi d’émollient à la relation entre les deux rives du Pacifique et entre Pékin et Washington, cette fois, en l’absence de Trump représenté par Mike Pence qui depuis le début octobre tire sans nuances à boulets rouges sur la Chine (lire : 1er octobre, une fête nationale sous forte tension stratégique.), le sommet a pour la première fois de son histoire vieille de 30 ans, manqué de produire un communiqué commun.

++++

Sévères tensions à Port-Moresby.

À Port Moresby, la Chine a refuse de signer un communiqué commun qui dénonçait les “pratiques commerciales déloyales”


*

A l’origine de l’échec, le refus de la Chine d’introduire dans le texte l’accusation américaine qui la ciblait directement, mentionnant les « pratiques commerciales déloyales » au cœur de la guerre qui l’oppose avec Washington. Sans surprise, la question au cœur des discours américains et chinois donna lieu à une sévère passe d’armes entre le président Xi Jinping et Mike Pence.

Quand le président chinois évoquait sous les applaudissements la nécessité d’une coopération globale, seule manière de tenir à distance les affrontements de la guerre qu’elle soit « froide » ou déclarée, insistant sur la nécessaire prévalence des dialogues et des négociations, s’inscrivant en faux contre les accusations du « piège de la dette » et qualifiant sur un ton lyrique ses « Nouvelles routes de la soie » de « chemin ensoleillé au long duquel la Chine partage les opportunités avec le monde pour un développement solidaire » [1], Pence a stigmatisé les intentions géopolitiques de la Chine avançant ses intérêts stratégiques dans le sillage des routes de la soie et attirant ses partenaires dans « le piège de la dette ».

Prétentions chinoises et résistances de Washington.

La ligne en 9 traits exprime la prétention chinoise, réfutée par Washington, à contrôler toute la mer de Chine du sud.


*

Plus largement et sans le dire Washington garde en tête la perspective que la Chine finisse par s’approprier par la séduction de ses prêts et ses stratégies de construction d’infrastructures, l’ensemble de la mer de Chine à l’intérieur de sa « ligne en 9 traits ». La vision impériale qui avait déjà été exprimée par Tchang Kai-chek en 1947, est peut-être aujourd’hui la meilleure expression d’une rivalité stratégique globale. Articulée à des critères culturels et historiques, les prétentions de Pékin s’opposent désormais frontalement à l’ordre global défini par le droit international après 1945 et rappelé par la Convention du droit de la mer dite de Montego-Bay adoptée en 1982 [2].

Laissant planer la menace d’une nouvelle augmentation des taxes imposées aux exportations chinoises aux États-Unis, il a déclaré que Washington ne relâchera pas ses pressions, tant que la Chine n’amendera pas ses pratiques. Tournant le dos à la plus élémentaire diplomatie à l’égard de Pékin, il a continué en affirmant que Washington poursuivrait ses missions navales de contestation des ambitions territoriales chinoises autour des îlots élargis.

Faisant la promotion des avantages de la coopération avec Washington comparée aux risques posés par une trop forte proximité avec la Chine, il a suggéré de « ne pas accepter les prêts qui compromettent l’indépendance », ajoutant que les « États-Unis ne propagent pas des pratiques corrompues, ne noient pas leurs partenaires dans un océan de dettes et ne proposent pas des “routes de la soie à sens unique“. »

Couronnant cette diatribe fortement critique, réplique de celle prononcée le 4 octobre dernier à l’Institut Hudson, il a aussi annoncé que les États-Unis allaient participer à l’initiative conjointe de Port Moresby et Canberra d’installer une base navale sur l’île Manus aux limites occidentales de la mer de Bismarck, au nord de la Papouasie.

Tokyo manœuvre à tout hasard.

Le 16 novembre, avant le sommet de Singapour, Shinzo Abe était à Darwin où avec son homologue australien Scott Morrison il a déposé une gerbe en hommage aux morts de la guerre,
victimes des bombardements japonais.


*

Enfin, d’autres événements et déclarations en marge des deux sommets asiatiques dont le Président D. Trump était absent, complètent l’image d’une expansion chinoise basculant progressivement du commerce vers les ambitions stratégiques à vocation militaire dont la trace de plus en plus large effraye nombre des pays de l’ASEAN, le Japon, l’Australe et l’Inde, provoquant la réaction de Washington et de ses alliés.

Le 16 novembre, Shinzo Abe était en Australie à Darwin dont le milliardaire chinois de l’immobilier Ye Cheng contrôle la gestion depuis 2015 pour un bail de 99 ans. C’était la première fois qu’un 1er ministre japonais foulait officiellement le sol australien depuis la guerre. Avec Scott Morrison, son homologue australien, il a déposé une gerbe au monument aux morts de la guerre victimes pour la plupart des bombardements de l’aviation nippone.

Selon la presse, les conversations ont porté sur les incertitudes de la situation stratégique, conséquences des rivalités sino-américaines et la possibilité impensable il y a seulement quelques années, que l’armée japonaise aux exercices terrestres australiens et américains à partir de Darwin où stationne un régiment de « Marines ».

Avec la mer de Chine et Taïwan, le dernier point chaud de l’Asie Pacifique est la Corée du Nord évoquée à Port Moresby par un porte-parole sud-coréen qui indiqua que le Président chinois pourrait se rendre à Pyongyang en 2019. Contrastant avec l’optimisme du président sud-coréen à la perspective d’un éventuel 2e sommet entre Kim Jong-un et D. Trump, l’administration américaine soupçonne Pékin de ne plus appliquer les sanctions contre Pyongyang avec toute la rigueur annoncée.

Ce début de controverse s’ajoute à la longue liste des différends surgis depuis 15 jours entre Pékin et Washington dont l’hostilité affichée semble se durcir. Autant de sujets déjà sur la table d’une rencontre annoncée entre Xi Jinping et D. Trump au prochain G.20 de la fin novembre à Buenos Aires.

*

Pour terminer ce tour d’horizon par l’espoir que d’ici là l’ambiance pourrait s’apaiser à défaut d’un impossible règlement des différends, on notera que les deux s’efforcent toujours de se parler (lire : Ils se méfient l’un de l’autre, ne sont d’accord sur rien. Mais il se parlent.), tandis que le 21 novembre, l’escale de courtoisie à Hong Kong - accordée par Pékin après deux refus successifs en septembre - du groupe aéronaval Ronald Reagan de retour des exercices en mer de Chine du Sud, confirme les bonnes intentions chinoises.

En signe de bonne volonté, l’amiral Karl Thomas commandant le groupe a invité à bord le Général Tan Benhong commandant la garnison chinoise de la R.A.S. Pour la petite histoire, il a été transporté depuis Hong-Kong jusqu’au porte-avions par une navette aérienne d’un C-2 embarqué qui s’est posé avec lui sur le pont.

Notes :

[1Les efforts contrôlés de la Chine pour ouvrir son marché et se plier aux règles du droit sont réels. Dans son discours, Xi a affirmé que le gouvernement allait renforcer le respect de la propriété intellectuelle et augmenter ses importations tout en réduisant les taxes – ce qu’il avait déjà mis en œuvre pour 1500 articles de consommation courante et 1585 produits industriels et véhicules automobiles.

[2Pékin a d’autant plus facilement ratifié la convention qu’elle comporte des « clauses de réserves » permettant aux signataires de s’exonérer de jugements d’arbitrage pour peu qu’ils les signalent à l’avance. Ainsi le 25 août 2006, postérieurement à sa ratification, la Chine faisait publier par les Nations Unies une déclaration – qui valait exonération des arbitrages sur les questions de souveraineté - selon laquelle elle réaffirmait son contrôle sur les îles et archipels de la mer de Chine du sud. (Art 3 de la déclaration) :

« La République populaire de Chine réaffirme sa souveraineté sur tous ses archipels et toutes les îles énumérés à l’article 2 de la loi de la République populaire de Chine sur la mer territoriale et la zone contiguë promulguée le 25 février 1992. »).

C’est précisément parce que Pékin s’exonère par avance de tout jugement sur les questions de souveraineté que le Congrès américain n’a toujours pas ratifié la Convention.

 

 

La rivalité sino-américaine change de nature

[15 août 2019] • François Danjou

Au royaume khmer, le prix de l’aide chinoise augmente

[25 juillet 2019] • Jean-Paul Yacine

Trump, Erdogan, Poutine et la Chine. Tensions et Influences croisées. Menaces contre l’OTAN et la démocratie

[6 juillet 2019] • François Danjou

Par sa visite d’État, Xi Jinping revient dans le jeu à Pyongyang

[23 juin 2019] • Jean-Paul Yacine

Pékin – Washington : Les raisons des crispations chinoises. Plongée dans les arcanes du Parti

[10 mai 2019] • François Danjou