Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Batailles sectaires et répression des sectes rurales

XU Shuangfu, fondateur de “l’Eglise des Trois Grades de Serviteurs”, ainsi que deux adjoints, LI Maoxing et WANG Jun, auraient été exécutés vers le 20-25 novembre selon l’avocat LI Heping. Ce dernier et les familles en auraient été informés le 29/11.
Depuis l’émergence et la répression du Falun gong (1999-2002), les mouvements religieux non contrôlés sont plus sévèrement interdits, réduits à la clandestinité et brutalement réprimés. Cette politique aboutit à une sorte de répartition géographique des cultes. Les religions officielles se développent plus confortablement dans les villes, grandes et moyennes. Les Eglises chrétiennes non-officielles survivent difficilement, plutôt dans les banlieues, les bourgs et dans certaines campagnes.
Quant aux sectes, aux croyances simplifiées ou superstitieuses, avec leur apport de convivialité, de communauté, de soins et d’aide, elles trouvent leur terrain le plus fertile dans les zones rurales pauvres, stagnantes et délaissées jusque là. Aussi entrent-elles peu en compétition avec les Eglises. Elles échappent à l’administration en s’enfonçant dans la clandestinité. Mais elles peuvent aussi se battre entre elles pour proliférer et survivre.
C’est ce qui s’est produit en 2004-2005 entre deux mouvements quasi-protestants importants par le nombre, les “Trois Grades de Serviteurs” et la “Lumière de l’Est”, qui recrutaient parmi les paysans du nord-est et les travailleurs migrants. Interdites toutes les deux et proches de sociétés secrètes, elles devinrent rivales.
A partir de 2002, des membres de la Lumière ayant cherché à recruter parmi les Trois Grades furent trouvés assassinés. Une répression systématique se déclencha dans tout le pays en 2004. Plus de 60 Trois Grades furent arrêtés, 21 d’entre eux (dont XU) condamnés à mort et 12 déjà exécutés.
L’obsession du Falun Gong l’emporte sur la justice, il s’agit d’abord d’éliminer une organisation souterraine qui est supposée menacer le pouvoir du parti.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

L’heure est à la frugalité

Indices d’une mise aux normes des mœurs dans une ambiance générale de défiance et de contrôle politique

Nouvelles de la pandémie

Au Henan et à Zhengzhou, la « Ville-éponge », un remarquable effort de solidarité des géants du numérique

Le très faible enthousiasme pour la « politique des trois enfants »