Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

 Cliquez ici pour générer le PDF de cet article :

›› Editorial

Xi Jinping met en scène une très aléatoire volte-face stratégique. Elle n’est pas sans risques

Après une phase d’affirmation de puissance qui tournait le dos aux conseils de prudence de Deng Xiaoping, que Jiang Zemin et Hu Jintao avaient suivis tant bien que mal, Xi Jinping, constatant l’émergence de vents contraires antichinois, préconise humilité (qianxun 谦逊) et modestie (qianxu 谦虚).

Selon Wang Hunning, son plus proche conseiller politique, qui avait ainsi caractérisé la différence entre Mao et Deng, Xi passerait du radicalisme maoïste à la souplesse pragmatique de Deng. Il n’en reste pas moins que la bascule traduit une modification majeure du discours extérieur de Pékin. Restent deux questions essentielles :1) L’ajustement du discours a t-il été spontané ou est-il l’effet de pressions internes de l’appareil, inquiet de l’isolement de la Chine ? 2) Quel sera l’effet réel du discours sur la stratégie internationale de Pékin ?


*

Le 31 mai, lors d’un séminaire du Bureau Politique, le président Xi Jinping a appelé les cadres de l’appareil à mieux communiquer pour améliorer l’image du pays à l’étranger et désarmer les critiques qui fusent contre la Chine à une fréquence et un niveau rarement observés depuis les années 70.

L’objectif est de gagner la bataille globale de l’image face aux États-Unis et leurs alliés. A cet effet, dit le Président, des experts de haut niveau devront être mobilisés pour exprimer le point de vue de Pékin lors des conférences internationales et à l’attention des médias de la planète.

Il ajoute, cité par Xinhua « Il est nécessaire d’élargir notre cercle d’amis “扩大朋友圈”, précisant que « le pays devrait se montrer ouvert et confiant dans sa communication avec le monde, en même temps que modeste et humble – “该国在与世界的交流中应该“开放和自信, 但也要谦虚 和谦逊“ ».

Ce n’est pas la première fois que l’appareil et les médias publics sont sommés de rectifier leur approche internationale pour diffuser une meilleure image de la Chine et de sa politique étrangère. Cette fois pourtant, les discours pourraient ne pas suffire, même en interne.

La volte-face prend en effet directement à contrepied le narratif sur l’épopée du retour de puissance. Elle heurte les thuriféraires l’ayant adopté sans esprit critique et surtout l’opinion publique enflammée par les discours de grandeur et de rayonnement qu’il est toujours dangereux de décevoir.

*

Jusqu’au magistère de Hu Jintao compris (2002 – 2012), l’appareil avait réussi tant bien que mal à diffuser l’image d’une montée en puissance pacifique du pays 和平崛起. Plus encore, il avait préservé l’ambiguïté que sa trajectoire de progrès serait calée sur l’ambition de se conformer aux règles internationales énoncées par les vainqueurs occidentaux de 1945.

En arrière-plan, dominait la puissante habileté stratégique de Deng Xiaoping dont le testament laissé à l’appareil commandait la patience et la dissimulation de sa puissance, aussi longtemps que nécessaire.

Au parti, tout le monde sans exception se souvient du fameux « 韬光养晦 Tao Yang Guang Hui – cachez l’éclat [de votre puissance] et cultivez l’ombre ».

Le difficile retour à Deng Xiaoping et les illusions du consensus.

En arrivant au pouvoir en 2012, puis surtout en 2017 par l’affirmation des « caractéristiques chinoises » vecteurs du « rêve chinois » vers le magistère mondial, Xi Jinping avait tourné le dos aux conseils de prudence stratégique et de patience de Deng Xiaoping « 韬光养晦 – Tao Guang Yang Hui – cachez l’éclat [de votre puissance] et cultivez l’ombre. » Revenir à une stratégie mondiale apaisée, alors que perdurent les contentieux en mer de Chine du sud et dans le Détroit de Taïwan, tandis que les envoyés de Pékin continueraient depuis leurs ambassades à exercer leur charge sur le mode du « loup guerrier » pourrait s’avérer difficile. Lire : La Chine agressive et conquérante. Puissance, fragilités et contrefeux. Réflexion sur les risques de guerre.


*

En préconisant le retour à l’humilité 谦逊 et à la modestie 谦虚, le n°1 reconnaît qu’en arrivant au pouvoir en 2012 et plus encore, lors du 19e Congrès à l’automne 2017, il a commis l’erreur de tourner le dos à la mise en garde du « petit Timonier ».

Il est difficile de sous-estimer à quel point ce changement de pied avait à l’époque heurté la longue cohorte des stratèges chinois persuadés qu’en affichant aussi crânement sa puissance à rebours des conseils de prudence, la Chine s’aventurait sur un chemin dangereux.

Aujourd’hui, à l’inverse, la cohésion derrière la volte-face du n°1 exprimée à l’occasion du séminaire politique du 31 mai pourrait bien n’être qu’une façade. En tous cas, alors que les débats politiques internes restent secrets, il est imprudent de considérer qu’un tel changement de pied ne traduirait pas un subtil craquement dans la machine politique du régime.

La soudaine bascule d’une stratégie d’affirmation de puissance globale, principal carburant interne du nationalisme exacerbé de l’opinion, brusquement transformé en un appel à la retenue, celui-là même préconisé par Deng, il y a 30 ans, laisse en effet perplexes les plus fervents nationalistes.

Depuis 2012, ils avancent aux côtés du n°1 sur le chemin de gloire du « rêve chinois » balisé par le « double centenaire - 双百年 - shuang bai nian - » de la création du Parti cette année et de son accession à la tête de la Chine en 2049. Le moins qu’on puisse dire est que ce changement radical de ton et de stratégie les embarrasse.

Il est vrai qu’à l’extérieur comme à l’intérieur, des commentaires se rejoignent pour atténuer à la fois l’idée d’un virage majeur et d’une controverse interne à l’appareil.

Nombre d’analystes occidentaux ne voient dans le changement de pied international de Xi Jinping qu’un faux-semblant tactique. Derrière l’évidence d’une prise de conscience, la manœuvre saute aux yeux. Pour autant, elle ne permet pas de nier les dissensions internes entre les laudateurs du n°1 et ses détracteurs.

*

A l’Université Fudan, retournant l’argument impératif de prudence incombant à l’appareil, sommé par Xi Jinping d’élargir la base de ses appuis internationaux, le professeur Zhang Weiwei bascule sans nuance l’exigence du côté des interlocuteurs de la Chine. Faisant cela, ce thuriféraire de l’appareil tente d’atténuer l’impression d’un virage stratégique majeur et d’une remise en question.

« C’est aux interlocuteurs de Pékin », dit-il, de « comprendre la Chine ». Comme si, dans son esprit, le modèle Chinois d’émergence au sein de l’ordre occidental était à ce point évident qu’il ne souffrirait pas qu’on le conteste, même par le dialogue.

Le professeur Zhang semble oublier que la montée en puissance de la Chine 崛起 est aujourd’hui ponctuée par des démonstrations de force tous azimuts, dans le détroit de Taïwan et en mer de Chine du sud, aggravées par les menaces récurrentes de sanctions économiques à la moindre critique de la Chine par des ambassadeurs « loups guerriers ».

A l’intérieur, la répression inflexible des libéraux à Hong Kong et des Ouïghour au Xinjiang, contribue à élargir le fossé entre le modèle chinois autocrate et les démocraties que, depuis plusieurs années, les relais intellectuels du régime ne cessent de critiquer.

La rigidité du commentaire de Zhang, étonnante pour un universitaire, a aussitôt suscité une réplique occidentale par un diplomate allemand pour qui « Le dialogue ne serait possible avec Pékin, qu’à la condition d’adhérer à son modèle ». Lui aussi est convaincu qu’en Chine, la vision du professeur de Fudan d’une émergence internationale du Vieil Empire selon son modèle des « caractéristiques chinoises » ne serait contestée par personne.

Pour autant l’histoire tourmentée du pays, y compris durant le règne du parti depuis 1949, indique que ce monolithisme de la pensée politique chinoise est peu probable.

++++

Sous la surface, obstacles et contrefeux.

De gauche à droite Cai Xia, 蔡霞, 68 ans, ancienne professeur de droit à l’École Centrale du parti, réfugiée aux États-Unis. Ouvertement critique de Xi Jinping, elle a été exclue du Parti en 2020. Xu Zhangrun, 许章润, 59 ans, ancien professeur de droit constitutionnel à Qinghua. Destitué de sa charge. En 2018, il avait écrit un article, rare expression de dissidence ouverte contre Xi Jinping dont QC avait rendu compte. Ren Zhiqiang, 任志强,70 ans. Magnat de l’immobilier, ancien officier de l’APL, fils de Ren Quansheng (任泉生 ; 1918-2007 ), ancien vice-ministre du commerce, Ren est l’auteur à succès d’un blog très critique du système politique et de Xi Jinping. Comme Cai Xia et Leng Jiefu professeur de sciences politiques à la retraite de l’Université du Peuple, il a appelé à la démission de Xi Jinping. Le 22 septembre 2020, il a été condamné à 18 ans d’emprisonnement et à 4,2 millions de yuans (530 000 euros) d’amende pour « corruption, acceptation de pots-de-vin, détournements de fonds publics et abus de pouvoir ».


*

Le premier obstacle interne à « l’élargissement du cercle d’amis à l’international » voulu par Xi Jinping, alors que lui-même a attisé le nationalisme anti-occidental par de fréquentes références aux humiliations infligées à la Chine par l’Occident au XVIIIe siècle, est précisément l’opinion publique surchauffée.

Lire à ce sujet : Xénophobie et nationalisme. Effet collatéral de la crise entre la Chine et l’Occident, Chloé Zhao dans la tourmente des réseaux sociaux.

Les médias publics et leurs journalistes se sont alignés sur les réseaux sociaux dont le patriotisme exacerbé est attisé par l’appareil. Leur obédience au pouvoir plus ou moins obligée par la censure devenue répressive, s’exprime au travers des commentaires politiques dont Xinhua donne le ton (CCTV, Quotidien du Peuple, Global Times, Beijing Daily, Guangming Daily etc.).

Pour autant, il est faux de croire que la mouvance des journalistes, universitaires et même hommes politiques attachés à la critique, au doute et au débat a disparu.

En s’appuyant sur l’opinion publique enflammée par une politique étrangère chauvine et inflexible articulée à la revanche de l’histoire qui fait consensus, Xi Jinping avait jusqu’à présent réussi à neutraliser les idées critiques, sans compter que quand elles vont trop loin, elles finissent en prison.

Il reste que le nouveau discours de modestie, contrepied à la propagande d’une irrésistible trajectoire de puissance, révèle un non-dit qui leur redonne de la vigueur. Parmi les prises de position les plus sensibles surnagent celles de la compétence du n°1. Lire l’éditorial de E. Fonrath du 5 septembre 2020 : Les planètes se désalignent pour Xi Jinping. Doit-on vraiment s’en étonner ?.

Loin d’être anodins, les commentaires critiques perdurent sous la surface ou même ouvertement, y compris au cœur de l’appareil, comme l’indiquent les prise de parole aussitôt sanctionnées de Xu Zhangrun (Fêlures) ou de Ren Zhiqiang (La peur du chaos et la tentation de l’autocrate).

Surtout, en juin 2020, une fuite dévoilait le contenu d’une conférence privée donnée en ligne par Cai Xia, réfugiée aux États-Unis, ancienne professeur de droit à l’École Centrale du Parti, creuset idéologique du régime. Elle y critiquait vertement la politique intérieure d’accaparement régressif du pouvoir pratiquée par Xi Jinping, ayant selon elle, réduit le parti à l’état de « zombie politique ».

L’ancienne professeur de droit de l’École Centrale, Xu Zhangrun et Ren Zhiqiang, ne sont pas les seuls critiques. En septembre 2020, Leng Jiefu professeur de sciences politiques à la retraite de l’Université du Peuple, publiait en ligne une lettre ouverte adressée au bureau politique. Elle reprenait nombre de critiques dont l’essentiel concernait la gestion brutale des minorités et les inquiétudes générées par l’isolement international de la Chine.

Parmi les mesures qu’il préconisait figurait un appel au président, également lancé par Cai Xia, à se retirer de toutes ses positions dans l’appareil. On aurait tort de ne pas considérer la puissance de ces signes de fractures.

En attendant, il faut s’interroger sur les chances que le discours du n°1 inverse la tendance internationale à ostraciser la Chine.

L’efficacité aléatoire de l’appel à l’apaisement.

Sur nombre de sujets, allant des revendications territoriales contre le droit international en mer de Chine du sud, aux déséquilibres de l’ouverture commerciale, en passant par les captations de technologies, les menaces missiles contre Taïwan et les résistances aux investigations sur l’origine du virus, l’attitude de Pékin incite à la confrontation et augure mal de l’efficacité de l’appel à l’apaisement de Xi Jinping. A droite l’image rappelle qu’en mars dernier une armada de 200 chalutiers chinois agissant comme une « troisième marine nationale » après la marine de guerre et les garde-côtes, avait pris position aux alentours des « récifs Whitson » – « Felipe » pour Manille situés à 180 nautiques de la côte sud de Palawan, à l’intérieur de la ZEE des Philippines.


*

Le 7 juin, le Financial Times analysait la cohérence des stratégies anti-chinoises de l’UE et des États-Unis en amont du G7 du 11 juin à Carbis Bay au Royaume Uni qui sera suivi de la réunion au sommet de Biden avec Poutine à Genève.

La division européenne à propos des stratégies à adopter à l’égard de Pékin est une réalité confirmée par un diplomate européen. Les Chinois le savent. Nombre de dissensions demeurent notamment avec les pays d’Europe Centrale et Orientale, moins critiques de la Chine.

Pour autant, après les récentes tensions avec Pékin ayant bloqué la ratification de l’accord sur les investissements à la suite des sanctions européennes suivies de la riposte chinoise sur la question des Ouïghour, il faut craindre que les parlementaires européens ne se contenteront pas des paroles d’apaisement du n°1 chinois.

*

Depuis le début de l’année 2021, l’insistante défiance de l’Occident à l’égard de la Chine s’alimente aussi de la résurgence du soupçon que le virus accablant la planète depuis dix-huit mois, ayant provoqué la mort de plus de trois millions de personnes pourrait s’être échappé d’un laboratoire de Wuhan.

La féroce résistance du régime à toute nouvelle investigation sur place pourtant réclamée par l’OMS et récemment par un groupe de scientifiques indépendants, signale que l’appareil voit dans la persistance de la rumeur, une puissante menace politique.

Si la preuve était établie – à la suite par exemple de confidences de chercheurs chinois eux-mêmes – les dégâts pour la réputation du Parti à l’intérieur même déclencheraient un cataclysme politique. L’inquiétude jamais éteinte de l’appareil qui place la stabilité politique au sommet de ses exigences de sécurité explique en partie que l’appel à l’apaisement de Xi Jinping pourrait être sans effet.

Considérant que la machine politique a, sauf accident, une rémanence lourde encore aggravée par le poids de l’opinion publique, Wu Qiang analyste indépendant à Pékin est sur cette ligne. En filigrane, il laisse entendre que le piège du nationalisme a réduit la marge de manœuvre internationale de Pékin.

« La Chine est confrontée au pire isolement international depuis la réforme et l’ouverture de la fin des années 1970, mais il semble que les dirigeants n’aient pas d’autre solution ». (…) « Xi a effectivement admis l’échec de la relation avec l’étranger et l’isolement du pays, mais, - à part quelques ajustements -, il lui sera difficile de modifier la stratégie globale du pays ».

 

 

La 4e crise de Taïwan. Quels risques d’escalade ?

[6 août 2022] • François Danjou

Au Xinjiang, la mémoire occultée et la victoire de Xi Jinping sur le terrorisme

[22 juillet 2022] • François Danjou

Les BRICS, la puissante démographie des émergents, le défi anti-américain de la Chine et le déclin de l’Occident

[2 juillet 2022] • François Danjou

Au sommet des Amériques à Los Angeles, l’ombre portée de la Chine

[11 juin 2022] • La rédaction

Biden en Asie. Jeux de postures et d’influences. Une hypothèse d’apaisement ?

[30 mai 2022] • François Danjou