Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

« Big brother » en Chine

L’agence Chine nouvelle a annoncé récemment que le « Système national d’information d’identité du citoyen » était entré en fonction à la fin de 2006.
Il s’agit d’une base de données portant sur les informations d’identité de toute la population chinoise, un milliard trois cent millions et quelques personnes. Dans ce genre, c’est la plus grande du monde.
Ces informations, selon le commentaire officiel, seront accessibles aux « agences concernées », mais le domaine privé serait protégé. La base de données aidera à empêcher les usurpations d’identité et les crimes qui leur sont liés. Support technique et assurance pour la sécurité de l’information sur Internet, elle pourrait permettre par la suite le développement d’un système individuel de crédit.
On est impressionné par la dimension de ce Centre national d’information d’identité du citoyen. Mais on aimerait avoir quelques informations et garanties sur l’usage qui en sera fait dans un pays où l’Etat-parti est aussi fort par rapport à l’individu.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Faces cachées et risques de la mise au pas des groupes numériques

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate

Au Zhejiang, la pensée marxiste de Xi Jinping tente la mise aux normes du marché à l’aune des « caractéristiques socialistes »

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti