Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

 Cliquez ici pour générer le PDF de cet article :

›› Lectures et opinions

« L’éveil de la Chine »

Par Chen Yan

Voilà un livre qu’il faut avoir lu si on s’intéresse en profondeur à l’évolution des idées en Chine depuis la fin de la Révolution culturelle. L’histoire de ce pays depuis vingt-cinq ans est ici traitée de façon magistrale sous l’angle de l’évolution des esprits.

L’auteur, CHEN Yan, a une double formation doctorale d’historien, commencée en Chine avant 1982 et achevée par la suite à Paris. Seul un chercheur biculturel dans sa maturité comme lui, pouvait écrire ce livre sans équivalent en France. Il fallait pour cela être familier des débats intellectuels qui ont marqué, dans le parti et hors du parti, des étapes successives depuis la mort de MAO Zedong en 1976. Il fallait aussi une puissance de travail et une capacité de lecture peu communes de textes chinois parfois difficiles et d’auteurs très nombreux. Bravo. La recherche de CHEN Yan permet d’aller plus loin, de mieux comprendre comment fonctionnent en Chine le régime politique, la société et l’évolution des esprits.

Après MAO et la Révolution culturelle, la renaissance intellectuelle a connu selon lui deux grandes phases, avant et après le drame de juin 1989 (Tian’anmen). Avant, la tendance générale est au démontage de l’idéologie qui écrasait toute pensée. Après, des courants rivaux partent à la recherche d’une nouvelle pensée, introuvable jusqu’ici.

Dans la premières phase (1978-1988), très vite, l’influence de la « réforme-ouverture » libère les esprits désorientés. DENG Xiaoping joue du slogan « la pratique est le seul critère de vérité » et lance la campagne sur « l’émancipation de la pensée ». Suivent le « printemps de Pékin », de Novembre 1978 à avril 1981, les « Murs de la démocratie » où s’affichent toutes sortent de « Dazibao » calligraphiés au pinceau et la « Fièvre culturelle » des années 1984 à 1988, dans laquelle les débats sur la culture camouflent à peine des échanges sur la politique.

Les évènements et la répression de Tian’anmen (juin 1989) entrainent un bref retour en arrière. Mais deux ans après commence l’éclosion de la « culture populaire », dominée par le romancier WANG Shuo et la star du rock CUI Jian. Interdits de politique, les intellectuels s’opposent tout de même dans le champ de « l’humanisme », objet de nombreuses publications. Le parti communiste, déjà obsédé par le déclin de son idéologie et par l’objectif de « stabilité sociale », exploite le sentiment national et les thèmes du « patriotisme-nationalisme » entrainent de nombreux intellectuels. Au milieu des années quatre-vingt, dans la phase ZHAO Ziyang, les principaux courants se portent sur le « néo-autoritarisme » et même sur le « nouveau confucianisme », tandis que les idées « libérales » trouvent aussi à s’exprimer, au moins par moment.

CHEN Yan est marqué par les évènements de juin 1989. Peut-être sous-estime-t-il un peu les changements apportés par l’accéléra&tion de 1992, au lendemain de l’éclatement de l’Union soviétique. Mais il présente en historien une cinquantaine d’auteurs, chefs de file ou porte-paroles de telle ou telle idée, dont beaucoup étaient peu ou pas connus en France. Il décrit avec maitrise tous ces débats, qu’ils aient été suscités par le pouvoir ou seulement le fait d’une intelligentzia plus vivace qu’on ne le croit à l’extérieur.

 

 

IRSEM. Un rapport foisonnant sur l’ampleur protéiforme des stratégies d’influence de Pékin

[17 octobre 2021] • François Danjou

La chute de Kaboul vue de Chine

[21 août 2021] • François Danjou

« Un complot contre la Chine ? Comment Pékin voit le nouveau consensus de Washington ». Par Wang Jisi

[29 juin 2021] • La rédaction

Washington lâche la bride à Nord Stream 2. La Chine en ligne de mire

[25 mai 2021] • La rédaction

Qu’en est-il du « piège » chinois de la dette ?

[5 avril 2021] • La rédaction